Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Die TOTEN HOSEN - Ballast Der Republik (2012)
Par GEGERS le 11 Juillet 2012          Consultée 1346 fois

C'est sur, on peut aisément faire l'impasse sur la musique des TOTEN HOSEN. Ce serait néanmoins passer à côté d'un des éléments majeurs de la culture rock allemande, un groupe culte au pays de Goethe devenu une véritable icône du genre. Un statut à la Scorpions, même si le groupe de Campino n'a jamais connu le même succès à l'export que ses glorieux aînés. DIE TOTEN HOSEN, donc, est une institution dont la discographie, débutée en 1983, compte son lots de standards punk-rock, et dont Ballast Der Republik constitue la quinzième livraison studio. Preuve que les vieilles gloires ont toujours la côte, ce nouvel album s'est hissé immédiatement au sommet des charts allemands, autrichiens et suisses. Pourtant, c'est un gros morceau que nous proposent ici les Pantalons Morts.

Ballast Der Republik, littéralement « Les Fibres de la République », est en effet un album concept, dont le titre et la pochette, un collage constitué de différents symboles et photos associés à la RFA et la RDA, illustrent parfaitement le thème : les TOTEN HOSEN semblent bien décidés à traiter de l'Allemagne pré-réunification, de la vie quotidienne et des rouages politiques en mouvement. Rien de bien surprenant, lorsque l'on connaît l'engagement social et politique du groupe depuis la deuxième moitié des années 90, bien qu'il se défende de rouler pour un parti en particulier. L'album se paye le luxe d'être double et de proposer plus d'une heure et demie de musique. Un pavé donc, paradoxalement extrêmement immédiat et accessible. Car la musique de DIE TOTEN HOSEN reste un rock musclé, mâtiné de quelques réminiscences punk. La rage du début n'est plus de mise, mais si le groupe allemand s'est assagi, il reste le vecteur d'un rock énergique et ultra-efficace.

Suivant un cheminement à la Offspring, les Pantalons Morts usent désormais avec parcimonie des plans punk, au profit de riffs plaqués plus à la mode, mais également bien plus intéressants d'un point de vue musical, permettant la cohabitation de rythmiques et d'ambiances variées. Le premier des deux albums témoigne de cette richesse musicale, puisque à l'enlevé et mordant « Ballast Der Republik », 2'30 d'un rock dont la guitare acoustique introductive n'est qu'un prémisse avant un déferlement d'énergie, succède la ballade « Tage de Wiese », premier single radiophonique et fédérateur. Les riffs s'enchaînent et font preuve d'une véritable inspiration à défaut d'une originalité transcendante. Néanmoins, les morceaux s'avèrent tout bonnement imparables couplés à des textes délectables, à l'image de celui de « Zwei Drittel Liebe », sur lequel Campino nous offre sa recette d'une vie de couple réussie en RDA : « Deux tiers d'amour, un tiers de vodka ». Bien entendu, ce dernier point nécessite de maîtriser la langue d'Angela Merkel.

Comme le joueur de flûte de Hamelin, DIE TOTEN HOSEN nous entraînent dans son sillage, et nous fait boire ses morceaux sans que l'on éprouve de satiété, tant la recette fonctionne. Sur le premier album, l'électro « Europa », l'enlevé « Drie Worte » ou la ballade «  Draußen vor der Tür » et sa section d'instruments à cordes frottées fonctionnent à merveille, et satisferont sans problème les amateurs de rock chiadé. Le deuxième album se fait plus barré. Résolument plus punk (« Computerstaat », « Heute Hier, Morgen Dort »), il présente également une reprise très convaincante de « Rock Me Amadeus » (Falco) gonflée en testostérone, des relectures de leurs compatriotes Kraftwerk et Die Ärzte, ainsi que quelques ballades, exercice dans lequel le groupe allemand excelle.

La somme de tout cela donne un album costaud et demandant un investissement personnel pour révéler tous ses secrets. L'effort sera néanmoins récompensé, puisque DIE TOTEN HOSEN, sans réinventer le rock, fait preuve d'une conviction et d'une inspiration inespérées pour un groupe avec une telle bouteille. Une excellente surprise, à déguster autour d'une bonne bière et d'un bretzel. Gut gemacht !

A lire aussi en PUNK-ROCK par GEGERS :


The REAL MCKENZIES
10000 Shots (2005)
Bis repetita




The FATTY FARMERS
Refarmatory (2013)
C'est rock, punk, celtique, mais espagnol ! (aaah)


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Campino (chant)
- Andreas Von Holst (guitare)
- Michael Breitkopf (guitare)
- Andreas Meurer (basse)
- Vom Ritchie (batterie)


- disque 1
1. Drei Kreuze (dass Wir Hier Sind)
2. Ballast Der Republik
3. Tage Wie Diese
4. Traurig Einen Sommer Lang
5. Altes Fieber
6. Zwei Drittel Liebe
7. Europa
8. Reiß Dich Los
9. Drei Worteschade, Wie Kann Das Passieren?
10. Draußen Vor Der Tür
11. Das Ist Der Moment
12. Ein Guter Tag Zum Fliegen
13. Oberhausen
14. Alles Hat Seinen Grund
15. Vogelfrei

- disque 2
1. Computerstaat
2. Sirenen
3. Das Model
4. Die Moorsoldaten
5. Im Nebel
6. Heute Hier, Morgen Dort
7. Rock Me Amadeus
8. Industrie-mädchen
9. Keine Macht Für Niemand
10. Einen Großen Nazi Hat Sie!
11. Schrei Nach Liebe
12. Manche Frauen
13. Innenstadt Front
14. Stimmen Aus Dem Massengrab
15. Lasset Uns Singen



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod