Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Brendan BENSON - What Kind Of World (2012)
Par BAAZBAAZ le 12 Mai 2012          Consultée 824 fois

Dans un monde parfait, BRENDAN BENSON aurait vendu des millions de disques. Mais ce ne sera jamais le cas. A la place, il devra se contenter d’être la perle rare que quelques amateurs bien informés se plaisent à écouter loin des modes et des coups d’éclats médiatiques. Avec le recul, l’aventure THE RACONTEURS n’y a d’ailleurs pas changé grand-chose, l’attention du public ayant surtout été focalisée sur Jack White. Depuis, BENSON est retourné dans le doux cocon élitiste de la confidentialité indie et sa carrière n’aura que peu profité de sa brève exposition à la lumière. Et c’est ainsi que What Kind of World, son cinquième album depuis ses débuts en 1996, sort sur son propre label créé pour l’occasion, le modeste Readymade Records. Ce monde-là, très clairement, n’est pas celui des millionnaires. Plutôt celui de la débrouillardise lo-fi et de l’autonomie artistique payée au prix de la fragilité financière.

Le paradoxe est que la musique de BENSON a toujours été taillée pour les foules. Héritier des maîtres de la power pop, il excelle dans l’art de composer des petites chansons rapides et entraînantes, mélodiques et nerveuses, qui font de ses disques des condensés d’influences 70’s savoureuses : on y entend le plus souvent BADFINGER et BIG STAR (Alex Chilton semble être son modèle de looser magnifique), mais la patte colorée de Jeff Lynne et son ELO n’est jamais loin. C’était particulièrement le cas sur son album précédent, le très bon My Old, Familiar Friend en 2009, œuvre subtile que des mauvaises langues ont pu juger moins percutante, moins rock. Avec What Kind of World, la question ne se pose pas. BENSON remet les guitares au premier plan et s’assume soudain en héritier direct des CARS et de WEEZER.

Voici donc qu’il nous livre un disque composé à la façon d’un Ric Ocasek ou d’un Rivers Cuomo, ce qui revient à peu près au même. Et si un léger doute peut s’installer brièvement à l’écoute des premières chansons (« Bad for Me » est une jolie ballade très badfingerienne, c'est-à-dire en fin de compte très beatlesienne), le récital power pop démarre définitivement avec « Happy Most of the Time ». Guitare affûtée, rythmique ferme et dansante, chant entêtant : les codes du genre sont respectés à la lettre. Ils donnent lieu à des envolées absolument jubilatoires, tels ce « Met Your Match » ou ce « Come On », équilibres parfaits entre rugosité et mélancolie joyeuse qui ne sont pas sans rappeler l’emo-punk classieux d’un SAVES THE DAY ou d’un JIMMY EAT WORLD. Une façon de dire que BENSON n’a jamais sonné aussi rock.

Parfois, il en fait un peu trop (l’intéressant mais indigeste « No One Else But You ») ou pas assez (la country banale de « On the Fence »), mais l’on retiendra surtout les moments de grâce : un gigantesque tube qui ne sera bien sûr jamais classé au Billboard (« Keep Me »), ou un petit diamant pop ambitieux, sobre et langoureux (« Pretty Baby », à écouter au casque). Ce qui fascine chez BENSON est son extrême éclectisme, sa capacité hors norme à cumuler les influences et à les digérer, ce qui donne à ses disques un aspect familier et une aura d’immédiateté. Mais cette musique n’a rien d’une parodie et n’est pas superficielle. Elle est simplement fidèle à un style, à une tradition née dans les années 70 et prolongée depuis, avec ses héros et ses éternels perdants (deux membres de THE POSIES sont présents ici). BENSON, très doué, a juste pris le relais à un moment où cela n’intéresse plus personne. Mais il n’en reste pas moins l’un des plus grands songwriters mineurs actuels.

A lire aussi en ROCK par BAAZBAAZ :


NUGGETS
Original Artyfacts From The First Psychedelic Era (1972)
La mine d'or du rock




Hanni EL KHATIB
Head In The Dirt (2013)
Une tornade rock cinglante


Marquez et partagez





 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Brendan Benson (chant, guitares)
- Jon Auer (guitares, basse)
- Sam Farrar (guitares, basse)
- Mark Watrous (guitares, basse, synthétiseurs)
- Ken Stringfellow (basse, synthétiseurs)
- Jay Joyce (guitares)
- Brad Pemberton (batterie)
- Andrew Higley (synthétiseurs)
- Billy Livsey (synthétiseurs)
- Pete Finney (pedal steel)
- Jon-paul Frappier (trompette)
- Max Abrams (saxophones)
- Mitch Reilly (saxophones)


1. What Kind Of World
2. Bad For Me
3. The Light Of Day
4. Happy Most Of The Time
5. Keep Me
6. Pretty Baby
7. Here In The Deadlights
8. Met Your Match
9. Thru The Ceiling
10. No One Else But You
11. Come On
12. On The Fence



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod