Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE BAROQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Georg Philipp Telemann , Johann Sebastian Bach , Johann Joseph Fux

Georg Friedrich HANDEL - Water Music (malgoire) (1733)
Par CHIPSTOUILLE le 30 Juin 2006          Consultée 4429 fois

Vêtu d'une culotte, d'une chemise à jabot et d'un gilet brodé, poudré de la tête au pied, sous une perruque affriolante, accompagné par votre dame qui s’est parée pour l’occasion de sa plus belle robe sous laquelle se contient un corps étriqué par un corset trop serré, vous êtes conviés à une promenade en compagnie du Roy d'Angleterre, dans une très large barque pour voguer tranquillement sur la Tamise. Vous voyez déjà le tableau, un petit orchestre se trouve avec vous sur l’embarcation pour jouer une musique d'accompagnement qui s'étiole dans l'espace, faisant triompher les cors royaux de sa majesté, sous le soleil éclatant d'une cour trop occupée à paraître. HÄNDEL (orthographe allemande d'origine, on lui préfère en général l'orthographe française "HAENDEL", ou anglaise "HANDEL"), musicien hors pair, sans doute le plus vieux compositeur à n'avoir jamais été oublié, jouit alors de tout l'audimat nécessaire pour pouvoir démontrer ses talents.

Au début de sa carrière anglaise, le compositeur fut occupé à tenter de convaincre les autochtones des bienfaits de l'Opéra, type d’oeuvre qui peine alors à recueillir les suffrages outre-Manche (les anglais préfèrent et préféreront les oratorios, moins théâtraux). Quelques airs échoueront dans des concertos de sa composition (on leur reconnaît une paternité partagée avec ceux de VIVALDI et ALBINONI chez CORELLI), il composera également en 1717 l'une de ses oeuvres les plus (re)connues (après sa Sarabande ou l' "Hallelujah" du Messie, tout de même), les 3 suites "Water Music".

C'est donc dans cette ambiance très guindée, résonant aux trémolos des bois, des cors triomphant (les fameux "french horns") et des percussions massives que HÄNDEL sévit dans ce style "à la française" emprunté à LULLY, De LALANDE ou CHARPENTIER (rappelez-vous le fameux "Te Deum" qui doit encore aujourd'hui introduire les fameuses allocutions de notre "cher" président français). L'oeuvre transpire la noblesse et la royauté et toutes ses fanfreluches, mais il faut avouer que c'est très réussi.

Au-delà de la musique de cour, on remarque une très grande habileté à concevoir des mélodies faciles d'accès (l'allegro de la première suite en Fa majeur en constitue le meilleur exemple) de même que des dispositions à savoir varier le mélange et le rendre moins fourni (enfin… dans le style) que la plupart de ses contemporains baroques. On notera d'ailleurs que les nombreuses parties de ces suites sont régulièrement de très courte durée (pour la plupart entre une et trois minutes). Enfin, le manuscrit originel ayant été perdu (une fois de plus...), l'ordre des morceaux est ici aussi quelque peu incertain (cf. chronique de l’art de la fugue de BACH). Cependant, les suites baroques étant constituées de morceaux n'ayant pour ainsi dire que très peu de rapport les uns avec les autres, l'ordre d'exécution de ceux-ci importe peu.

HÄNDEL divertit donc ici son public de diverses danses : bourrées, hornpipes, gigues et autres menuets, lesquels ne sont pas sans rappeler parfois le style savant de certaines oeuvres de son contemporain BACH, lui aussi élève de l'école allemande. Si la sarabande de la suite en sol majeur n'est pas aussi célèbre que LA (grande) sarabande d'HÄNDEL, il faut avouer qu'elle constitue une touche agréable de subtilité émotionnelle au coeur des récits plus dynamiques ou éclatants de ces suites. Le menuet (en trois temps) suivant constitue lui aussi un havre de paix appréciable. L'oeuvre est d'ailleurs accompagnée (comme c'est généralement l'habitude sur CD) de la suite "Royal Fireworks music" commandée et composée beaucoup plus tard en 1749 sur instruments militaires (dans un style "à la française" très proche des suites Water Music).

HÄNDEL ne pourra certainement pas se vanter d’avoir inventé le style "à la française", dont la typologie assez particulière ne pourra jamais contenter tout un chacun. Water Music en constitue pourtant l’un des fleurons. Si vous n'êtes donc pas allergiques à ce côté "cour du Roi-soleil" de la musique d'époque, je vous conseille vivement cette oeuvre qui s'écoute sans déplaisir. L'interprétation pilonne et pétarade à vive allure, avec cette petite touche pincée dans le son qui lui donne ce cachet d'époque si particulier, le voyage temporel vous est ici garanti et sans mauvaise surprise.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Johann Sebastian BACH
Cantate Bwv 21 (herreweghe) (1714)
Un peu plus près du paradis?




Joseph HAYDN
Symphonie N°44 Funèbre (pinnock) (1771)
Rencontre avec Jane Black


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- La Grande écurie Et La Chambre Du Roy
- Jean-claude Malgoire


- water Music (complete)
- suite En Fa Majeur
1. I- Ouverture: Adagio E Staccato
2. Ii- [allegro]; Andante : [allegro Da Capo]
3. Iii- [allegro]
4. Iv- Air
5. V- [menuet]
6. Vi- Bourrée
7. Vii- Hornpipe
8. Viii- [andante]
- suites En Sol Majeur, Sol Mineur & Ré Majeur
9. I- [allegro] En Ré Majeur
10. Ii- Alla Hornpipe En Ré Majeur
11. Iii- [sarabande] En Sol Majeur
12. Iv- Rigaudon En Sol Majeur
13. V- Lentement En Ré Majeur
14. Vi- Bourrée En Ré Majeur
15. Vii- Menuet En Sol Mineur
16. Viii- Gigue En Sol Majeur
17. Ix- Minuet [coro] En Ré Majeur
- the Music For The Royal Fireworks
18. I- Ouverture
19. Ii- Bourrée
20. Iii- La Paix: Largo Alla Siciliana
21. Iv- La Réjouissance: Allegro
22. V- Menuet 1; Menuet 2



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod