Recherche avancée       Liste groupes



      
ABSTRACT HIP-HOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ABSTRACKT KEAL AGRAM - Bad Thriller (2004)
Par UDUFRU le 21 Février 2006          Consultée 3404 fois

Avez-vous déjà tenté de vous substituer en pensée aux hommes qui, jadis, tinrent pour la première fois entre leurs mains tremblantes d’émotion la fameuse Pierre de Rosette ? Alors que deux des trois idiomes antiques qui ornaient la plaque gravée étaient connus de leurs contemporains, les hiéroglyphes égyptiens demeuraient un secret millénaire aussi opaque que fascinant. Mais ce mystère pouvait enfin s’éclaircir avec le décryptage de la Pierre ! Conscients du caractère fondamental de leur découverte, ces hommes n’en étaient pas moins placés devant une énigme de linguiste dont la résolution attendrait l’esprit éclairé et patient de Champollion…
Je conçois l’indicible euphorie de ces inventeurs avec une acuité toute particulière depuis que j’ai moi-même mis la main sur une Pierre de Rosette musicale, écrite en trois langages qui, bien que fort différents, se complètent à merveille dès qu’il s’agit de décrire une époque, un état d’esprit. Je n’ai cependant pas le mérite de Champollion, loin de là, puisque j’ai des notions plus ou moins importantes dans les trois langues vivantes que sont le hip-hop, l’electronica et le post-rock. Sans requérir la pénible étape de traduction, il ne me reste donc qu’à jouir de ma découverte, et à la faire partager au monde, ce qui est loin d’être une sinécure lorsqu’on se trouve en face d’un artefact aussi indescriptible que le dernier album de ABSTRACKT KEAL AGRAM.

Dès le début de l’opus, les origines rock de ce duo français ne font aucun doute. Des samples angoissants jettent aussitôt un voile terne sur la réalité environnante, bientôt remplacés par une guitare hypnotique, paradoxalement douce et sombre, autour de laquelle gravitent des voix masculines mal assurées à dessein, en proie à une mélancolie contagieuse ("Bad Thriller"). C’est alors que surgit un hip-hop saccadé, ravageur, dont le chant nasillard, en anglais, s’accompagne d’une instru rappelant les musiques de quelque vieux jeu vidéo terrifiant ("Street Lamp Confession").
L’étonnement que ne peut manquer de provoquer ce premier changement de style se renouvelle à chaque début de piste : à l’electronica sombre et puissante de "Rivière" succède le post-rock bouleversant de "Delta Force", morceau qui se laisse doucement apprivoiser avant de devenir une pièce maîtresse de l’album, tout comme "Nato". Malgré ce que laisse croire son titre, "Yo Rap !" se trouve être un morceau electro sublime qui, pour la première fois depuis le début de l’album, laisse apparaître, entre deux beats passés au hachoir, un espoir impalpable. Mais ce dernier s’efface petit à petit tandis qu’un hip-hop premier choix prend le contrôle de l’espace sonore : "Et la nuit s’éternise" réussit la performance suprême de mêler un texte poétique interprété avec un flow sans faille, à une montée en puissance instrumentale tout bonnement géniale. L’univers visuel de ABSTRACKT KEAL AGRAM s’y trouve tout entier contenu.

Il m’apparaît, à l’écriture de cette chronique, que Bad Thriller peut sembler pour le moins bordélique et dépourvu de sens, à l’instar d’une compilation mal conçue. Mais alors, ma longue introduction n’aurait été qu’un indigeste baratin ?! Il s’avère que ce disque, aussi hétérogène soit-il sur le plan stylistique, comporte une véritable unité d’âme qui lie chaque morceau à ses voisins avec une évidence déconcertante. Le ton très noir de l’album, l’inventivité dont il se pare et le mélange des genres lui-même confèrent à Bad Thriller un caractère unique, central, qui permettrait à quiconque ne parlant qu’une des trois langues musicales, de comprendre les deux autres.

Une Pierre de Rosette moderne, donc, qui s’achève par un hymne electro-rock pour le moins entraînant dont on regrettera, non seulement son opposition aux autres titres, mais aussi, et surtout, sa répétitivité ("Jason Lytle"). Seul ce morceau éloigne l’album de la perfection, mais je trouve une maigre consolation en accablant M83, le groupe qui a réalisé ce remix mal à propos d’un ancien morceau de ABSTRACKT KEAL AGRAM. Puissent ces derniers ne pas réitérer l’erreur de confier la conclusion de leur prochain opus à d’autres, et ainsi, accomplir le peu de chemin qui les sépare encore du génie pur !

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par UDUFRU :


DIPLO
Florida (2004)
Abstract hip-hop à (re)découvrir absolument




DJ KRUSH
Jaku (2005)
Voyage nippon en musique


Marquez et partagez





 
   UDUFRU

 
  N/A



- Lionel Pierres
- Tanguy Destable


1. Bad Thriller
2. Street Lamp Confession - Ghost Version Feat. Atoms
3. Riviere
4. Delta Force Feat. Poor Boy
5. Yo Rap !
6. Et La Nuit S'éternise Feat. Arm
7. Nato
8. Moore Choice Feat. Poor Boy
9. Jason Lytle (m83 Version)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod