Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2012 King Tuff

KING TUFF - King Tuff (2012)
Par BAAZBAAZ le 14 Août 2012          Consultée 959 fois

Kyle Thomas est un jeune homme occupé. Multipliant les projets à la façon d’un apprenti Jack White, couvé et chouchouté par Sub Pop, ce musicien très éclectique est l’un des espoirs du rock indépendant américain. Mais le petit prodige est-il à la hauteur ? Passé en quelques années du folk un peu barré de FEATHERS au stoner saignant de WITCH (fondé par J Mascis de DINOSAUR Jr.) dont il fut le chanteur, il a acquis une expérience dans des styles très différents, quitte à donner l’impression de se chercher un peu. Cette diversité se ressent d’ailleurs sur ce second album de KING TUFF – sorti quatre ans après Was Dead – produit par Bobby Harlow, pilier de la scène garage de Detroit.

Dès lors, la première réussite de ce disque est sans doute sa cohérence. Thomas invente pas à pas une musique située au confluent de ses nombreuses influences. Le passage d’un style à l’autre est parfois un peu abrupt, mais cette capacité à explorer plusieurs types d’ambiances permet d’éviter la monotonie. Côté rock, on retiendra en priorité des déclarations d’amour éhontées au glam de T. REX (les clinquants « Keep on Movin’ » et « Stranger ») et des embardées power-pop (« Stupid Superstar » et surtout le très bon « Hit & Run ») qui gagnent en profondeur au fil des écoutes. Faussement immédiat, l’art de KING TUFF s’épanouit dans la durée.

L’album comporte ainsi une série de chansons plus apaisées qui se laissent découvrir peu à peu : « Unusual World », à l’ambiance très néo-psychédélique (donc pleinement dans l’air du temps), « Evergreen » ou « Swamp of Love » étonnent par leur finesse pop. Sur les conseils de son producteur, Thomas a accepté de ne pas livrer un simple brûlot garage ou glam monomaniaque dont on n’aurait retenu que les tics passéistes. En s'exerçant à une écriture plus personnelle – même si dans ce registre aussi Marc Bolan n’est jamais très loin – il semble vouloir prouver au contraire qu’il est capable d’explorer sa propre voie.

C’est tout le défi qui l’attend à présent. Car KING TUFF (qui n'est rien d'autre que son pseudonyme) n’est encore qu’un projet un peu brouillon, spontané, à travers lequel Thomas case tout ce qui lui passe par la tête. Or, si le songwriting est de qualité homogène – le disque ne contient pas de remplissage –, on cherchera par contre en vain la folie, l’étincelle de génie qui donnerait à cette musique plus d'ampleur. Il manque ici des vrais tubes (même si « Bad Things » et « Baby Just Break » seraient presque de bons candidats), des envolées rock ou des joyaux pop qui autoriseraient enfin à penser que la relève de la prochaine décennie est assurée. Alors quel avenir pour le petit chouchou ? Une carrière indie de seconde zone ou un destin à la Jack White ? Difficile de trancher pour l’instant.

A lire aussi en ROCK par BAAZBAAZ :


The BYRDS
Turn! Turn! Turn! (1965)
Un beau clair-obscur




The CHOCOLATE WATCHBAND
No Way Out (1967)
Les Rolling Stones américains ?


Marquez et partagez





 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- King Tuff / Kyle Thomas (chant, guitare)
- Magic Jake (basse)
- Kenny Tudrick (batterie)
- Ross Westerbur (piano)


1. Anthem
2. Alone & Stoned
3. Keep On Movin'
4. Unusual World
5. Bad Thing
6. Loser's Wall
7. Stranger
8. Baby Just Break
9. Stupid Superstar
10. Evergreen
11. Swamp Of Love
12. Hit & Run



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod