Recherche avancée       Liste groupes



      
GARAGE ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : The Chocolate Watchband , Nuggets

The SONICS - Here Are The Sonics!!! (1965)
Par BAAZBAAZ le 15 Novembre 2012          Consultée 1819 fois

C’était eux les plus violents. Au sein de la scène garage américaine des années 60, les SONICS étaient les plus sauvages, les plus excessifs. Mieux, leur musique reste encore aujourd’hui d’une intensité inégalée, tous styles et époques confondus. Avec leurs rythmes de plomb, leur batteur barbare et leur chanteur possédé, ils jouaient une musique rugissante et primaire qui est l’ancêtre de bien des excès : hard rock, punk, hardcore, thrash, grind… Chaque génération essaye toujours de dépasser la précédente, d’aller plus loin, de faire plus de bruit ou d’être plus dure. Mais si l’on se met en quête des origines, si l’on remonte suffisamment en arrière pour se rapprocher du big bang initial, alors on tombe inévitablement sur ce groupe.

Sans compter que les SONICS furent aussi et surtout des fondateurs. On dit souvent que le garage est né au milieu des années 60 lorsque les Américains ont redécouvert leurs propres racines via la British invasion : en copiant les STONES, les YARDBIRDS ou THEM, ils ont renoué à leur façon avec le rock 'n' roll et le R&B de la décennie précédente. Tout cela est vrai, et explique l’apogée tardive du genre en 1966. Mais il ne faudrait pas oublier qu’il en existe aussi une genèse plus typiquement américaine. Dès la fin des années 50, des excités locaux ont repris la flamme allumée par les pyromanes que furent CHUCK BERRY ou LITTLE RICHARD.

Ce fut le cas des WAILERS, que seuls les ignares confondent avec un groupe de reggae. En 1961, ils sont les premiers à triturer « Louie Louie », ouvrant la voie aux KINGSMEN qui en font trois ans plus tard l’hymne garage inaugural. Originaire de Tacoma dans la banlieue de Seattle, ils ont fondé leur propre label, Etiquette Records, sur lequel sort en 1965 le premier album des SONICS. Fruit d’une longue gestation – le groupe existe depuis plusieurs années – Here are the Sonics!!! incarne rien moins que les tables de la loi du garage naissant, du moins dans sa version coriace : le son est odieusement saturé, la production minimaliste, et le rock 'n' roll y devient assourdissant, à grands coups de guitares perçantes et de saxophones stridents.

Et puis il y a Gerry Roslie, le chanteur. Hurlant comme un dément, il déploie dans ses cris anormaux une agressivité phénoménale, insupportable pour les oreilles sensibles. Et non content de mugir à la manière d’un forcené, il se révèle doué pour écrire des petits pastiches tapageurs de la musique de ses idoles, LITTLE RICHARD en tête. Il signe ici quatre chansons qui sont aux fondements du genre : « The Witch » – single qui connait un succès local en 1964 –, est un classique puissant, lourd et haineux, tandis que « Boss Hoss » est un foutoir rock jubilatoire. Et son talent explose sur la face B avec « Psycho », symbole de la démence du groupe, et « Strychnine », insensée déclaration d’amour à la drogue dont l’intro foudroyante et le rythme lancinant sont des modèles d’efficacité.

Au-delà de ces quelques compositions originales, l'album est majoritairement constitué de reprises. Sous l’influence cette fois plus évidente des ROLLING STONES et des BEATLES, on y trouve ainsi le « Walking the Dog » de RUFUS THOMAS et le hit Motown « Money (That's What I Want) ». Mais qu’elles soient d’inspiration R&B ou rock 'n' roll (« Roll Over Beethoven » ou « Good Golly Miss Molly », qu’on ne présente plus), ces chansons sont toutes adaptées au style brutal du groupe. Violentées, maltraitées, elles font l’objet d’une appropriation sans concessions qui respecte toutefois l’essentiel : l’énergie forcenée qu’elles dégagent et qui fait de l’irascible Here are the Sonics!!!, punk avant l’heure, l’un des disques les plus intenses de l’histoire.

A lire aussi en ROCK par BAAZBAAZ :


The CHOCOLATE WATCHBAND
No Way Out (1967)
Les Rolling Stones américains ?




Hanni EL KHATIB
Head In The Dirt (2013)
Une tornade rock cinglante


Marquez et partagez





 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Gerry Roslie (chant, orgue, piano)
- Andy Parypa (basse)
- Larry Parypa (chant, guitares)
- Rob Lind (chant, saxophone)
- Bob Bennett (batterie)


1. The Witch
2. Do You Love Me
3. Roll Over Beethoven
4. Boss Hoss
5. Dirty Robber
6. Have Love, Will Travel
7. Psycho
8. Money (that's What I Want)
9. Walkin' The Dog
10. Night Time Is The Right Time
11. Strychnine
12. Good Golly Miss Molly



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod