Recherche avancée       Liste groupes



      
REGGAE  |  LIVE

Commentaires (3)
Questions / Réponses (3 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Peter Tosh

Bob MARLEY & THE WAILERS - Babylon By Bus (1978)
Par CYRIL le 24 Février 2006          Consultée 18890 fois

Tout album des Wailers est indispensable, c’est presque une lapalissade ! Babylon By Bus ne déroge bien évidemment pas à cette règle. Enregistré à Paris – et seulement à Paris, et non à Amsterdam, Copenhague et Londres comme cela est écrit sur la pochette – ce live est le témoin de la tournée fabuleuse du groupe de 1977-78. Le charisme et le talent sidérant de Bob Marley l’ont propulsé première superstar du tiers-monde. Et ce disque le prouve sans peine. En effet, en 1978, les Wailers ne s’adressent plus seulement qu’à une communauté, mais bien à un public de dimension mondiale. Musicalement, le groupe ne pratique plus vraiment le reggae folklorique – issu du rock steady - de ses débuts. Les temps changent et les Wailers s’adaptent en donnant à sa musique une tonalité rock qui a d’ailleurs généré le succès que l’on sait. Pourtant, cette évolution n’est pas néfaste. Il n’y a ici aucune compromission. L’engagement ne perd pas une bribe de son intensité, on serait même tenté d’affirmer le contraire tant la personnalité du groupe se démarque tout au long de cet album.

Babylon By Bus est un chef d’œuvre, c’est une évidence. Les fins connaisseurs le savent même si d’autres enregistrements plus anciens les enchanteront certainement plus, je pense notamment à ce concert donné à Leeds en 1973, disponible sur le double CD Burnin’ (édition limitée pour les 30 ans de l'album en 2004). Mais BbB reste tout de même le plus accessible, avec son côté best-of, son alternance entre tubes imparables et morceaux érudits. La pochette est également une franche réussite, surtout dans sa version vinyle. Il n’y a pas à dire, un 33 tours reste un bel objet en comparaison de nos petites galettes entourées de plastique… Bon, trêve de bavardages, venons-en au contenu de ce disque remarquablement bien articulé. L’ouverture est explosive avec « Positive Vibration » qui n’a jamais aussi bien porté son nom et surtout « Punky Reggae Party », clin d’œil aux formations punk naissantes comme les Clash. Les Wailers l’ont bien compris, ces deux courants musicaux sont ceux de la rébellion et de l’engagement. Musicalement, la puissance et l’attrait de ce titre sont éloquents. La pression ne retombe pas ensuite avec « Exodus », morceau égal à lui-même ici interprété sans fioriture évoquant la question du retour aux sources, des racines, thème bien entendu récurrent chez les Rastafari. Une courte pause est amorcée avec « Stir It Up », titre plus léger et bien venu qui s’intègre parfaitement dans le show tout comme « Rat Race » qui se révèle ici aérien et pesant à la fois : une vraie bombe ! Pas de répit, on enchaîne avec « Concrete Jungle », son intro crépusculaire (« No sun will shine in my day today ») et son texte nourri de révolte mélancolique. Le solo offert à l’occasion par Junior Marvin est d’une qualité incommensurable, ce guitariste étant un showman de premier ordre. La suite est également extraite de Catch A Fire – le premier album sorti en 1973 -, il s’agit de « Kinky Reggae » et ses fameux « Ride On, Ride On » qui se pare de tous ses atouts festifs. Dans le même registre, « Lively Up Yourself » se distingue lui aussi tout comme « Rebel Music », deux titres issus de Natty Dread (1975). Toujours aussi en verve, le groupe nous gratifie ensuite de « War / No More Trouble » invitant les peuples du monde entier à s’unir contre les oppresseurs. Cette harangue est accentuée par une intro saccadée et la répétition insistante du mot « War ». La fin du concert est occupée par les tubes incontournables que sont « Is This Love », sorti en 1978 et intronisant définitivement les Wailers groupe mythique, et « Jammin’ », l’autre chanson la plus connue du groupe. « The Heathen » vient s’intercaler et livre un énième solo d’une efficacité redoutable.

Que puis-je ajouter ? Vous l’aurez remarqué, mon abus de superlatifs montre de façon imparfaite ô combien ce disque est absolument génial. On ne peut qu’être admiratifs de la qualité musicale, lyrique et mélodique de toutes les chansons, sans exception. La plupart d’entre vous savent d’ailleurs de quoi je parle, Babylon By Bus occupant très certainement une place de choix dans votre discothèque. Je ne peux m’empêcher de souligner également l’incroyable chaleur dégagée par le public parisien, qui est un vrai atout dans cet opus. Enfin, pour ceux qui ne connaissent pas Babylon By Bus, je n’ai qu’une chose à dire : courrez, volez chez votre disquaire préféré et achetez-le d’urgence… ce disque mériterait un 6 sur 5 !

A lire aussi en REGGAE par CYRIL :


Serge GAINSBOURG
Aux Armes Et Caetera (1979)
Allons enfants...!




Bob MARLEY & THE WAILERS
Exodus (1977)
Trois petits oiseaux...


Marquez et partagez





 
   CYRIL

 
  N/A



- Bob Marley (chant, guitare rythmique)
- Aston 'familyman' Barrett (basse)
- Tyrone Downie (claviers)
- Junior Marvin (guitare)
- Alvin 'seeco' Patterson (percussions)
- Al Anderson (guitare)
- Wire Lindo (orgue, claviers)
- Rita Marley (choeurs)
- Judy Mowatt (choeurs)
- Marcia Griffiths (choeurs)


1. Positive Vibration
2. Punky Reggae Party
3. Exodus
4. Stir It Up
5. Rat Race
6. Concrete Jungle
7. Kinky Reggae
8. Lively Up Yourself
9. Rebel Music
10. War / No More Trouble
11. Is This Love
12. The Heathen
13. Jamming



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod