Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : The Brian Jonestown Massacre
 

 Site Officiel (528)
 The Black Angels Sur Myspace (471)

The BLACK ANGELS - Indigo Meadow (2013)
Par PINHEAD le 3 Octobre 2013          Consultée 1116 fois

Déjà quelques mois que le nouvel album des BLACK ANGELS est sorti, et c'est seulement maintenant que les mots me viennent pour pouvoir en écrire une chronique décente. Il est vrai qu'avec leur panel de sonorités et d'ambiances multicolores, il n'est pas forcément évident d'aborder un nouvel album du groupe Texan. Pourtant, si la forme change à chaque nouveau buvard de la formation, le fond reste invariablement le même, posé sur des bases psychédéliques à faire pâlir les plus féroces consommateurs d'acides. Accrochez-vous pour un nouveau voyage dans les tréfonds de l'inconscient sur fond de gammes obsédantes, de fuzz transcendantal et de voix d'outre-tombe.

Indéniablement, la formule choisie par les BLACK ANGELS sur Indigo Meadow est beaucoup plus rock, et moins langoureuse qu'on a pu le voir sur Phosphene Dreams. Toutefois, les quatre messagers divins n'en délaissent pas pour autant leurs ambiances angoissantes, à en juger par le premier titre éponyme, qui vient exploser dans des refrains aux cassures rythmiques malsaines, prolongées par un clavier lugubre, presque funéraire. On remarque d'ailleurs l'omniprésence de ce synthétiseur, qui n'hésitera pas à se démarquer des lignes de guitare pour construire ses propres escaliers mélodiques. C'en est même flagrant dans le titre « I Hear Colors », où ce dernier occupe la place centrale d'une synesthésie inquiétante. Façon DOORS, les notes se baladent de droite à gauche dans des éclats surréalistes qui en font peut-être le plus beau rubis de l'album.
Et quitte à parler des DOORS, autant expédier l'affaire de suite, car comme toujours, la voix d'Alex Maas n'est pas sans rappeler celle de Jim Morrison, remplie d'une emphase dramatique comme sur « Broken Solider » et sa batterie martiale, évoquant implicitement «The Unknown Solider » quarante-cinq ans auparavant. Hommage ?

Par ailleurs, la cohésion du groupe s'est considérablement amplifiée au fil des années : Stéphanie Bailey ne se contente plus d'assurer son rôle de belle blonde aux lunettes noires, mais nous décoche enfin des breaks chaotiques (« Indigo Meadow », « Evil Things ») tandis que Christian Bland déroule pléthore d'effets pour de nouvelles ouvertures aux perceptions sonores, sans pour autant oublier de faire groover furieusement sa Rickenbaker comme sur « You're Mine ».

Mais en dehors de la qualité certaine de cette nouvelle livraison psychédélique, on ne peut s'empêcher d'être un tantinet déçu par Indigo Meadow. Le petit dernier se fait la vie dure, éclipsé par le génie fantaisiste de ses grands frères. En effet, à chercher la perfection sonore dans ses moindres recoins (la production de l'album s'avère relativement lisse et polie), on en oublie la folie caverneuse de Passover, le son rocailleux de Direction to See a Ghost ou les explosions de basse de Phosphene Dreams... Non, Indigo Meadow n'est pas aussi fou et radical que ses prédécesseurs. Certains titres on évidement un énorme potentiel scénique, mais on trouvera malheureusement quelques morceaux qui laissant presque indifférents, peinant à décoller : « Holland » ou le fade single « Don't Play With Guns » en tête.

Mais loin de bouder notre plaisir, on constate que le remplissage de Indigo Meadow reste de relativement bonne qualité, et qu'il serait bien idiot de cracher sur l'intriguant « Love Me Forever » ou les trois accords de « The Day ». Le trip laisse un arrière-goût de déjà vu, certes sans grande surprise, mais s'avère toujours très savoureux. C'est ce qu'il faut retenir de ce quatrième album des BLACK ANGELS qui à défaut de crucifier son monde, saura nous offrir un court voyages aux rives de l'enfer.

3/5

Coup(s) de cœur : « I Hear Colors »

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par PINHEAD :


The BRIAN JONESTOWN MASSACRE
Take It From The Man! (1996)
Une pépite 60's sortie en 96. Anachronisme?




The Jimi HENDRIX EXPERIENCE
Axis: Bold As Love (1967)
Poésie, Technique, et L.S.D


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
  N/A



- Stephanie Bailey (batterie)
- Christian Bland (guitare/basse)
- Kyle Hunt (claviers/basse)
- Alex Maas (chant, basse)


1. Indigo Meadow
2. Evil Things
3. Don't Play With Guns
4. Holland
5. The Day
6. Love Me Forever
7. Always Maybe
8. War On Holiday
9. Broken Solider
10. I Hear Colors
11. Twisted Light
12. You're Mine
13. Black Isn't Black



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod