Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Jethro Tull

Martin BARRE - Order Of Play (2014)
Par MARCO STIVELL le 16 Décembre 2014          Consultée 962 fois

Depuis quelques années, on sait que l'entente entre Martin BARRE et Ian Anderson n'est plus au beau fixe. En voyant la direction prise par le chanteur et flûtiste, cela ne laisse guère présager un retour de JETHRO TULL tel qu'il l'a été pendant plus de trente-cinq ans, vivant bon an mal an, mais demeurant soudé. Beaucoup d'auditeurs passionnés ont déjà pu dire tout le mal, et plus rarement, tout le bien qu'ils pensent des efforts de Ian Anderson et de son Thick as a Brick part 2, il y a deux ans. Martin BARRE est cependant, lui aussi, décidé à continuer l'histoire de ce groupe mythique et prouver qu'il n'était pas seulement « le guitariste fidèle d'Anderson ».

Le ton nous est donné dès le titre, Order of Play, et cette photo prise devant une porte de garage, signe avant-coureur d'un travail dont le maître mot est la spontanéité. Martin BARRE peut aussi ajouter nostalgie, puisque pour les deux tiers, il s'agit d'un disque de reprises de JETHRO TULL. Frustration ou non, cela faisait quelques temps que le guitariste tournait en reprenant ce matériel en live, obtenant un fort succès lors de son passage dans le Somerset au début de l'année 2014. Dans la continuité de cette expérience, le présent disque sonne « live », comme enregistré dans un garage avec des amis dans l'esprit, et de manière spontanée, puisque toutes les chansons restent à l'état de « one-take », une seule prise.

L'idée est de reprendre plus ou moins les choses où JETHRO TULL les avait laissées à la fin des années 60, quand il sonnait encore blues et « roots » à la fois, sans trop d'ornementations folk. Martin Barre et son groupe qui l'accompagne depuis un certain temps maintenant, composé de Dan Crisp au chant, du bassiste Alan Thompson et du batteur George Lindsay font sonner ces standards de JETHRO TULL, tous pris sur les cinq premiers albums du groupe (ainsi que Living With the Past et à l'exception de « Minstrel in the Gallery »), un peu à la manière de Cream. Cela se ressent dans l'empreinte blues à l'anglaise, mais aussi le chant de Dan Crisp, nasillard et légèrement acidulé, comme pouvait l'être celui de Clapton.

Toutefois, le parallèle s'arrête ici, et à la présence d'un guitariste qui, on le sait, à fait ses preuves depuis très longtemps. Pour le coup, les soli de guitare pleuvent, Martin BARRE se fait diablement plaisir en jouant, simplement en jouant avec ses amis et de manière directe, sans fioritures. L'intérêt de cette formule est également de voir la flûte traversière, instrument emblême de JETHRO TULL, presque entièrement absente au profit du saxophone, tenu par Richard Beesley. Ian Anderson avait parfois fait de même, mais on restait dans un registre de sax aigu (soprano ou sopranino), alors qu'ici il s'agit du saxophone ténor, typique du son blues et rock.

Avec cette sensation de musiciens qui se font plaisir, le tout s'écoute ainsi plus ou moins agréablement. Trop, sans doute, pour être réellement marquant. Ce n'est certes pas le but recherché, mais sur la longueur, le groupe et même en live, sonne très propre. On a aussi le sentiment d'écouter des reprises de musiciens professionnels, ce seul mot déteignant un peu sur la fibre émotionnelle et on le constate dans le chant de Dan Crisp en particulier. D'aucuns pourront également dire que l'ensemble sonne poussif, mais il faut aussi se rappeler que nos « players » n'ont plus vingt ou trente ans !

Reste l'idée, sympathique encore une fois, de faire redécouvrir les morceaux de JETHRO TULL sous une forme pourtant pas si différente (« New Day Yesterday » par exemple, ne verra guère sa structure changée) et quelques autres standards, parmi lesquels « Crossroads » et « Watch Your Step ». Le groupe dévie peu de sa formule blues, à part la présence de quelques mandolines et bouzoukis pour de courts passages sur « Crossroads » et « Sweet Dream », comme pour en rappeler la nécessité. « Still Loving You Tonight » se démarque, évoquant le meilleur de Richard Thompson. « Teacher », « Thick as a Brick », « To Cry You a Song », et « Locomotive Breath » se laissent gentiment écouter, cette dernière faisant toujours son effet grâce à sa guitare et sa montée, mais l'envie systématique de revenir aux originaux n'est guère incongrue.

A lire aussi en BLUES-ROCK par MARCO STIVELL :


FLEETWOOD MAC
Peter Green's Fleetwood Mac (1968)
Blues/blues-rock




Nils LOFGREN
Blue With Lou (2019)
Bel effort du lutin, avec plein de grands noms


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Dan Crisp (chant, bouzouki)
- Martin Barre (guitares, mandoline)
- Alan Thompson (basse)
- George Lindsay (batterie)
- Richard Beesley (saxophone, flûte, clarinette)


1. New Day Yesterday
2. Fatman
3. Watch Your Step
4. Crossroads
5. Minstrel In The Gallery
6. To Cry You A Song
7. Steal Your Heart Away
8. Thick As A Brick (excerpt)
9. Sweet Dream
10. Song For Jeffrey
11. Rock Me Baby
12. Teacher
13. Still Loving You Tonight
14. Locomotive Breath



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod