Recherche avancée       Liste groupes



      
CONTEMPORAIN AMBIENT  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video

Austin WINTORY - Journey Ost (2012)
Par TARTE le 1er Mai 2012          Consultée 1178 fois

La lande est totalement déserte, le paysage est fait de cuivre et le soleil de plomb, la terre s’évapore au loin et les décombres rocheux, vestiges de temples beaux comme des rêves de pierre, défient les flots du désert par leur auguste carrure. La brume joint le sol et le ciel sur des horizons altérés. Pas un nuage, ni alizé ni harmattan, juste le silence. Nous sommes là. Ensemble, nous chevauchons des silhouettes fantasques par-delà les dunes, soulevant des nuées de sable ocre qui retombent en giboulées. Le char vaporeux de la reine des ombres monte enfin, et le vent se lève. Nous glissons sur le sable qui s’illumine à en devenir éblouissant. Le silence est mis à mort, la musique de la Terre raisonne, c’est un appel. Le chant du vent s’engouffre entre les hautes colonnes et fait vibrer nos corps si infimes face à la majesté de ce paysage mouvant. La lumière se meurt, mais la chaleur suffocante persiste. Les pulsations se propagent d’un monument à un autre, les sons vont et viennent, tourbillonnent, scintillent. Est-ce une ode ? Une symphonie ? Un requiem ?

De majestueux colosses planent dans les catacombes transpercées de minces filets de lumière nocturne, nous les affrontons du regard, le visage taciturne. L’écho des voûtes donne à nos ballets oniriques une dimension somptueuse et solennelle. Nous chantons aussi, mais nos voix s’évanouissent aussitôt dans de petites gerbes de lumière, pas besoin d’en dire davantage. Le drapé de nos écharpes se mêle à nos danses. Nous suivons la musique car il ne peut en être autrement. Irrépressibles, les accords liturgiques sont frappés au fer blanc par des battements telluriques. Quand les Dieux prennent la parole, nous restons muets, et nous écoutons.

Des falaises érodées tailladent la mer de sable de part en part, de vastes citadelles s’y accrochent et parfois, y chutent. Le voyage est long et éprouvant, mais le zéphire met en voile nos esprits vers de plus belles contrées encore, vers d’autres mélodies, vers des abîmes harmoniques, vers des cathédrales sonores, et nous écoutons l’eau chanter dans les bassins de marbre. Nos yeux caves, cernés d’un sillon d’azur, se mettent alors à pleurer, difficile à dire, difficile à croire. Que reste-t-il ? Juste une poignée d’émotions qui glissent entre nos doigts ? Qui sommes nous maintenant ? Les réponses sont aussi rares que la vie dans cette lande. Mais tout va bien finir par prendre sens, car ce périple nous a enrichit, et il nous faut y méditer à présent. Nul ne sait combien de temps encore ces notes célestes tourneront dans nos têtes… Une éternité, peut-être plus…

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par TARTE :


Olivier MESSIAEN
La Nativité Du Seigneur (1935)
Quand l'impossible se met en musique




John ADAMS
The Dharma At Big Sur (2003)
Six cordes de bonheur.


Marquez et partagez





 
   TARTE

 
  N/A



- Austin Wintory (composition, percussions)
- Oleg Kontradenko (direction)
- Macedonia Radio Symphonic Orchestra
- Tina Guo (violoncelle)
- Amy Tatum (flûte, flûte basse)
- Charissa Barger (harpe)
- Rodney Wirtz (viola)
- Noah Gladstone (serpent)
- Sara Andon (flûte)
- Lisbeth Scott (chant)


1. Nascence
2. The Call
3. First Confluence
4. Second Confluence
5. Threshold
6. Third Confluence
7. The Road Of Trials
8. Fourth Confluence
9. Temptations
10. Descent
11. Fifth Confluence
12. Atonement
13. Final Confluence
14. The Crossing
15. Reclamation
16. Nadir
17. Apotheosis
18. I Was Born For This



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod