Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK ALTERNATIF  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Seer , 10,000 Maniacs, Kitchens Of Distinction
- Membre : Red Hot Chili Peppers

REM - New Adventures In Hi-fi (1996)
Par MARCO STIVELL le 29 Novembre 2012          Consultée 3134 fois

New Adventures in Hi-Fi est l'album qui clôt la période classique d'R.E.M., à quatre comme cela a toujours été le cas auparavant. Pendant la tournée Monster, le batteur Bill Berry est victime en plein concert à Lausanne d'une rupture d'anévrisme cérébral. Une fois soigné, il reste encore un peu avec eux pour finalement les quitter définitivement après plus de quinze ans de bons et loyaux services et avec la perspective d'une nouvelle carrière (en tant que fermier !).

Pour ce disque, R.E.M. s'inspire de Neil Young et de son Time Fades Away maudit, enregistré «on the road». Les circonstances sont différentes par rapport au Loner mais le concept est tout aussi alléchant, les chansons étant directement prélevées sur des soundchecks ou carrément des prestations en public (on entend d'ailleurs ce dernier à la toute fin de «Undertow» par exemple !) et ce aux quatre coins des Etats-Unis, avant d'être peaufinées en studio. Des sessions d'enregistrements auront aussi lieu et quatre titres seront rajoutés : «Be Mine», «New Test Leper», «E-Bow the Letter» et «How the West Was Won and Where It Got Us», ce dernier étant le plus tardif à jaillir et curieusement positionné au tout début du disque ! D'autres détails croustillants sont à relever autour de ce disque et qui émanent tous de Peter Buck. Pour Monster, le groupe trouvait qu'ils voulaient trop ressembler à un groupe de rock, ils ont voulu s'en démarquer et avec ce numéro dix, ils n'arrivent finalement qu'à fournir leur disque le plus rock... Le guitariste dit aussi qu'au moment de Out of Time, la Warner ne croyait vraiment pas en un possible succès, alors que pour New Adventures in Hi-Fi, ils flairent au moins trois tubes. A part «E-Bow the Letter», plus grand succès du groupe en Angleterre, il n'y en a aucun et ce disque se situe dans la lignée du déclin commercial de Monster !

Et pourtant, si on veut parler de réussite artistique, c'est directement à lui qu'il faut penser. Inspiration, puissance, diversité sont des mots trop faibles pour celui qui reste l'album préféré de Michael Stipe. Au niveau de l'instrumentation, c'est sans doute celui où ils réalisent le plus d'efforts (ils sont bien aidés par leurs musiciens de tournée, Scott McCaughey et Nathan December), particulièrement Bill Berry qui insuffle un semblant de sifflet à la Morricone («Ennio whistle») sur la première chanson et se charge même d'en introduire une autre seul au synthétiseur et... à la guitare acoustique, avec le charme maladroit qui lui incombe pour le coup. Quand on sait que cette chanson s'appelle «Leave», ce n'est pas un moindre hommage ! Un morceau de sept minutes est rare pour ce groupe, mais quand on l'écoute on comprend combien c'est judicieux, la carrure répétitive étant contrebalancée par un déchirement musical des plus poignants, avec une éruption de guitares et un Michael Stipe à fleur de peau. A l'inverse, on trouve la softitude d'un «How the West Was Won and Where It Got Us», chargée en claviers où le chanteur met lui-même la main à la pâte.

On peut aisément citer tous les morceaux comme des références. Les rageurs «Undertow», «Binky the Doormat» et surtout «The Wake-Up Bomb» se classent parmi ce que le groupe sait faire de mieux avec rythmique forte, ronflement d'orgue Hammond, contrepont entre Mills et Stipe et guitares dégoulinantes. La lourdeur de «Low Desert» est, dans son style, aussi appréciable que celle d'un «Departure», très influencé punk et possédant une hargne de plus en plus contenue entre Lifes Rich Pageant et le début des années 90. Il y a bien sûr quelques relents folk épiques, toujours dans le ton rock du disque comme «Be Mine», le superbe «New Test Leper» et la ballade «Electrolite», contemplation de Los Angeles de nuit par Michael Stipe (surtout après un séisme), soulignée par le violon d'Andy Carlson et preuve supplémentaire que Mike Mills sait écrire de magnifiques partitions de piano (voire aussi l'effet jazzy sur «How the West Was Won...»). Le groupe trouve encore le temps d'écrire un petit instrumental cocasse et pépère, «Zither», autre preuve de la richesse du disque. «Bittersweet Me» et «So Fast, So Numb» peuvent directement se classer parmi les classiques d'R.E.M. de par leur efficacité, leur profondeur autant que leur réalisation. Quant à «E-Bow the Letter», cette ambiance plombante car propice au recueillement (l'ami de Stipe détruit par la drogue ne recevra jamais sa lettre qui fait alors le même bruit qu'un e-bow, le jouet pour guitare, selon le chanteur) et forcément épique, idéalement renforcée par la présence de Patti Smith... Le coup de maître du disque !

Décidément, même en me forçant, je ne vois rien à reprocher à ce dernier, Madame l'Objectivité peut aller se faire voir pendant un moment. En fait les une heure cinq de musique arrivent à nous faire oublier celles nettement plus concises de Monster. En dépit de sa bonne volonté, le groupe n'a jamais fait aussi bien et ce sera également le cas par la suite. Ce n'est aussi pas par hasard si ce disque contient la meilleure pochette. Pour votre serviteur, il reste la découverte la plus sensationnelle, le plus beau méfait de ce grand groupe.

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


REM
Chronic Town (1982)
Point de départ d'une faste carrière




ANGE
Vu D'un Chien (1980)
Entre pop, rock, disco et prog fm


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Michael Stipe (chant, synthétiseur)
- Peter Buck (guitares, mandoline, bouzouki, basse, sitar électr)
- Mike Mills (basse, choeurs, piano, synthétiseurs, orgues, mell)
- Bill Berry (batterie, percussions, basse, synthétiseurs, guita)
- Scott Mccaughey (piano, arp odyssey, orgue farfisa, autoharpe)
- Nathan December (guitares, tambourin, guiro)
- + Andy Carlson (violon)
- Patti Smith (chant)


1. How The West Was Won And Where It Got Us
2. The Wake-up Bomb
3. New Test Leper
4. Undertow
5. E-bow The Letter
6. Leave
7. Departure
8. Bittersweet Me
9. Be Mine
10. Binky The Doormat
11. Zither
12. So Fast, So Numb
13. Low Desert
14. Electrolite



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod