Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 The Black Noodle Project Official Website (391)

The BLACK NOODLE PROJECT - And Life Goes On... (2005)
Par JAMES DEAN le 20 Juin 2005          Consultée 2323 fois

The Black Noodle Project. Derrière ce nom quelque peu obscur se cache le projet de Jérémie Grima, musicien francilien ayant participé à plusieurs groupes de métal et de black. Projet solo au départ, Jérémie Grima à décidé de s’entourer, au fil du temps et de la composition, de plusieurs musiciens de talent pour l’assister dans sa tâche. Sans doute un peu lassé par la brutalité musicale des ses anciens groupes et voulant explorer de nouveaux horizons, il s’est éloigné avec ce nouveau groupe de la sphère métallique pour se tourner vers une musique beaucoup plus douce et émotive. Il est clair que cet album, principalement rock, revêt tout au long de son écoute un aspect progressif et atmosphérique qui en fait une sorte d’OVNI dans le paysage musical français.

Le premier morceau commence sur un son de cloche rappelant le début de "The Glass Prison" de Dream Theater. Le tempo plutôt lent est soutenu par un chant plein d’émotion donnant un aspect très atmosphérique à ce premier titre. La suite se poursuit dans la même logique avec un morceau mélodiquement magnifique, où se côtoient douceur et mélancolie, tant dans le chant que dans le jeu des musiciens. Le piano très présent tout au long de l’album apporte un superbe soutien mélodique à la guitare tantôt calme, tantôt enlevé du leader. Le troisième titre est un tube en puissance. Son intro sublime, son refrain à couper le souffle et ses riffs agressifs en font l’un des morceaux les plus marquants de ce premier album ; la partie instrumentale de la seconde moitié n’étant pas sans rappeler le son des groupes neo-progressif de ces dernières années. La capacité du groupe à produire un son aussi recherché qu’efficace est littéralement hallucinante. Les influences floydiennes évidentes du début s’estompent après plusieurs écoutes pour nous faire rentrer pleinement dans l’univers sombre et emprunt de mélancolie de ce And Life Goes...
« Drops In The Ocean » est aussi l’un des meilleurs titres de l’album. Le chant calme du début et sa mélodie de piano entêtant laisse place à un final grandiose et un solo de guitare vraiment superbe.

La seconde moitié de l’album débute avec une très belle ballade à la guitare accompagnée d’un violon et du chant toujours aussi caractéristique de Jérémie Grima. Il est assez difficile de trouver un quelconque défaut à cette première galette, d’une qualité et d’une homogénéité remarquable tant les morceaux se succèdent avec grâce. De plus, on sent que les musiciens se sont véritablement faits plaisir. Les parties instrumentales sont superbes et mettent en avant le talent exceptionnel de nos cinq bonhommes. Entre le passage proche des Stones sur « Lost » et la guitare presque Iommienne de "Disappeared", c’est un voyage au cœur du Rock que nous proposent ces jeunes surdoués mais qui constitue un « tout » très personnel et qui a le mérite d’être novateur, aussi paradoxal que cela puisse paraître.

L’album dans son ensemble est parsemé de mélodies toutes plus belles les unes des autres, tant sur l’excellent « Do It Alone », où l’on note la présence d’un magnifique solo de saxophone, que sur le tubesque « Where Everything Is Dark ». Conjuguant morceaux plutôt musclés avec d’autres plus planant à l’instar des superbes ballades que sont « Face the truth » et « Where are U ? » et proposant mélodie de piano sublime et émotion dans le chant, The Black Noodle Project arrive avec ce premier album à transporter l’auditeur durant une heure de parfait bonheur musical. Car s’il est bien quelque chose à souligner ici c’est l’émotion, l’album entier transpire la sincérité et le vécu. Les textes, parlant souvent d’amour et des sentiments profonds sont parfaitement illustrés par le chant maîtrisé bien que parfois un peu juste de Jérémie Grima.

Alors si ce premier effort n’est pas absolument parfait, il a le mérite d’avoir une approche musicale novatrice et recherchée, d’autant plus que les petits défauts de jeunesse comme le chant ou la production seront sans aucun doute corrigés dès le prochain album. Pour finir, je dirai que cet album est l’une des plus belles découvertes de cette année, donc n’hésitez pas à poser une oreille attentive (si ce n’est les deux) sur ce And Life Goes On...
Quant à moi, je m’en vais satisfaire la demande du dernier titre et relancer avec bonheur ce disque dans ma platine...

4.5/5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


The SOFT MACHINE
Volume Two (1969)
Avec un "2" c'est encore mieux




Franck CARDUCCI
Torn Apart (2015)
Rock progressif


Marquez et partagez





 
   JAMES DEAN

 
  N/A



- Jérémie Grima (guitare, chant)
- Anthony Létévé (basse)
- Matthieu Jaubert (claviers, vocaux)
- Arnaud Rousset (batterie)


1. Time Has Passed
2. Do It Alone
3. Where Everything Is Dark
4. Face The Truth
5. Drops In The Ocean
6. Interlude
7. Where Are U?
8. Somewhere Between Here And There
9. Lost (i Miss You)
10. Disappeared
11. She Prefers Her Dreams



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod