Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


NINA HAGEN BAND - Nina Hagen Band (1978)
Par BUDDY le 20 Novembre 2005          Consultée 9506 fois

Nous sommes en 1978 et la diva du rock Teuton va sortir son 1er album simplement intitulé éponymement « Nina Hagen Band ». Cet album ne laisse pas de marbre et entre lyrisme et hurlements hystériques, le public va découvrir une jeune demoiselle à la voix déjantée.
Un album teinté de plusieurs influences : Pop, Rock, Classique, Reggae. Influences qui se marient à merveille sous la baguette vocale de Nina Hagen qui déploie ici ses fantastiques capacités vocales tout au long de l’album. Passant du répertoire aigu aux abysses des sonorités graves, aussi aisément que vous changez de chaussettes, la « Miss » jongle vraiment avec ses cordes vocales et marque de son empreinte ce premier opus du quintette allemand. Musicalement parlant, cet album fait référence à beaucoup de critères musicaux. Le rock en occupe une bonne partie. Les instruments ne bénéficient d’aucun effet en particulier. Les guitares sont à l’état brut. Les claviers aussi sont très fins autant dans leur conception que dans l’exécution.
« TV-Glotzer (White Punks on Dope) » donne une entrée en matière parlée, puis sur un enchaînement très rock avec un piano assez « boogie ». Un titre pop-rock de bonne facture.
Une intro batterie très groovy nous donne « Rangehn », titre chaloupé où Nina Hagen, décharge toute sa verve et sa voix rauque dans ce morceau , et où le guitariste Bernhard Potschka, nous délivre un solo guitare assez classique mais bien interprété. « Unbeschreiblich ». est un titre résolument rock où claviers et guitares se marient efficacement pour donner un titre qui tient la route. La diva continue de déverser avec verve son venin qui n’épargne personne.
Le 4ème titre « Auf'm Bahnhof Zoo » est une pure merveille d’arrangement musical. Un des gros titres de l’album où l’intro basse-guitare-batterie fait des merveilles et nous voilà transportés par ce tempo mêlé de rock et de pop. Le couplet étant rock et classique, il nous faudra attendre le pont musical, pour que le combo nous délivre une pop assez enlevée et joyeuse. « Naturtraene» est une accalmie parmi ce déversement de rock brut. Nina Hagen nous la joue ici « Maria Callas » et jongle avec aisance et bonheur sur le fil de ses cordes vocales.
L’influence reggae se fera également ressentir (Heiss), et le groupe met un point d’honneur à l’interpréter de fort belle manière. Ce n’est certes pas du « Bob Marley » mais l’intention y est.
Le « classique » n’est pas en reste lui aussi (Fisch Im Wasser), et en grande prêtresse du rock allemand, Nina Hagen s’en donne à cœur joie pour convaincre l’auditeur, qu’elle n’a rien à envier,(du moins,elle essaie de s’en convaincre !) à Monserrat Caballe, ou Placido Domingo. « Auf'm Friedhof » est pratiquement construit autour d’une base rythmique identique à celle de « Auf'm Bahnhof Zoo » et où d’emblée, Nina Hagen nous hurle à la face avec un des ses cris dont elle seule a le secret, puis le morceau démarre avec un solo de clavier assez « space », ressemblant à une sorte de sifflement. Pour ensuite, donner vie à un titre pop, et là ou la tournerie est assez agréable à entendre.
Un titre où la diva a un semblant de voix « normale» est peut-être le très mélancolique « Der Spinner » où on a l’impression que la teutonne n’en fait pas des masses, donnant plutôt dans le naturel, et ça lui va plutôt bien.
« Pank » est un titre directement inspiré des « Sex Pistols » où le groupe explose sa rage ainsi que sa haine musicale, et le titre devient assez vite lassant et répétitif. Par ailleurs, il ne dure qu’1:44, ce qui soulage considérablement l’ouïe de l’auditeur.

Pour trouver un seul petit défaut à cet album, on pourra dire qu’après de nombreuses écoutes, ce qui était une surprise au départ, (les vocalises de la Miss) devient vite lassant et insupportable. Musicalement, il tient la route avec un combo de musiciens très performants, mais là où les critiques vont s’en donner à cœur joie, c’est le style vocal de Nina Hagen, qui surprend, ou dérange, mais qui en tous cas ne laisse jamais indifférent.

A lire aussi en ROCK par BUDDY :


TOTO
Toto (1978)
Toto : 1er album de légende d'un futur grand...




The POLICE
Reggatta De Blanc (1979)
Le gris bleuté de la pochette avec ce trio qui....


Marquez et partagez





 
   BUDDY

 
  N/A



- Nina Hagen. (chant)
- Manfred Praeker. (basse, chant)
- Reinhold Heil. (claviers, chant)
- Bernhard Potschka. (guitare, chant)
- Herwig Mitteregger. (batterie, chant)


1. Tv-glotzer(white Punks On Dope)
2. Rangehn
3. Unbeschreiblich Weiblich
4. Auf'm Bahnhof Zoo
5. Naturträne
6. Superboy
7. Heiss
8. Fisch Im Wasser
9. Auf'm Friedhof
10. Der Spinner
11. Pank



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod