Recherche avancée       Liste groupes



      
REGGAE  |  STUDIO

Acheter Cet Album
 

1976 Aswad
1981 New Chapter

ASWAD - New Chapter (1981)
Par KLEMAN le 27 Mars 2013          Consultée 699 fois

Le troisième album d'Aswad, cinq ans après « Aswad » et trois ans après « Hulet » annonce ce tournant « européen » qu'opère le groupe, au tout début des années 80. Certes on a un album très reggae, et c'est pas l'ouverture de l'album avec « Afrcan children » qui va me contredire. Petite descente de toms et tout de suite des chœurs, le refrain, gros skank. On se dit alors que le nom de l'album est un peu abusif et, même si cette première piste constitue un très bon reggae, on est presque déçu de ne pas trouver plus d'audace.

Deuxième piste : « Natural progression » … L'amateur d'Aswad de 1981 se dit alors que ce doit être une 'version' de « Natural progression », une des pistes du premier album d'Aswad de 76 … que nenni ! Ben non, c'est exactement la même version. Celui qui vient de mettre ses derniers livres sterling du mois dans le 33 tours ne cache pas sa déception, saisi le bras de son tourne disque, le place au dessus du prochain sillon clair indiquant la piste suivante, mais avant de faire descendre le diamant sur la surface du vinyle saisit la pochette du nouvel album et remarque que le groupe anglais n'a pas signé l'opus chez Isand (Mango Records) comme les deux albums précédents mais chez Sony (Columbia Records). « Ceci explique cela … » se dit-il laconiquement, avant de pousser délicatement le levier de la tête de lecture qui annonce « Ways of the Lord », la troisième piste de la Face A.
Bon, là ça commence à devenir intéressant. Grosse réverb, quelques accords joué à la guitare claire, et entrée dans un gros dub, comme les affectionnera particulièrement le groupe par la suite. La belle construction de l'ensemble, le côté planant de la guitare (héritage des 70's), les breaks, l'espace très bien occupé, les interventions de la section cuivres, une très belle réalisation, surprenante par son originalité, et puis les chœurs et le chant lead, originaux … tout est là pour séduire l'auditorat anglais de l'époque.
Vient alors le côté très délicatement pop de la musique d'Aswad qui pointe le bout de son nez sur les pistes suivantes, subtilement amené et mêlé au côté 'lovers' du reggae anglais des 70's, comme dans « I will keep on loving you », ou encore plus sur « Didn't know at the time » sur la face B.

Et puis on a des tracks assez roots-reggae comme « Ina you rights », qui gardent leur identité anglaise grâce aux interventions mélodiques des cuivres et au chant notamment, et ce côté « Aswadien » si plaisant dans la complexité harmonique et la réalisation. Ou encore dans « Candles », une compo un peu plus influencée par la musique jamaïcaine mais qui, par les chœurs et les lignes mélodiques des guitares et des claviers, s'en dissocie pour donner ce mélange endémique à l'outre manche.

On remarque quand même des pistes plus marquées par la mode 'rockers' des années passées comme « Tuff we tuff » ou « He gave the sun to shine », et donc un peu moins tournées vers cette expérimentation musicale présente tout au long de l'album même si on garde ici encore cette marque de fabrique à l'anglaise, à la Steel Pulse et compagnie, qui me fait tant aimer cette époque.

Nous reste à aborder la dernière piste de l'album et pas la moindre. Reprise deux ans plus tard dans la version dub de « New Chapter », « Love Fire » nous livre les prémices d'une mélodie inoubliable, à savoir sa ligne de basse. Il tiendrait de la musicologie d'analyser cette ligne qui pourrait, par son histoire, remplir à elle seule des pages entières, et je préfère laisser cette étude à la chronique de « A new chapter of dub », puisqu'il semble que cette ligne ait été écrite afin de servir ce style. D'ailleurs la version originale de « Love fire » n'est-elle pas déjà un, de dub ? Non si on en juge à la grande présence des voix/chœurs sur l'enregistrement, mais indiscutablement oui si, emporté par la partie instrumentale on les occulte (peut-être à tort), comme choisira de le faire Island très simplement deux ans plus tard.

L'album arrache de justesse le 4/5 ...

A lire aussi en REGGAE par KLEMAN :


FAT FREDDY'S DROP
Hope For A Generation (2004)
La révélation Néo-Zélandaise




MIDNITE
Better World Rasta (2007)
Du caribéen comme ça, on en veut !


Marquez et partagez





 
   KLEMAN

 
  N/A



Non disponible


1. African Children
2. Natural Progression
3. Ways Of The Lord
4. I Will Keep On Loving You
5. He Gave The Sun To Shine
6. Tuff We Tuff
7. Didn't Know At The Time
8. Zion
9. Ina Your Rights
10. Candles
11. Love Fire



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod