Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


JEFF THE BROTHERHOOD - Hypnotic Nights (2012)
Par BAAZBAAZ le 17 Août 2012          Consultée 659 fois

Après 2005, WEEZER a sérieusement commencé à dérailler. La sortie du très controversé (et pourtant très bon) Make Believe, dont beaucoup de fans n’ont pas digéré la production tape-à-l’œil et les influences hard FM, a été un tournant. Depuis, Rivers Cuomo s’est révélé incapable d’écrire une bonne chanson et des disques chaque fois plus vides et indigents se sont succédés. Mais la mort artistique du groupe ne doit en rien faire oublier son extraordinaire impact sur la musique des années 2000. Des dizaines, voire des centaines de petits punks et emos se sont engouffrés dans la brèche et ont exploité le même mélange de mélancolie et de violence. Alors oui, WEEZER est mort, mais ses rejetons grouillent partout.

C’est le cas de JEFF THE BROTHERHOOD, constitué de deux frères (Jake et Jamie Orall, fils d’un compositeur country à succès) dont l’objectif musical ultime – du moins pour l’instant – semble être de reprendre les choses à l'endroit précis où Cuomo et ses compères les ont laissées il y a bien longtemps avec le chef d’œuvre Pinkerton et son non moins excellent successeur, le Green Album. Et ils le font avec un tel respect, une telle minutie, que cet Hypnotic Nights a tous les aspects d’un hommage perpétré par un tribute band zélé qui aurait mis la main sur des chutes de studio de son groupe fétiche. Tout, depuis le son de guitare lourd et dense, le style de chant poignant et désabusé, jusqu’à l’ambiance générale du disque, est là pour renforcer cette impression.

Voilà donc, ressuscité, le WEEZER de la grande époque, un peu punk, un peu metal, à la fois puissant, nonchalant et triste. De quoi se plaint-on ? Il serait possible, enfin, de laisser un Cuomo embourgeoisé à son infâme goût de l’auto-parodie et profiter de la musique de ces jeunes loups encore pétris de colère et d’émotion. Sur « Country Life », « Mystic Portal II » ou « Dark Energy » (lesté d'un beau riff en béton armé), les fans nostalgiques ne pourront que s’émerveiller de la capacité de JEFF THE BROTHERHOOD à se caler dans les traces de leur modèle. Un tel brio dans le mimétisme ne peut que susciter l’enthousiasme.

Du moins jusqu’à un certain point. Car on ne peut s’empêcher aussi de se demander où vont exactement les deux frangins avec une telle démarche. D’autant plus qu’ils en sont tout de même à leur sixième album et que le précédent (We Are the Champions, sorti en 2011) sonnait déjà de façon identique. Sans compter qu’Hypnotic Nights est loin d’être parfait : des chansons comme « Sixpack » (et sa petite mélodie trop racoleuse pour être honnête) ou « Leave me Out » ont un aspect un peu artificiel tant elles font penser à du clonage pur et simple. Et les tentatives de diversification ne sont pas forcément plus convaincantes, à l’image de ce « Region of Fire » lassant ou de la reprise finale du « Changes » de BLACK SABBATH, sans intérêt.

Mais alors que faire d’un tel groupe ? On sent bien ça et là des influences plus variées (JAWBREAKER sur « Hypnotic Mind » ou les RAMONES sur « Staring at the Wall »), mais tout cela était déjà présent chez WEEZER il y a plus de quinze ans. Au-delà de l’engouement initial généré par l’efficacité du disque – dont l’écoute est vraiment très agréable –, une crainte surgit donc quant à la pérennité artistique de JEFF THE BROTHERHOOD. Les frères Orall sont sympathiques et l’on ne demande qu’à les suivre encore un peu. Débrouillards et prolifiques, ils ont également des amis précieux : ils ont sorti un live sur le label de Jack White et Hypnotic Nights a été produit par le désormais incontournable Dan Auerbach des BLACK KEYS. A les voir aussi bien entourés, on est en droit d'attendre de leur part quelques coups d’éclats retentissants.

A lire aussi en PUNK-ROCK par BAAZBAAZ :


The HIVES
Lex Hives (2012)
Le plaisir est dans la douleur




The JAM
Setting Sons (1979)
Quand les punks deviennent des rock stars


Marquez et partagez





 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Jake Orall (chant, guitare)
- Jamin Orall (batterie)


1. Country Life
2. Sixpack
3. Mystic Portal II
4. Hypnotic Mind
5. Wood Ox
6. Staring At The Wall
7. Leave Me Out
8. Region Of Fire
9. Hypnotic Winter
10. Dark Energy
11. Changes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod