Recherche avancée       Liste groupes



      
PROTO-PROG  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1969 Cluster

TRIKOLON - Cluster (1969)
Par JOVIAL le 17 Janvier 2017          Consultée 269 fois

Parler des influences premières du krautrock nous fait habituellement ressasser les mêmes noms : Karlheinz STOCKAUSEN, Steve REICH, Terry RILEY, PINK FLOYD, Frank ZAPPA, The MONKS, The DOORS et bien d'autres acteurs des musiques dites psychédéliques et d'avant-garde. On minimise souvent l'influence des grands artistes de free jazz, tels Ornette COLEMAN et SUN RA, dont l'ascendance est évidente chez de nombreuses formations du rock choucroute. On oublie aussi l'existence d'une scène « progressive » en Allemagne, antérieure à la naissance du krautrock. Rapidement supplantée par celui-ci, elle ne nous a laissé que peu de patronymes. C'est pourquoi il nous faut encore une fois saluer ici le travail des Indiana Jones du label Garden of Delights qui nous exhument régulièrement nombres de pépites plus ou moins ternies par le temps. Parmi ces dernières, allons donc aujourd'hui à l'écoute de Cluster.

Œuvre des éphémères TRIKOLON, ce disque résume bien l'apport des premiers ébats du rock teuton aux artistes du krautrock naissant. Cluster les relie ainsi directement à la scène progressive anglaise de l'époque, tout particulièrement à The NICE. Car TRIKOLON voue tout simplement un culte au groupe londonien et l'imite dans ses grands traits originels. Entre autres choses, ses longues improvisations, la prédominance de l'orgue Hammond et un goût prononcé autant pour le rock psychédélique que pour la musique classique. Comme The NICE, le trio allemand privilégie également la scène au studio. Cluster rassemble d'ailleurs quatre longs morceaux, enregistrés live en 1969, d'un groupe ici à son zénith après trois années d'existence.

L'apport de TRIKOLON au krautrock peut sembler assez obscur de prime abord. Il faut ainsi plus s'attacher à l'esprit des compositions qu'à leurs aspects propres. Cluster, c'est la liberté. Le pilori du rock 'n roll qui éclate en mille morceaux devant les yeux de la jeunesse allemande. Le blues désespéré d'« In Search of The Sun » perd les pédales pour se muer en pièce baroque azimutée ; « Blue Rondo » charge le public pendant dix minutes, où l'orgue Hammond fournit la mitraille à Mozart ; le jazz tente une greffe sur l'explosive « Trumpets For Example » ; « Hendrick's Easy Groove »  revisite enfin les courants de la musique moderne, pianiste vent debout face au reste du monde. Quatre excellentes pistes donc - rejointes par un intéressant bonus en 2003 - que nous sert royalement un trio talentueux, et étonnamment aguerri.

L'homme fort de cet album, c'est cependant Hendrick SHAPER. À l'instar de Keith EMERSON, le claviériste démontre que l'orgue peut parfaitement rivaliser avec la guitare. S'il ferme au groupe certains horizons, ils lui en ouvrent dans le même temps d'autres, peut-être plus inédits encore. De quoi donner des idées à quelques têtes blondes ? On pensera notamment à ORGANISATION, première mouture de KRAFTWERK, où l'on notera l'absence d'un guitariste, et de manière générale à toutes ces formations qui préféreront bientôt les claviers à la gratte. Dire que seul TRIKOLON en est l'origine serait bien hyperbolique, mais il symbolise assez bien les prochaines trouvailles du krautrock.

Cluster est l'unique essai discographique du groupe, qui ne le presse d'ailleurs qu'à 150 exemplaires (1). Le live était de loin l'exercice le plus important et cette mentalité va quelque peu ensaimer au premier temps de la Kosmiche Musik. On se souvient par exemple du cas d'AGITATION FREE, qui attendra pas moins de cinq années avant d'entrer en studio. Quant à TRIKOLON, il ne passe pas le cap fatidique de l'année érotique (2). Il nous laisse entre les mains une bonne galette, réussie et souvent passionnante, qui néanmoins n'a pas su résister à l'épreuve du temps ni ne soutient la comparaison avec les cousins d'Albion, les albums de The NICE !

Note réelle : 3,5/5

(1) On n'imagine même pas le prix des vinyles originaux !
(2) Notons toutefois la refonte du groupe qui gagne un guitariste en 1970 et s'appelera donc, en toute logique, TETRAGON.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par JOVIAL :


CAMERA
Phantom Of Liberty (2016)
Sidéral et sidérant




KILL FOR TOTAL PEACE
Kill For (2009)
Pierre angulaire de la nouvelle scène française ?


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Rolf Rettberg (basse)
- Ralf Schmieding (batterie)
- Hendrik Schaper (claviers/chant/trompette)


1. In Search Of The Sun
2. Trumpet For Example
3. Hendrik's Easy Groove
4. Blue Rondo



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod