Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK BRITANNIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Fairport Convention

Richard THOMPSON - Hokey Pokey (avec Linda Thompson) (1975)
Par MARCO STIVELL le 5 Décembre 2014          Consultée 931 fois

Un an après la sortie de leur premier album en duo, les THOMPSON mènent leur activité musicale à un rythme de fièvre. Si les médias ne se les arrachent pas pour un sou, c'est au contraire le cas des musiciens britanniques dont l'univers flirte de près ou de loin avec le folk-rock. On peut retrouver les noms des THOMPSON sur de nombreux disques publiés à cette même période.

En 1975, le couple réalise le deuxième volet de ce qui reste considéré comme sa trilogie « classique ». Hokey Pokey, un disque que Richard THOMPSON veut faire sonner plus anglais et plus enjoué (façon de parler) que d'ordinaire. Ce point de vue est strictement musical, car pour l'inspiration de ses chansons, King Richard dépeint toujours le monde entre larmes et rire (cynique), avec une touche résolument sombre. Hokey Pokey, comme ses grands et petits frères fait une large place aux laissés pour compte, les pauvres et les marginaux.

Le système autant que la prétendue normalité en prennent pour leur grade, grâce à de nombreuses piques d'humour noir anglais. Les onomatopées contribuent à un relatif sentiment de légèreté qui plâne sur l'oeuvre, à grand renfort de « Ting-a-ling » et « Hokey Pokey », marque de crème glacée fictive qui attire les plus jeunes et qui sert d'étendard à une critique de la publicité. On pense parfois et de loin à un sketch des Monty Python, dont ce sont justement les grandes années. Linda chante ces refrains avec plus de caractère que sur le disque précédent.

Anglais donc, ce deuxième effort en commun l'est jusqu'à la peau. La pochette propose une carte postale de Londres au tournant du XIXè siècle, à avoir en vinyle bien sûr, même si on ne dira jamais assez combien les rééditions CD chez Island sont luxueuses. Cette pochette est en tout cas moins sombre que la précédente, et il en est de même pour la musique. Musique qui conserve une empreinte rustique, tout en faisant ressortir les influences jazz et music-hall de Richard.

Il n'est pas rare de croiser certains airs qui résonnent comme des chansons du début XXème siècle avec cuivres, comme c'était le cas précédemment mais de manière encore plus évidente. On retrouve d'ailleurs les trompettes du CWS Silver Band sur « Georgie on a Spree », chantée par Linda, qui peut aisément faire ressortir la frivolité toute féminine du texte.

Sur « The Egypt Room », Richard utilise les gammes orientales et de très beaux effets de hammered dulcimer. Bien sûr, la guitare électrique est fortement présente tout le long, et en matière soliste principalement sur la chanson « Hokey Pokey », ou ce « Smiffy's Glass Eye » très connoté celtique. D'un point de vue chanté, on peut citer « I'll Regret It All in the Morning », par Richard toujours. Mais ce dernier réserve encore des idées magnifiques à Linda, comme « A Heart Needs a Home », chanson d'amour poignante, au chant habité sur musique éthérée. Une merveille absolue...

La harpe vient lui prêter quelques accords, de même qu'un claviériste et ce sont les rares participations de musiciens extérieurs à cette œuvre. Du reste, un groupe soudé. La rythmique Timi Donald-Pat Donaldson est mieux mise en avant, avec le loisir de diversifier le ton. Outre la présence de l'ami John Kirkpatrick à l'accordéon, on note surtout celle de Simon Nicol (alors ex et futur Fairport Convention) qui apporte quelques savants effets de rythmique, la 12 cordes électrique de « The Egypt Room » et l'orgue sur la deuxième grande merveille du disque : « Never Again ».

Hokey Pokey n'est pas le meilleur album des THOMPSON, ni celui de King Richard tout court, mais il donne envie d'y revenir régulièrement, et contient son lot de perles, de chansons exigeantes et d'arrangements raffinés. Du grand art !

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Marissa NADLER
The Sister (2012)
Indie folk irréel et classieux...




Richard THOMPSON
Pour Down Like Silver (avec Linda Thompson) (1975)
Aussi simple que magistral


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Linda Thompson (chant)
- Richard Thompson (guitares, chant, mandoline, dulcimer, piano)
- Timi Donald (batterie)
- Pat Donaldson (basse)
- Simon Nicol (guitares, piano, orgue, choeurs)
- John Kirkpatrick (accordéon)
- Ian Whiteman (piano, calliope)
- Sidonie Goossens (harpe)
- Aly Bain (fiddle)
- The Cws Silver Band


1. Hokey Pokey
2. I'll Regret It All In The Morning
3. Smiffy's Glass Eye
4. The Egypt Room
5. Never Again
6. Georgie On A Spree
7. Old Man Inside A Young Man
8. The Sun Never Shines On The Poor
9. A Heart Needs A Home
10. Mole In A Hole



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod