Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT TECHNO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2012 Mohn

MOHN - Mohn (2012)
Par SASKATCHEWAN le 14 Janvier 2013          Consultée 1143 fois

On ne devrait plus présenter Wolfgang VOIGT, la légende de la scène techno allemande, le fondateur du label Kompakt, l’homme qui a battu Richard D. JAMES au concours du plus grand nombre de pseudos. Un mastodonte du beat, un phare de l’ambient techno, un génie indiscutable ! Malheureusement, on réserve rarement les mêmes panégyriques d’inspiration nord-coréenne à son comparse Jörg BURGER, plus connu sous le nom de The MODERNIST. Pourtant, il le mérite tout autant. Quand ces deux grands de la scène de Cologne décident de s’associer, ça donne MOHN, un plaidoyer pour une ambient techno massive et hypnotique.

L’album, qui s’intitule également Mohn, ne manquera pas de surprendre ceux qui ont assisté à un set de BURGER + VOIGT ces dernières années. La techno minimale a laissé place à des sonorités moins à la mode, tout droit issues des années 90. On pense à GAS, le pseudo à l’ambient techno forestière qui a fait la gloire de Wolfgang VOIGT il y a une quinzaine d’années. Aux rayons des influences, on citera également le Selected Ambient Works Vol. 2 d’APHEX TWIN, en particulier sur « Schwarzer Schwan ».

Mohn aurait pu être un album de techno pachydermique parmi tant d’autres. Les grosses basses enflent, les beats sont martelés et les breaks se comptent sur les doigts de la main. Heureusement, toute la science des deux Allemands est mise à contribution pour éviter la monotonie : introduction progressive des boucles, montées en puissance, variations sur les basses, cliquetis industriels. Le disque navigue entre rêve et claustrophobie et tisse une atmosphère inquiétante qui recèle quelques moments de grâce (« Ambientôt »). Ça grésille par endroit (« Das Feld »), histoire de se donner une caution expérimentale.

Le meilleur titre est sans doute « Saturn », avec sa belle intro kraftwerkienne qui débouche sur un foisonnement d’effets électroniques envoûtant. Mohn est un album urbain, une œuvre grise qui ne présente qu’une répétition monolithique au premier abord (« Seqtor 88 »). Puis, au fil des écoutes, le talent des deux DJ se révèle : la clarté des nappes de synthés perce la grisaille et la richesse des effets captive.

Le duo se repose sans doute beaucoup sur ses acquis. MOHN ne propose rien de bien nouveau, à dessein. Le disque est typique de la scène allemande, tant dans ses influences que dans ses sonorités. Les basses d’« Ebertpatz 2020 », ça sent bon le label Kompakt ou je ne m’y connais pas. Dommage que BURGER et VOIGT n’aient pas laissé plus de place à des morceaux déstructurés comme « Wigenlied ».

MOHN, c’est bien, bon et beau. Ce n’est sans doute pas l’album techno de 2012, mais on retrouve avec plaisir deux grands messieurs de la scène allemande. L’éventail de sonorités et d’effets maîtrisés par ces deux-là est toujours aussi impressionnant, en concert comme sur disque. Un album salutaire pour se rappeler ce que c’est, la techno qui dépote.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


AIR
Le Voyage Dans La Lune (2012)
3, 2, 1, ignition !




CEEPHAX ACID CREW
Charismatic Integrity Slam (2015)
Inégalable Ceephax !


Marquez et partagez







 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Jörg Burger
- Wolfgang Voigt


1. Einrauschen
2. Schwarzer Schwan
3. Ambientôt
4. Saturn
5. Seqtor 88
6. Das Feld
7. Ebertpatz 2020
8. Mohn
9. Wiegenlied



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod