Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (5)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Mark Knopfler
- Style + Membre : John Illsley

DIRE STRAITS - Making Movies (1980)
Par MR. AMEFORGEE le 9 Mai 2005          Consultée 10938 fois

Making Movies constitue le troisième album de Dire Straits, qui voit l’éviction de David Knopfler à la guitare rythmique (remplacé par Sid McGinnis) et le travail des claviers assuré par Roy Bittan du E-Street Band (Bruce Springsteen). Le travail d’arrangements se révèle plus complexe que sur les deux précédents opus, mais l’ensemble de l’album s’écoute sans difficulté et même mieux : avec plaisir.

Or donc, Making Movies se présente comme un pur produit Dire Straits, où l’on y retrouve les sonorités qui en sont la marque de fabrique : le fameux chant narratif à la Bob Dylan, en un peu plus maîtrisé toutefois, la guitare et son célèbre jeu d’arpèges à la J.J. Cale, et la batterie nerveuse enfin, qui soutient l’ensemble avec fermeté.
Les morceaux sont des pièces de rock finement ouvragées, munies de mélodies élégantes, ni trop démonstratives ni trop sobres, et sont conçus comme de petites histoires, des scénarios, possédant chacun leur propre atmosphère, suscitant chacun leurs propres images.

Les titres sont d’une taille raisonnable et seul Tunnel of Love, qui ouvre l’album sur un extrait de The Carousel Waltz, atteindra un respectable huit minutes, road movie légèrement nostalgique, mené tambour battant et dont la conclusion, duo entre les arpèges de la guitare et ceux du piano, est un vrai régal.
Certains titres abordent une facette plus calme, sans pour autant renier quelques démonstrations d’énergie : le célèbre Romeo & Juliet et son ambiance nocturne, parfaitement agencé, avec montées en puissance à chaque couplet, mais toujours de manière contenue, puis descrescendo introspectif, puis conclusion éclatante ; ou bien encore le pluvieux Hand in Hand, qui entremêle sonorités mélancoliques et un refrain électrisant.
Le débonnaire Skateaway, l’entraînant Expresso Love et l’énergique Solid Rock, déclinent ensuite, chacun à leur manière, le rock tel que le conçoit Dire Straits, avec classe. Souvent les refrains sont accrocheurs, Mark Knopfler sait nous sortir le petit coup de guitare qui fait mouche, toujours sans ostentation, et l’usage du clavier, bien que peut-être un peu trop en retrait parfois, apporte une réelle profondeur aux morceaux.
Seuls Les Boys, qui clôt Making Movies, me semble un peu plus faible, dans une ambiance « cabaret décontracté » qui n’apporte pas grand-chose à l’album (en conséquence, celui-ci pourra paraître un peu court). C’est dommage car cela nous laisse sur notre faim alors que l’album en lui-même est de très bonne facture. Un titre plus ambitieux eût été préférable, mais ne pinaillons pas.

Making Movies est donc un album plutôt bon, agréable, sans réelle faiblesse, exception faite du dernier titre. Ce n’est assurément pas l’album le plus célèbre de Dire Straits (difficile de concurrencer l’ambitieux Love Over Gold, Dire Straits, le premier album éponyme avec son Sultans of Swing, ou bien encore le trop célèbre, peut-être, Brothers In Arms), mais peut toutefois constituer une bonne entrée en matière dans l’univers particulier du groupe.

Titres favoris: Tunnel of Love; Romeo & Juliet; Hand in Hand.

A lire aussi en ROCK par MR. AMEFORGEE :


The POGUES
If I Should Fall From Grace With God (1988)
Le meilleur du punk-folk irlandais?




The WHO
Who's Next (1971)
Euh une accroche ? le meilleur des who, simplement

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Mark Knopfler (guitare, chant)
- Roy Bittan (clavier)
- John Illsley (basse, choeur)
- Sid Mcginnis (guitare)
- Pick Withers (batterie, choeur)


1. Tunnel Of Love
2. Romeo And Juliet
3. Skateaway
4. Expresso Love
5. Hand In Hand
6. Solid Rock
7. Les Boys



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod