Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK / AMBIANT  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Akira Yamaoka
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video

Gustavo SANTAOLALLA - The Last Of Us Ost (2013)
Par CHIPSTOUILLE le 21 Août 2013          Consultée 1168 fois

Réchauffement climatique, pénurie énergétique, pollution, conflit nucléaire, pandémie, catastrophes naturelles, météore gigantesque, soulèvement des machines, invasion extra-terrestre,… Un jour ça devrait finir par nous péter à la tronche. Finalement les gaulois n’avaient peut-être pas tort quand ils pensaient que le ciel allait finir par leur tomber sur la tête. Non, attendez, on est moins cons que ça quand même, l’homme est un être intelligent, il devrait trouver le moyen de s’en sortir. Peut-être, en attendant, tels les vitraux des églises moyenâgeuses présentant les enfers aux brebis égarées que le clergé guidait dans la pénombre, les médias font leurs choux gras du catastrophisme ambiant. Ce n’est pas un sujet préoccupant quand on meurt de faim, que l’on n’a pas accès à l’eau potable ou que l’on manque de se faire tuer ou pire par des mercenaires du pays d’à côté. Mais quand on a son petit confort, son canapé, son vélo d’appartement, un chien qui s’appelle Darth Maul, son plateau-télé-film-du-dimanche soir, que ses journées sont accaparées à décider de l’architecture logicielle de l’outil de paie d’une société d’assurance, notre plus grande inquiétude est de tout perdre. Et ça, cette peur du vide, George Romero, Danny Boyle, Robert Kirkman, Tim Cain ou Cormac McCarthy l’ont bien comprise.

Bruce Straley et Neil Druckmann de Naughty Dog aussi. Le jeu vidéo n’a pas attendu qu’Hollywood se remette à la page concernant le post-apocalyptique, et les nombreux prix obtenus par l’adaptation de The Walking Dead par Tellstale studio en 2012 témoignent du succès du genre. Mais The Last Of Us vient indéniablement de frapper un grand coup. Et, quand on met le paquet, on se donne les moyens de ses ambitions. Sur le plan musical, c’est donc Gustavo SANTAOLALLA (petit sourire en coin, avouez) que l’on a donc démarché pour l’exercice. Le compositeur s’est notamment fait remarquer pour ses prestations sur Brokeback Moutain (OK, là maintenant vous pouvez vous lâcher) et Babel en remportant 2 oscars, 2 années de suite.

Amoureux de la guitare, plus particulièrement d’arpèges ou de notes esseulées, une grande partie du talent du compositeur réside dans sa capacité à créer des climats propices au non dit. De par une légère amplification, les notes sèches tiennent en haleine, le climat est chaud, cuisant. S’il faut faire un rapprochement, dressons une ligne toute droite entre Ennio MORRICONE (des tas de westerns « spaghettis ») et Akira YAMAOKA (Silent Hill), l’OST du jeu se trouve quelque part au milieu. Entendons-nous bien, The Last Of Us n’est pas un western, mais il cultive son gout pour la poussière et la désolation, ce qui permet le rapprochement. Le thème principal est magistral de sensibilité, c'est une déclaration d'amour en musique, instrumentale bien entendu car il n'y a ici pas besoin de mots.

Côté influence YAMAOKA, ce n’est pas non plus à un jeu d’épouvante que l'on a à faire, bien que le terme usuel de survival-horror lui sied. C'est le côté folk du japonais que l'on retrouve et ce goût pour les mélodies qui font mouche, mais également l’aspect ambiant. A partir de là, l’enchantement s’évanouit. SANTAOLALLA et YAMAOKA sont tous deux victimes de leurs jeux vidéo respectifs. Le cahier des charges était de faire monter la tension, de créer des atmosphères désagréables, contrat rempli. Tout comme le japonais, l’argentin s’égare dans des souffre-douleurs ambiants, de longues litanies quasi silencieuses, faites de raclements métalliques et autres sons stridents bien qu’étouffés. Le disque, dans une grande partie, est aussi élégant que le bruit de succion d’une barre à mine dont on retire l’extrémité scotchée avec une paire de ciseaux de la tête fongique d’un infecté. SANTAOLALLA se distingue peut-être par l’usage des percussions, rêches, elles accompagnent des fuites, pas en avant non, seulement pour rester en vie.

Hélas, si tout ceci est éblouissant de pertinence dans ce chef d’œuvre Vidéo Ludique qu’est The Last Of Us, l’album souffre de ces nombreux morceaux contemplatifs. Charmé par quelques mélodies lugubres à la guitare, pleines de crainte et de doutes - on en a entendu plusieurs - on a éludé les bruitages. Chacun nourrit l'espoir qu'ils n'envahiront pas la galette. Mais non, passé la demi-douzaine d’écoutes, l’album révèle son inutilité. Quelques bons thèmes, plus que l’habitude occidentale ne le dicte, sont noyés au milieu de trucs indigestes hors support. Si vous avez apprécié les musiques du jeu, rallumez votre console.

A lire aussi en FOLK :


Ray WILSON
Live And Acoustic (2002)
Un joli live acoustique par un grand artiste




Angelo BRANDUARDI
Highdown Fair (1978)
Version anglaise d'Alla Fiera Dell'est.


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Gustavo Santaolalla (guitares, percussions, etc.)
- M.b Gordy (percussions)
- Jonathan Mayer (percussions)
- The Nashville Scoring Orchestra
- Alan Umstead (direction)


1. The Quarantine Zone (20 Years Later)
2. The Hour
3. The Last Of Us
4. Forgotten Memories
5. The Outbreak
6. Vanishing Grave
7. The Hunters
8. All Gone
9. Vanishing Grace (innocence)
10. By Any Means
11. The Choice
12. Smugglers
13. The Last Of Us (never Again)
14. The Last Of Us (goodnight)
15. I Know What You Are
16. Home
17. Infected
18. All Gone (aftermath)
19. The Last Of Us (a New Dawn)
20. All Gone (no Escape)
21. Vanishing Grace (childhood)
22. The Path
23. All Gone (alone)
24. Blackout
25. The Way It Was
26. Breathless
27. The Last Of Us (you And Me)
28. All Gone (the Outside)
29. The Path (a New Beginning)
30. Returning



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod