Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Eluvium
 

 Le Site Officiel (301)
 Le Myspace (206)

Tim HECKER - Dropped Pianos (2012)
Par SUNTORY TIME le 13 Novembre 2012          Consultée 928 fois

Tim HECKER fait sans aucun doute partie des grands noms de la scène ambient de ces dernières années. Mais ici on ne parle pas d’ambient de supermarché ; rien à voir avec ces compiles de relaxation qui ressemblent plus à des bande-son de films érotiques qu’à une vraie recherche musicale.

Ici on a affaire à de « l’ambient cérébral », comme l’a dit mon cher collègue Monsieur N ; si l’aspect planant du style est bel et bien là, le son peut se faire plus corrosif, saturé, à l’instar des premiers albums d’ELUVIUM. En cela Tim HECKER a réussi à créer un univers qui lui est propre.

Son dernier album, le superbe Ravedeath 1972 est particulièrement emblématique des recherches sonores du bonhomme. Ce disque riche, sombre et froid est idéal comme bande-son d’une ballade dans un paysage glacial et brumeux. Clairement un grand disque d’ambient, auquel se rajoute Dropped Pianos, ce mini album qui est une sorte de suite à Ravedeath 1972. D’ailleurs la pochette est la même, mais ici comme sous exposé, dans un noir abyssal.

Ca ne veut pas dire que Dropped Pianos est plus sombre que son grand-frère. Le son y est moins rugueux et expérimental. L’importance de ce disque, c’est que l’on retrouve des thèmes de Ravedeath 1972 travaillés différemment. Ainsi les « Sketchs » 1, 2, et 5 reprennent la mélodie du premier morceau de Ravedeath, « Piano Drop ». Le Piano est d’ailleurs l’élément le plus présent sur l’album, dans un ensemble plus acoustique et intimiste que Ravedeath, même si on retrouve ces claviers saccadés et stressant sur les « Sketchs » 4 et 9. Il y a aussi des mélodies inédites, comme celle des « Skecths » 3 et 7, ce qui permet à Dropped Piano de ne pas être considéré comme une simple compilation des brouillons de son grand-frère.

Dropped Pianos n’est certes pas aussi passionnant que Ravedeath 1972, mais pour ceux qui ont adoré ce dernier, il est clairement un bon supplément qui ne fait qu’enrichir le travail d’un artiste talentueux et inspiré.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par SUNTORY TIME :


Rick WRIGHT
Broken China (1996)
L'ex Pink Floyd recolle les morceaux




Steve HOGARTH & R. BARBIERI
Arc Light (2013)
La durée d'un EP, la densité d'un album !


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Tim Hecker: (tout)


1. Sketch 1
2. Sketch 2
3. Sketch 3
4. Sketch 4
5. Sketch 5
6. Sketch 6
7. Sketch 7
8. Sketch 8
9. Sketch 9



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod