Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ/SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Roberta Flack
 

 Guide Jazz (116)

MALIA - Black Orchid (2012)
Par MANIAC BLUES le 28 Mai 2012          Consultée 897 fois

Malia est une chanteuse difficile à cerner. Originaire du Malawi, vivant à Londres, mais ayant sollicité les services du compositeur français André Manoukian qui lance sa carrière en 2002, Malia n’a pas de véritable ancrage géographique. Elle est également difficile à situer musicalement : chanteuse de jazz, de pop ou de soul, on n’en sait trop rien. Mais elle est loin d’être un cas isolé en la matière. En 2012, les chanteuses cataloguées jazz qui ont sorti des albums soul/pop, sont légion : Esperanza Spalding, Norah Jones, Sandra Nkaké, Robin McKelle, la liste est longue. Mais cette tendance à l’hybridation des styles qui ne cesse de se renforcer au fil des années existe en fait depuis des décennies. Nina Simone, notamment, mariait le blues, le jazz, la pop, la soul, la variété avec une facilité désarmante, alors même qu’elle était considérée comme une diva de jazz, étiquette qui n’a finalement pas vraiment de sens.

Chanteuse de jazz ou pas, Malia s’impose en tout cas comme l’une des dignes héritières de Nina Simone. Et en tout état de cause, Black Orchid n’est ni plus ni moins un album-hommage à cette dernière. Du répertoire de Nina Simone, elle a extrait treize chansons, qu’elle se réapproprie avec maestria. Simone n’a participé à la composition que de « Four Women », le reste étant des standards plus ou moins célèbres repris par la diva elle-même ou composés pour elle.

Loin de se complaire dans un hommage consensuel, Malia refuse des arrangements rétro et prend un parti plus risqué : elle épure en effet ces standards de toutes les strates d’interprétation qui se sont formées au cours de leur évolution dans l’histoire, pour en revenir à l’essence même. L’accompagnement est réduit au strict nécessaire : claviers, percussions, guitare, contrebasse et parfois une vibraphonette. Et comme Malia semble avoir pris ses aises dans notre pays, tous les musiciens sont français.

Alors qu’une telle sobriété aurait pu tourner à l’austérité et au morne ennui de la part d’un artiste de peu de talent, Malia propose un résultat sidérant d’émotion, de passion et de pureté. Son génie d’interprète est à la hauteur de sa superbe voix, sensible et nuancée. L’album conjugue cohésion et diversité avec brio. Du jazz très sobre de « My Baby Just Cares For Me » aux mélodies aériennes de « Don’t Explain » et « Feeling Good », il n’y a qu’un pas, celui du jazz à la soul. Le poignant « Baltimore » et le sensuel « I Put A Spell On You » sont repris de manière très personnelle, sans que l’on puisse vraiment y accoler une étiquette. Accompagnement de jazz d’une subtilité remarquable, mélodies soul très épurées, voix au timbre unique entre Billie Holiday et Roberta Flack, ce que nous propose Malia s’avère fort singulier. Alors que tout sonne d’une extraordinaire justesse, la chanteuse touchée par la grâce ne fait aucune faute de parcours, même avec l’étonnante légèreté de « Marriage is For Old Folks ». Les standards les plus rabâchés à l’image de « I Love You Porgy » retrouvent alors une seconde jeunesse inespérée.

Ce qui fait la différence entre un album de reprises banal et un disque du calibre de Black Orchid, c’est que l’un n’est qu’imitation tandis que l’autre fait preuve de créativité. Malia crée, insuffle une partie d’elle-même dans ces compositions : de là découle un album jamais rébarbatif, même au cours des sept minutes de « Wild Is the Wind ». Black Orchid est un album atemporel, d’une grâce absolue et très éloigné des sentiers battus. Plus qu’un simple album de chansons, ce disque est une œuvre d’art.

A lire aussi en JAZZ par MANIAC BLUES :


Robert GLASPER
Black Radio (2012)
La musique noire de demain




Kyle EASTWOOD
The View From Here (2013)
Kyle toujours au top !


Marquez et partagez







 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



- Malia (chant)
- Alexandre Saada (claviers)
- Laurent Sériés (percussions)
- Jean-daniel Botta (guitare et contrebasse)
- Daniel Yvinec (vibraphonette)


1. My Baby Just Cares For You
2. Don't Explain
3. Baltimore
4. Feeling Good
5. Four Woman
6. I Love You Porgy
7. If You Go Away
8. I Put A Spell On You
9. Keeper Of The Flame
10. He Ain't Comin' Home No More
11. Marriage Is For Old Folks
12. Wild In The Wind
13. That's All I Want From You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod