Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG / AVANT-GARDE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2015 Arcturian
 

1991 My Angel
1996 Aspera Hiems Symfonia
1997 La Masquerade Inferna...
1999 Disguised Masters
2002 The Sham Mirrors
2005 Sideshow Symphonies
2006 Shipwrecked In Oslo
2015 Arcturian
 

- Membre : Ulver

ARCTURUS - Arcturian (2015)
Par RED ONE le 14 Juillet 2015          Consultée 1181 fois

10 ans ! Dix années que nous attendions des nouvelles d'ARCTURUS en studio ! On aura bien du mal à dire à quel point les Norvégiens nous ont manqué... On se rappelle encore du split du groupe en 2007, les différents membres de l'équipage ayant des emplois du temps plutôt surchargés : Hellhammer tourne toujours sans interruption avec MAYHEM, ICS Vortex est encore à l'époque bassiste de DIMMU BORGIR... Eh oui, que voulez vous, les musiciens norvégiens sont toujours des gens très occupés. Suite au renvoi d'ICS Vortex de DIMMU BORGIR en 2009, ARCTURUS se reforme heureusement quelques temps plus tard. Le line-up est (presque) exactement le même qu'en 2005, seul le guitariste Tore Moren a quitté le navire, laissant désormais au sympathique Knut Magne Valle toute la responsabilité des guitares. Plusieurs années de tournée aux quatre coins du monde s'ensuivront, mais ARCTURUS prendra tout son temps pour accoucher de ce cinquième LP studio.

Evidemment, à son âge désormais canonique, le vaisseau ARCTURUS ne prend plus beaucoup de risques. Les principaux ingrédients de l'étrange recette du combo scandinave sont ici réunis : des thèmes cosmiques, des morceaux progressifs partant dans tous les sens, une dose massive de claviers grandiloquents, un soupçon de black metal, un chant lyrique complètement zinzin et quelques touches d'electro. Le superbe morceau d'introduction, "The Arcturian Sign", est d'ailleurs fidèle à cette mixture légendaire, sans le moindre faux pas. Trop peut être ? Après toutes ces années d'absence, on aura quand même bien du mal à reprocher à la bande de Steinar "Sverd" Johnsen d'avoir préservé l'intégrité de son identité. On appréciera cependant quelques légères nouveautés, comme cet espèce de sonar lourd que l'on peut entendre à plusieurs reprises sur différents titres, qui nous évoque les tréfonds les plus noirs de l'Univers.
À défaut de nouveauté, ARCTURUS préfère donc jouer la carte de la sécurité, et nous ressort différents éléments issus de ses œuvres passées. Les aspects symphoniques décadents de La Masquerade Infernale resurgissent avec plaisir sur "Crashland" et sur "Game Over", morceaux qu'on jurerait échappés de l'album culte de 1997. "Angst", avec ses paroles en norvégien et son passage en chant black, fait écho à la période Aspera Hiems Symfonia (1996). Même son de cloche nostalgique sur "Pale", dans la lignée des meilleurs moments futuristes de The Sham Mirrors (2002). "Archer" ressemble pour sa part à un titre non retenu sur Sideshow Symphonies (2005), et ce n'est d'ailleurs pas le passage le plus intéressant de l'opus. Le titre final "Bane" présente enfin quelques réminiscences de "Deception Genesis", l'inédit présent sur l'album de remixes Disguised Masters (1999).

Des sonorités electro, quasiment drum'n'bass, se font entendre sur la cosmique "Warp", véritable pépite de metal futuriste. L'electro se fait également très présente sur "Demon", superbe pièce contemplative électronique, dans la lignée de certains travaux d'ULVER, période Perdition City (2000). C'est une electro un peu plus moderne et bien dans l'air du temps qui introduit la piste progressive "The Journey", joyau atmosphérique où émaillent quelques passages acoustiques absolument fabuleux. Pas de doute, ARCTURUS est ici à son sommet, les violons nous transportent et la guitare de Knut Magne Valle nous ensorcelle, pendant que Vortex murmure quelques étranges incantations...
Le chant de Vortex n'est curieusement pas autant mis en avant que sur Sideshow Symphonies. Doit on y voir les marques d'une production plus artisanale ? Qu'importe, le géant blond reste fidèle à lui-même, c'est à dire perpétuellement à cheval entre la rage et la bouffonnerie. Sur certains titres (sur "Pale" notamment), on a parfois l'impression que Vortex cherche à se rapprocher de ce que faisait Kristoffer Rygg sur les premiers albums du groupe. C'est réellement plaisant, la continuité vocale est parfaitement assurée.

Longs morceaux progressifs à tiroirs, chant partant tous azimuts, arrangements éclectiques, claviers cosmiques toujours aussi fabuleux, Arcturian est une copie de très bonne facture. ARCTURUS réalise ici la synthèse parfaite de tous ses albums passés dans ce cinquième opus qui ne déçoit jamais. Il serait cependant beaucoup trop exagéré de crier au génie, car ARCTURUS ne nous livre pas ici son disque le plus original. Et c'est finalement assez logique, étant donné l'âge du groupe. Néanmoins, Arcturian demeure un excellent album, digne de ses aînés, qui confirme que l'inspiration du groupe scandinave ne s'est pas perdue dans les limbes du Cosmos. On aura d'ailleurs réellement plaisir à se replonger régulièrement dans ce sympathique album.

Et on espère vivement qu'ARCTURUS mette cette fois moins de temps pour nous pondre un successeur !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par RED ONE :


ASIA
Aura (2000)
Un retour en grâce ?




ASIA
Archiva (1996)
Un double album d'inédits que l'on attendait pas !


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Ics Vortex (chant)
- Knut Magne Valle (guitares)
- Sverd (claviers)
- Skoll (basse)
- Hellhammer (batterie)


1. The Arcturian Sign
2. Crash Land
3. Angst
4. Warp
5. Game Over
6. Demon
7. Pale
8. The Journey
9. Archer
10. Bane



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod