Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


MAEL - L'extrême Arrogance Du Poisson Rouge (2003)
Par BARZ le 17 Mai 2005          Consultée 3497 fois

Le poisson rouge est trop arrogant. Déduction de Mael qui est resté des heures devant son bocal? Peut-être, l'essentiel n'est pas là. L'essentiel n'est pas non plus dans les problèmes causés par certaines chansons de cet album à son auteur. Une association catholique et une féministe lui ont collées chacune de leur côté un petit procès, même si on en reparlera dans la chronique, l'essentiel, lui, n'est pas ici.

Premier disque et premier coup de coeur. Les textes y sont magnifiques. Magnifiques et malsains. Surréalistes parfois, insolent alors, mais surtout, délicieusement cruels.
Le disque commence ses péripéties à travers "Les Prochains rendez-vous", la ballade d'un type seul, qui fait énormément penser à "L'étranger" d'Albert Camus, notamment dans ce vers : "Regarder un bateau couler en buvant tranquillement mon thé".
Voilà, Mael est ici, un homme chargé de vers et de malice qui s'attaque sans retenue aucune, mais avec une grande classe, à la vie quotidienne.

Mael parle également beaucoup de filles. De femmes devrais-je dire quand il s'agit de l'héroïne de Chapeau melon et bottes de cuir. Effectivement, Emma Peel est à l'honneur dans un titre qui commence par le générique d'Amicalement Vôtre. "Emma Peel subtile" brouille les pistes en mélangeant ces deux séries cultes des années 60&70. Cette femme fatale aux bottes de cuir est décrite de façon amoureuse par un gentleman nommé Mael, le vouvoiement est à l'honneur, et la timidité peine à s'enfuir. Le morceau est repris en fin de disque, une version un peu plus acoustique mais toujours aussi belle.
Mais quand on écoute les autres chansons qui parlent de femme, c'est autre chose. Il se fait larguer dans "Les beaux regards" mais se venge à sa façon par des vers presque trash comme celui-ci : "Je m'amuse à te dessiner nue en train de te faire gifler.". Il n'y va pas avec le dos de la cuillère, c'est ainsi que sur "Louise", "En pensant à toi" et "Minha Menina" (adaptation d'une chanson de Jorge Ben) il confronte surréalisme et amour pour en faire un subtil mélange, et expose les vertus de disparaître en couple dans "Mourir à deux", c'est astucieux, et beau.

"La mer sur les toits" est certainement le plus beau poème qu'il m'ait été donné de lire ces dernières années, l'amour pour la mer, se sentir bien, ici ou ailleurs, en robe ou en maillot de bain, sous la pluie ou sur les toits, qu'on en ait le droit ou pas...
"Apologie" et "D 5" sont les deux chansons étranges de l'album, la première totalement surréaliste, sans queue ni tête, la seconde très étrange en quatre vers : le mode d'emploi du révolutionnaire... Ce garçon est bien étrange tout de même!

J'en arrive aux deux chansons de l'album qui ont quelque peu choquées. Tout d'abord "Demain matin" qui nous met dans la peau d'un tueur d'un jour, d'un type qui ne sait pas trop quoi faire de sa journée, alors pourquoi pas un petit meurtre... Tout ceci raconté de façon très joyeuse, d'une belle voix guillerette. C'est tout simplement excellent et les images de "Harry, un ami qui vous veut du bien" me reviennent à l'esprit à chaque écoute...
Ensuite, "Attachée, t'as toujours été très belle" touche à quelque chose d'assez délicat, la mafia. Mael livre sa copine à la mafia, le titre de la chanson résume bien la situation. Faut-il prendre tout cela au premier degré? Être choqué par cette poésie un peu noire bourrée d'humour? Il y a de quoi, mais bon, la douce voix de Mael nous donne plus envie de le prendre dans nos bras que de lui en vouloir...

La seconde édition de ce premier album comporte une version instrumentale de "Mourir à deux" sans grand intérêt, une version live de "La mer sur les toits" où la voix de Mael se fait plus agressive qu'en version studio, et la version acoustique de "Emma Peel" dont j'ai déjà parlé.

Mael est donc définitivement doué pour l'écriture, sa voix douce et ses mélodies joyeuses ouvrent un grand paradoxe avec ses textes sombres, il pose ici les fondations de son univers, dommage que la musique ne soit pas un peu plus spéciale, expérimentale et mystérieuse, histoire d'intriguer encore un peu plus l'auditeur...

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BARZ :


MAEL
Kung-fu Et Autres Cirques De Bord De Mer (2004)
Vers affûtés pour chansons en demi-teinte




CAMILLE
Music Hole (2008)
De quoi combler le trou de la sécu

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   BARZ

 
  N/A



- Florian Blain (batterie, percussions...)
- Romuald Gablin (guitares)
- Sébastien Moreau (basse)
- Claude Renon (contrebasse, basse, guitares)
- Jérôme Steunou (tuba)
- Mael (voix, guitares, glöckenspiel...)


1. Les Prochains Rendez-vous
2. Mourir à Deux
3. Demain Matin
4. Emma Peel Subtile
5. En Pensant à Toi
6. Minha Menina (nous Ne Sommes Pas Des Sau
7. La Mer Sur Les Toits
8. Apologie
9. Les Beaux Regards
10. Louise
11. Attachée, T'as Toujours été Très Belle
12. Mourir à Deux (version Instrumentale)
13. D5
14. Emma Peel
15. La Mer Sur Les Toits (live Mix)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod