Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK ROCK PROG INSTRU  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2011 1944
 

 Bandcamp (212)

SABBAMS - 1944 (2011)
Par MARCO STIVELL le 11 Janvier 2012          Consultée 1139 fois

Dans le rock progressif peut-être plus que dans n'importe quel genre de rock, les formations sont synonymes d'un certain éclectisme. Depuis les années 70, on a été habitué à des formations où instruments rock, classiques, jazz et même "world" se sont côtoyés avec le plus souvent une certaine alchimie, preuve de la réussite d'un tel mouvement.

Il n'est donc pas rare d'assister à l'avènement de groupes dont la contenance instrumentale fait la première particularité. SABBAMS, par exemple, est un trio, ce qui n'est pas coutumier dans le genre. Plus surprenant encore deux de ses membres sont de "simples" guitaristes (comprendre qu'ils ne se cantonnent -pour le moment- qu'à cet instrument), l'un électrique (Guillaume Aubert), l'autre acoustique (Vincent Colmon). Le premier est professionnel, fan de métal et de blues. Le second est entièrement autodidacte, s'est spécialisé dans la guitare acoustique (12 cordes notamment) après avoir découvert John Butler Trio. Le troisième membre, Jérôme Pertuy, s'occupe de tout le reste des instruments, batterie d'abord, basse et claviers ensuite. Ce qui peut laisser facilement songeur sur les complications que cela peut représenter en concert. Ils tiennent leur nom singulier du fait d'avoir "joué" de la manière la plus aléatoire qui soit avec un dérouler Dymo. 1944 est leur premier album, après trois ans "d'assemblage" et un été d'enregistrement (qui a parfois été employé à des retouches de compositions en urgence extrême !). Ce dernier s'est fait dans la salle de répétition avec les moyens du bord, une console et quelques micros, presque toutes les guitares ayant été capturées en prise directe.

1944 est un de ces semi-concepts, comme Duke, Smallcreep's Day et tant d'autres, bien que ce nombre soit moins fort que celui des concepts entiers. Ici, c'est une suite qui nous est proposée, entrecoupée d'autres chansons, renforçant le côté rare de la chose. Marbles de Marillion avait proposé un peu la même idée (version simple, si l'on reste sur la forme bien sûr), sauf qu'ici c'est la suite qui reprend ses droits, se faisant clef de voûte de l'ensemble. Alors que d'autres ont privilégié 1984 pour ce type d'idée, SABBAMS nous ramène quarante ans plus tôt, pour la date qui reste selon Jerôme la plus mythique de l'histoire : le débarquement des Alliés sur les plages de Normandie. Cet album "mémorial" est selon ses dires, plus une incitation au souvenir qu'au recueil. C'est donc à une fresque historique à laquelle nous sommes conviés, sous forme d'épopée mi-rock mi-folk.

Les quatre parties évoquent bien sûr le fameux débarquement mais, puisque nous avons le droit de nous faire nos propres images "souvenir" (même si nous n'avons rien vécu de cette guerre), on ne peut s'empêcher, d'abord à cause du titre de la suite, d'élargir cette continuité musicale à celle de toute cette année, en débordant un peu sur 1945. Les titres de travail de ces quatre parties étaient "Overlord", "Bravoury", "Confusion" et "Feather", on peut donc facilement penser au débarquement de Normandie (les vagues, la montée de basse -joli travail de pouce au bord du chevalet et dissonance en "bend"-, qui annonce le combat), à la progression des Alliés ("Bravoury"), à la riposte allemande ("Confusion") et à l'espoir renaissant, pour arriver à la Libération. On remarque, sans forcément parler de leitmotivs, quelques ressemblances dans la structuration de la manière de jouer, en particulier en ce qui concerne la complémentarité des guitares : l'acoustique tisse des arpèges délicats ou en harmoniques tandis que l'électrique bourdonne, ou s'égosille, tout en n'oubliant pas le choix de prises multiples qui se superposent autant que possible, offrant un beau mur de son en dépit du minimum d'instruments représentés. Pendant ce temps, Jérôme dynamise le tout avec sa batterie, tout en amenant quelques lignes de basse bien placées. Certaines idées confirment la richesse de la suite, comme les moments où la guitare électrique "clean" remplacent l'acoustique, ou lorsque la batterie mentionne les tirs des combats, les marches militaires, les notes de piano sur la partie 3, les escapades floydiennes du final... On soulignera la capacité du groupe à alterner accalmies et envolées, il est ainsi difficile de trouver l'ensemble monotone. Toutefois, du fait d'un choix d'instruments restreint, et malgré l'adoption de jeux de guitares différentes, il n'est pas incongru d'être un peu déstabilisé par la grande homogénéité de l'ensemble.

Et c'est encore plus vrai lorsque l'on compare avec les autres "chansons". Ce n'est que d'un point de vue sonoristique, car elles, notamment "Wild Ride", sonnent un peu plus "carrées", avec leurs répétitions de formes. On se délectera du tempo rock de "Wild Ride", l'envolée knopflerienne de guitare sur "Shadow", ainsi que les fiestas de toms de batterie sur cette dernière (jouée aux mains !) et "The Trade". "Secret Act" termine l'album de manière singulière, puisqu'il voit Vincent opérer seul avec sa guitare sèche 12 cordes. Le morceau a été écrit pour une fille, mais ne sonne pas forcément plus romantique que le reste, du fait de la présence de quelques emportements inédits. Quoiqu'il en soit, ce titre offre une belle respiration, et c'est là que l'on remarque que la formule "suite - 'chanson' - suite - 'chanson' - suite..." est la meilleure que SABBAMS pouvait choisir, bien qu'il soit encore une fois difficile de faire cette distinction.

Globalement, l'enregistrement sonne amateur, mais suffisamment clair (notamment pour les guitares) pour qu'on n'ait pas à se plaindre. Il est dommage que les claviers ne soient pas mis plus en avant, mais c'est aussi la musique qui veut cela. Ce premier disque reste prometteur, même si l'on peut espérer pour l'avenir un peu plus de coloration (instrumentale ? Vocale ?)

Note réelle : 3,5

Pour écouter (téléchargement libre) : http://sabbams.bandcamp.com/album/1944

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


The MOODY BLUES
Seventh Sojourn (1972)
Septième voyage en contrées pop-folk-sympho




CURVED AIR
Phantasmagoria (1972)
Eclatement des parties, synthèse entre fou et beau


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Guillaume Aubert (guitares electriques)
- Vincent Colmon (guitares acoustiques)
- Jerome Pertuy (batterie, basse, claviers)


1. 1944 Part One
2. Wild Ride
3. 1944 Part Two
4. Shadow
5. 1944 Part Three
6. The Trade
7. 1944 Part Four
8. Secret Act



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod