Recherche avancée       Liste groupes



      
FILM NOIR LOVE STORY JAZZ  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (240)

BOHREN UND DER CLUB OF GORE - Sunset Mission (2000)
Par STREETCLEANER le 31 Janvier 2013          Consultée 1299 fois

Une ville qui s'endort alors que la nuit l'enveloppe progressivement de son manteau sombre;
Un immeuble mal entretenu, un escalier en bois et en colimaçon, le palier du troisième étage qui craque;
Un privé dépressif, encore beau gosse, mais désormais alcoolique, et dont les affaires ne marchent plus très bien depuis belle lurette;
Un bureau en désordre, une bouteille de Jack Daniels vide, un verre sale, des mégots écrasés dans le cendrier;
L'air enfumé de la pièce paisiblement brassé par un ventilateur mal fixé au plafond et tournant au ralenti;
Une jeune veuve qui entre, particulièrement attirante, et qui cherche à résoudre une affaire;
Des rues désertes mal éclairées dans lesquelles rôde un assassin;
Quelques ombres furtives animées par la lumière blafarde des réverbères;

Bienvenue dans :

"A Film Noir Love Story";

On pourrait s'arrêter là. Le décor est planté et l'ambiance aussi. Il n'est parfois pas très utile d'aller au-delà. Sunset Mission, troisième album des Allemands de Bohren Und Der Club Of Gore, ne revient pas au funeral doom jazz de ses débuts (Gore Motel), mais explore consciencieusement les atmosphères, parfois en forme de clichés, des films noirs américains. Sunset Mission est par ailleurs le premier album du quartet à intégrer le saxophone, suite au départ du guitariste Reiner Henseleit remplacé par Christoph Clöser. Décrire les différentes compositions n'aurait ici que peu de sens tant l'unité des atmosphères est évidente, tant l'histoire et le film se poursuivent du début jusqu'à la toute dernière seconde.

Que reste-t-il du funeral doom jazz de Gore Motel ? Un peu plus qu'on pourrait le penser à vrai dire de prime abord, notamment ce sentiment de lourdeur et de lenteur exprimé par exemple par l'espace entre les lents battements combinés de la contrebasse qui vibre et de la batterie "Nightwolf", ou le jeu des balais de Thorsten Benning "Midnight Walker". L'écoute mutuelle de la batterie et de la contrebasse est bien évidemment fondamentale. Les vibrations de la contrebasse sont d'ailleurs particulières profondes et constituent un vrai régal. Le saxophone ténor de Christoph Clöser, qui s'invite dans la pénombre, est particulièrement sensuel et s'accouple à merveille avec la chaude contrebasse et les claviers qui imprègnent le tout d'une couleur très proche de celle du travail du compositeur Angelo Badalamenti "Painless Steel". Quelques compositions ressortent un peu plus particulièrement, malgré une volonté de proposer un travail qui ne constitue qu'un tout. C'est le cas par exemple de "Midnight Walker" ou de "Street Tattoo". Mais on ne peut que se réjouir que l'ensemble ne souffre d'aucune faiblesse notable.

A écouter le soir ou la nuit lorsque les lumières blafardes de la ville brillent et que quelques ombres dansent furtivement. Au milieu de ces lumières, perdu quelque part, il y a peut-être un privé en perdition qui reçoit une jeune veuve attirante dans son bureau situé au troisième étage d'un immeuble mal entretenu. Peut-être...

A lire aussi en JAZZ par STREETCLEANER :


Elina DUNI
Matanë Malit (2012)
Attention, un must have ecm 2012 !




Stefano BATTAGLIA
The River Of Anyder (2011)
Lyrique, mélancolique, calme et coloré


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Morten Gass (piano)
- Christoph Clöser (tenor saxophone)
- Thorsten Benning (batterie)
- Robin Rodenberg (contrebasse)


1. Prowler
2. On Demon Wings
3. Midnight Walker
4. Street Tattoo
5. Painless Steel
6. Darkstalker
7. Nightwolf
8. Black City Skyline
9. Dead End Angels



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod