Recherche avancée       Liste groupes



      
ALTERNATIVE POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2012 Unearth

GRASSCUT - Unearth (2012)
Par WALTERSMOKE le 8 Septembre 2012          Consultée 664 fois

L'automne 2012 approchant à grands pas, il serait de bon ton de trouver une bande originale qui lui convienne; mais comme il vous faut quelque chose qui sonne bien dans l'air du temps, que choisir ? Tous ces titres sauvages qui se sont échappés de ces réserves appelées discothèques et qui trustent les ondes ? La nouvelle sensation soul ou pop qui se contente en fait de nourrir un peu plus les clichés du genre ? No way, José, il faut quelque chose qui corresponde, évidemment.

Et c'est là qu'arrive à point nommé Unearth, le deuxième album du duo anglais GRASSCUT, dont le calme et la beauté apparentes rivalisent avec la tristesse, et arrêtent de faire dire «j'suis sexy et je le sais» entre autres, tout en proposant une musique clairement actuelle, sans de passéisme affiché. La pochette de l'album est d'ailleurs au diapason de cette ambiance, avec la brume que l'on soupçonne mer et ces monotones constructions urbaines en arrière-plan. Quant aux titres des chansons, ils n'ont pas été choisis au hasard, puisqu'ils renvoient de manière plus ou moins explicite à différents endroits situés aux quatre coins de l'Angleterre.

Ce qui saute aux yeux , c'est bien évidemment le talent d'écriture d'Andrew Phillips, même si cela ne se ressent pas de manière systématique dès l'ouverture du disque, avec "Cut Grass", qui énerve toutefois avec ses bruitages (dont une espèce d'imitation de nos bons vieux modems internet) et un chant renvoyant à du mauvais Coldplay, le côté grandiloquent en moins; le titre suivant, à savoir "Pieces", combine des idées intéressantes et des paroles pas trop mauvaises à des sons issus du dubstep bas de gamme, mais au vu de sa modernité et de son rythme plus élevé que la moyenne, rien d'étonnant à ce qu'il ait été choisi comme single.

Malgré tout, ce n'est heureusement pas assez pour se décourager et craindre la suite, d'autant plus qu'elle assure bien plus. Rien que "Blink In The Night", avec sa ligne de violon accompagnée de claviers lénifiants, provoque une intense attraction auditive, ou encore "From Towns And Fields", avec son intro au piano absolument magnifique. De manière générale, l'association des instruments acoustiques avec les sonorités électro marchent plutôt bien, sans qu'il y ait une trop grande hétérogénéité ou quelque chose du style «hé les mecs, écoutez notre album, on joue du violon et du synthé en même temps, yeah !». L'album se termine également de manière tranquille et sereine avec "Richardson Road", où apparaît en tant qu'invité Robert WYATT, monstre sacré de la musique moderne (ce qui peut s'expliquer en partie par le fait que Marcus O'Dair, l'autre membre de GRASSCUT, soit son biographe attitré).

Toutefois, il faut noter deux défauts majeurs dans Unearth. D'abord, il y a un certain ventre creux constitué de "Reservoir" et "Stone Lions", qui sont de manière évidente des morceaux de remplissage assez lourds, et qui ne semblent pas assez aboutis. Ensuite, il n'y a pas de morceau majeur pour transcender réellement l'album; ce défaut est toutefois en partie compensé, nonobstant les deux titres précités, par la haute qualité des compositions.

Unearth est clairement le genre d'album qui convient si l'on recherche quelque chose de beau, de chaleureusement triste et de bien fait. Cependant, je m'interroge sur une autre faiblesse du disque, à savoir la viabilité du disque : est-ce que dans quelques mois, il sera toujours aussi bien vu ? Gageons que oui, à mon humble avis il le mérite. Et puis il conviendra très bien pour passer l'automne.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Steve ROACH
Empetus (1986)
Roach, ce maitre du séquençage




Klaus SCHULZE
La Vie Electronique 3 (2009)
Une compile pour tous


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Andrew Phillips (chant, claviers, guitare)
- Marcus O'dair (claviers, contrebasse)
- Seb Rochford (batterie)
- Gazelle Twin (chant)
- Robert Wyatt (piano, cornet, choeurs)


1. Cut Grass
2. Pieces
3. Blink In The Night
4. Reservoir
5. Stone Lions
6. A Mysterious Disappearance
7. From Towns And Fields
8. Lights
9. We Found Ourselves
10. Richardson Road



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod