Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Elvis Presley , Eddie Cochran , Jerry Lee Lewis , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson

Gene VINCENT - I'm Back And I'm Proud (1969)
Par ERWIN le 21 Mars 2013          Consultée 1625 fois

Le titre même de ce dernier opus porte à l’interrogation. On se souvient que Gene avait, révolutionné quelque peu son approche de la musique lors des sessions Challenge de son avant dernier album éponyme, ce tout en restant d’une pureté remarquable, il restera comme le seul exemple de longévité dans le Rock’n’roll sans avoir baissé la culotte. Seulement « I’m back and I’m proud », - je suis de retour et je suis fier … - Cela laisse dubitatif. La photo cache ses traits désormais bouffis, les années d’excès en tous genres se font très lourdes sur l’archange de cuir noir, et le petit artifice de la pochette ne trompera personne.

La lecture des titres composant cette dernière oeuvre de Gene risque aussi de laisser un goût amer dans la bouche des fans de tous poils. Les présences de « Be bop a lula » et de « Lotta lovin » toutes deux prénommées « 69 » ne vont rassurer personne, la première se voyant appliquer un rude traitement qui se voulait « cure de jouvence » mais qui s’avère être un flop total. Ce titre immortel n’a besoin d’aucune seconde vie… Quand à « Lotta lovin 69», la version est purement anecdotique.
L’album débute par une reprise des Bobby DAY / JACKSON 5 « Rockin robin », le résultat est assez sympathique, sans être transcendant. Je note pourtant dès ce titre d’introduction quelques faiblesses dans la voix magique de Gene… Ce n’était jusqu’alors jamais arrivé. La version du traditionnel « In the pines », est elle aussi très écoutable. Il y a aussi le classique « White lightning » de Mr JONES, qui ne renversera personne, j’y déplore personnellement un manque d’énergie consternant pour un tel artiste.
Nous avons aussi des petites tentatives countrysantes plus que Rock’n’rollienne avec la lap steel guitar de « Rainbow at midnight ». Il y a aussi le slow crépusculaire qu’est « Black letter », et les nconsistantes « Circle never broken » et « I Heard That Lonesome Whistle », qu’on croirait tirées d’un film de Cow-boys. « Sexy ways » remplit bien son office, le morceau est bien énergique comme il se doit, mais la voix s’essouffle plus qu’à l’accoutumée. J’arrive à la même sèche conclusion sur le « Ruby baby » de DION.

En bref, nous voici face à un album ou les nouvelles compositions sont justes absentes. Des reprises à la pelle, dont de lui-même, inférieures aux originales. Après le courageux essai de l’album précédent, voila qui ressemble furieusement à un grand besoin d’oseille fraiche. Ce sera malheureusement son chant du cygne, puisqu’après quelques tournées épuisantes, la santé du rockeur se dégrade rapidement, et il va décéder d’une rupture d’ulcère à l’estomac lors d’une visite chez son père, à 36 ans. Il nous reste une légendaire discographie de 10 albums, et une conclusion qui s’impose d’elle-même : Voila incontestablement le plus pur des rockeurs, le père de tous les rebelles contestataires. Il sera d’ailleurs le premier artiste à intégrer le Rockabilly hall of fame, une reconnaissance méritée pour le créateur de « Be bop a lula »

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Elvis PRESLEY
Double Trouble (1967)
B.O. réussie, miracle!




Ricky NELSON
Songs By Ricky (1959)
Toujours le plus beau


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Rockin' Robin
2. In The Pines
3. Be Bop A Lula '69
4. Rainbow At Midnight
5. Black Letter
6. White Lightning
7. Sexy Ways
8. Ruby Baby
9. Lotta Lovin '69
10. Circle Never Broken
11. I Heard That Lonesome Whistle
12. Scarlet Ribbons



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod