Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


SAINT ALVIA - Static Psalms (2013)
Par GEGERS le 2 Mars 2013          Consultée 725 fois

Le chroniqueur n'est jamais qu'un amateur de musique a qui l'on tend une feuille blanche et un stylo. La substantifique moelle reste, bien entendu, celle d'un musicophile enthousiasme, avec ses coups de cœur, ses déceptions, ses espoirs et sa régulière impression d'avoir foutu 20 balles en l'air à l'écoute d'un album décevant. Si le fait que son avis soit rendu public l'incite à une certaine retenue, et à s'astreindre une règle tacite de « pas une ligne avant une bonne dizaine d'écoutes », il peut que sa nature ressorte comme une éclaboussure d'encre sur un papier-buvard. Parce qu'il n'aime pas, lui non plus, être pris pour un con ou une vache à lait.

Ce qui nous emmène donc au cas SAINT ALVIA, un groupe canadien qui propose avec Static Psalms son quatrième album et qui se targue d'une nomination dans la catégorie « Meilleur album rock » aux Juno Awards de 2008, l'équivalent canadien de nos Victoires de la Musique. Si le groupe peine à se définir, son dossier de presse le rattachant tour à tour aux genres rock, punk, pop et ska, le constat est pourtant clair à l'écoute de ce nouvel album : SAINT ALVIA est un OFFSPRING qui a grillé les étapes. Un peu comme si les punks californiens avaient sorti Americana sans passer par les cases Ignition et Smash, sans s'être construit une identité et un univers sympathique avant de virer dans la pop-rock commerciale. Ecoutez donc « The Pressure », sorte de « Why don't you get a job » du pauvre. On en rit, mais c'est triste.

Alors que l'on tente de nous vendre un crossover réussi et inspiré entre différents genre, SAINT ALVIA est plutôt un groupe qui emprunte différentes voies parallèles sans parvenir à trouver la bonne. Au rock fun que pourrait être « Jonxer », léger et sympathique, le groupe oppose un modern-rock à grands renforts de claviers imbitable et lourdaud (« Whispering to the dead »). Les chanteurs Greg Taylor et Ben Rispin s'évertuent à s'écorcher les cordes vocales pour faire croire à un semblant d'agressivité, mais le résultat sonne plat et malodorant, comme une limande pas fraîche. Et puis, comme pour confirmer un peu plus son incapacité à proposer une musique qui se tient, le groupe propose des paroles d'une indigence et d'une vacuité telle qu'on se demande si elles n'ont pas été écrites par les petits frères boutonneux des musiciens. « The commute », et sa description risible d'un trajet en métro, est l'exemple typique d'un texte puéril et vide de sens.

On tente de s'accrocher à quelques mélodies sympathiques (« Murder in a motel », « Lary Shelly ») avant de laisser tomber puisque, de toute manière, tout cela est bien trop sucré pour bénéficier d'une durée de vie dépassant les quelques écoutes. Inspiration moyenne, intérêt zéro, Static Psalms est un album médiocre pour un groupe qui donne l'impression d'être surestimé. Suffisamment pour aisément passer son chemin.

A lire aussi en PUNK-ROCK par GEGERS :


The REAL MCKENZIES
Off The Leash (2008)
Punk-Rock celtique de haute volée




The REAL MCKENZIES
Shine Not Burn (2010)
Les real mckenzies brillent mais ne brûlent pas


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Greg Taylor (chant, guitare)
- Ben Rispin (chant)
- Matt Richmond (batterie)
- Greg Fisher (guitare)
- Jon Laurin (claviers)
- Mike Casarin (basse)


1. When I Die
2. Whispering To The Dead
3. Define Me
4. Murder In A Motel
5. Mother's Day
6. Whiskey Business
7. Jonxer
8. The Pressure
9. Okusa
10. Mary Shelly
11. The Commute
12. Get Up And Go!
13. Not Our World



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod