Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


BAND OF SKULLS - Sweet Sour (2012)
Par BAAZBAAZ le 9 Mai 2012          Consultée 854 fois

Qu’est-ce que BAND OF SKULLS ? Un groupe à la mode qui suscite une certaine méfiance. La faute à un tapage médiatique lié à l’apparition de l’une de leurs chansons (« Friends ») sur la bande originale de l’un des pires films de tous les temps, Twilight : A New Moon. Un film si aberrant de nullité qu’il est immédiatement devenu un référent infaillible pour localiser les gens qui ont un goût douteux autour de vous (ceux qui ont aimé). Dès lors, on comprendra que des influences assumées comme LED ZEPPELIN ou THE DEAD WEATHER, qui devraient plutôt rassurer, peuvent ne pas suffire à l’heure d’évaluer le contenu de ce second disque. On ne peut s’empêcher, en l’écoutant, d’avoir en tête des images d’ados pleurnichant devant les péripéties amoureuses d’un vampire au nez plat et d’une brune inexpressive.

Mais il faut aussi savoir faire abstraction de ce type de préjugés. BAND OF SKULLS, trio anglais originaire de Southampton, n’est pas qu’une simple créature médiatique et mérite une oreille très attentive. Après tout, ils ont tourné avec BLACK REBEL MOTORCYCLE CLUB (présents eux-aussi sur la B.O. en question) qui est, pour sa part, d’une crédibilité sans faille. Et la première impression est bonne. Dès « Sweet Sour », on est un confronté à un mur sonique surprenant de lourdeur, doté d’un groove acharné et brûlant qui confirme que ces gens-là ne plaisantent pas. Ils se la pètent un peu Jack White, et ils se la pètent un peu Bonham. Mais ce n’est pas interdit, et le groupe est très à l’aise avec un style de hard rock moderne, crasseux et bien épais (« The Devil Takes Care of His Own » et « Lies »). Jusqu’ici, tout va bien.

Le problème est que BAND OF SKULLS ne sait faire que ça, ce qui ne l’empêche hélas pas de se piquer d’écrire des chansons plus douces, sortes de ballades calmes et apaisées. Au début, ça passe : « Lay My Head Down », chanté en harmonie par Emma Richardson et Russell Marsden, est une pause bienvenue entre deux averses d’enclumes. Mais la deuxième partie de l’album voit le groupe aligner une majorité de ce type de compositions, dans lesquelles il est pourtant loin d’exceller. A ce titre, l’enchaînement de « Navigate » (petite sieste) et « Hometowns » (gros dodo) est l’une des expériences les plus ennuyeuses qu’on ait connues récemment dans le monde de la musique. Sans oublier le terrible final, ce « Close to Nowhere » embarrassant de platitude.

Le plus étonnant est l’extrême tolérance dont ces chansons ineptes semblent faire l’objet depuis la sortie de Sweet Sour. Comme si tout le monde s’accordait à fermer les yeux sur leur vacuité pour se focaliser sur les généreuses embardées rock dont le groupe est capable. Mais l’on ne peut pas sauver un disque de ses défauts. En réalité, nous n’avons ici qu’une moitié d’album. BAND OF SKULLS n’a eu ni l’inspiration ni les épaules pour proposer quelque chose de plus consistant. Et c’est d’autant plus dommage qu’il se montre ponctuellement capable d’allier à merveille puissance et complexité, comme sur ce « Wanderluster », magnifique, qui laisse augurer d’une écriture plus mûre et plus exigeante. Ont-ils voulu aller trop vite ? D’un seul coup, en tout cas, ils viennent de placer la barre très haut tout en montrant de vraies limites.

A lire aussi en HARD ROCK par BAAZBAAZ :


FREE
Heartbreaker (1973)
Terrible triomphe




SLEIGH BELLS
Reign Of Terror (2012)
Metal moderne pour jeunes gens branchés


Marquez et partagez





 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Russell Marsden (guitare, chant)
- Emma Richardson (basse, chant)
- Matt Hayward (batterie)


1. Sweet Sour
2. Bruises
3. Wanderluster
4. The Devil Takes Care Of His Own
5. Lay My Head Down
6. You're Not Pretty But You Got It Goin' On
7. Navigate
8. Hometowns
9. Lies
10. Close To Nowhere



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod