Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK-POP-COUNTRY  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Seer , 10,000 Maniacs, Kitchens Of Distinction
- Membre : Red Hot Chili Peppers

REM - Dead Letter Office (1987)
Par MARCO STIVELL le 24 Juillet 2012          Consultée 1087 fois

La première compilation d'R.E.M. Après seulement 4,5 albums, et sans qu'il y ait trop de tubes à la clé, ça se fête... ou non. En fait, comme il l'est écrit dans les liner notes du CD, Peter Buck était très sceptique quant à l'idée de publier un tel disque : les fans pourraient se dire "cinq mois seulement avant le nouvel album (ndlr : Document), ils veulent se faire des sous ou quoi ?" Mettons-nous à la place des plumitifs de service et, pour une fois, pesons le pour et le contre. C'est une compilation, mais pas un best-of ou un greatest hits, c'est déjà ça !

Dead Letter Office est en fait un assemblage de raretés publiées au cours de la carrière du groupe, sous forme de faces B de singles principalement. Ceux qui font la collection de ces derniers ont dû enrager de les voir toutes réunies, sauf bien sûr s'ils ont vendu leur âme au dieu CD et qu'ils trouvent l'idée plutôt pratique. Résultat, pour nous qui découvrirons, nous sommes en passe de savoir si ces chansons "cultes" valent le détour, ou si elles auraient mieux fait de rester éparpillées.

Au final, le constat se révèle mitigé, en débordant un peu du côté positif car l'ensemble de ces chansons s'écoute facilement et agréablement. On ne regrette rien ou presque, même certaines chansons ou reprises auraient parfois mérité de figurer sur les albums en lieu et place d'autres, je parle notamment pour celles de l'époque du troisième album, Fables of the Reconstruction. D'autres chansons, comme "Bandwagon", ou "Ages of You" se révèleront trop similaires aux chansons de leur époque (les débuts) pour dépasser le commun. Plus intéressantes, "Burning Down", "Burning Hell" ou la version live de "Walter's Theme" (une sorte de mélange entre "Harborcoat" et la fin de "Camera) contiennent une folie inédite surtout dans les parties vocales. "Burning Hell" est, en dépit de sa production brut de décoffrage, une de ces chansons qui se fait nettement plus appréciable que d'autres présentes sur Fables. On remarquera la fin en fade-out, très rare pour le R.E.M. d'alors.

"Voice of Harold" est la première version de "7 Chinese Bros." avec la même musique mais un texte différent, il est d'ailleurs amusant d'entendre Michael Stipe lire des paroles d'un disque gospel de manière solennelle. "White Tornado" est l'un des rares instrumentaux du groupe, mettant l'accent sur une caisse claire infernale et une ambiance rétro très proche du pub-rock. "Rotary Ten" surprend par ses éléments jazzy mais ne détonne pas (ah cette contrebasse en walking !). Le très ska "Windout" est présenté dans une version propre, alors qu'il en existe aussi, en bonus de la réédition de Reckoning, une autre enregistrée avec des amis du groupe, et qui se révèle préférable en grande partie à cause du cri poussé par Stipe au début, à mourir de rire !

On constate que le groupe en a souvent profité pour faire des reprises loin d'être inintéressantes. Autant celle de "Toys in the Attic" (Aerosmith of course) n'étonnera guère de par sa vigueur (le côté hard en moins bien sûr) tout en étant jouissive, autant on s'extasiera sur celle de "Crazy", aux superbes guitares 12 cordes et parties vocales. Quant à Lou Reed, il est forcément à l'honneur avec trois reprises de ses classiques, remontant toutes à l'époque du Velvet Underground. "Pale Blue Eyes" en particulier, ne perd rien de sa forte teneur folk originelle, R.E.M. en a juste profité, tout comme sur les deux autres chansons ("Femme Fatale" et "There She Goes Again"), pour rajouter une forte dose de country assez attrayante. Voilà d'autres réussites, avec parfois des harmonies vocales très émouvantes.

Dead Letter Office est encore l'occasion de retrouver l'EP Chronic Town (devenu culte) sous sa seule forme CD, ce qui lui a permis de perdurer plus facilement au fil du temps. Néanmoins il convient de posséder la réédition du disque qui, en plus d'un "All the Right Friends" où Stipe va chercher dans ses limites vocales aigües (en voix pleine, ou "normale"), offre une version acoustique magnifique de "Gardening at Night". Elle l'est d'autant plus que d'un point de vue personnel, c'est plutôt comme ça que je m'imaginais la musique des premiers albums du groupe, plutôt que sous forme d'un rock dit "alternatif". Rien que pour cela, et pour d'autres choses bien sûr (les reprises en particulier et la diversité des genres), Dead Letter Office vaut le détour, sans proposer de réels sommets comme a pu le faire le dernier album en date, Lifes Rich Pageant.

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


FLEETWOOD MAC
Heroes Are Hard To Find (1974)
L'installation en californie




REM
Chronic Town (1982)
Point de départ d'une faste carrière


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Michael Stipe (chant)
- Peter Buck (guitares)
- Mike Mills (basse, choeurs, claviers)
- Bill Berry (batterie, percussions, choeurs)


1. Crazy
2. There She Goes Again
3. Burning Down
4. Voice Of Harold
5. Burning Hell
6. White Tornado
7. Toys In The Attic
8. Windout
9. Ages Of You
10. Pale Blue Eyes
11. Rotary Ten
12. Bandwagon
13. Femme Fatale
14. Walters Theme
15. King Of The Road
- chronic Town Ep
16. Wolves, Lover
17. Gardening At Night
18. Carnival Of Sorts (box Cars)
19. 1,000,000
20. Stumble



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod