Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTPUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Kraftwerk
- Style + Membre : Neu!, La Düsseldorf, Thomas Dinger

Klaus DINGER - Blue (la! Neu?) (1999)
Par WALTERSMOKE le 17 Avril 2017          Consultée 199 fois

« Ma vie c'est de la merde ». Voilà en substance ce que devait se dire Klaus Dinger dans les années 80. Il faut dire que sur le plan professionnel, il ne lui est arrivé que des couacs. Jugez plutôt : en 1980, le troisième album de La Düsseldorf est un échec critique. Deux ans plus tard, l'album solo du frérot Thomas, qu'il cautionne, sort et c'est une pâle copie des œuvres de Neu!, et les années suivantes voient Dinger batailler contre celui qui sera finalement un faux frère et son sordide complice Hans Lampe, empêchant ainsi Néondian (1985) de sortir comme étant un album de La Düsseldorf. Sur ce, Dinger se rabiboche avec Michael Rother et le légendaire duo se retrouve en studio pour... faire de la merde, et là encore c'est compliqué – cf. la chronique de Neu! '86 par mon cher collègue Jovial. Bon, allez, un artiste ne peut pas être aussi poissard, si ? Quand Klaus Dinger prépare enfin ce qu'il voit comme le cinquième album de La Düsseldorf, on va pas encore lui mettre des bâtons dans les roues.

CE N'EST PAS FINI !!!

1987, alors que Dinger est sur le point de finir Five Pearls and a Hammer, il apprend que Virgin, qui est censé distribuer son œuvre, le lourde tout bonnement, car pas convaincu par les démos envoyées. Du coup, l'album est remisé au placard, et devra attendre 1999 pour enfin être commercialisé. Sous le nom de La Düsseldorf ? Même pas : non seulement c'est un album comptant officiellement dans la discographie de La! Neu?, mais en plus il est renommé Blue. Et en fait il est compté comme un album de La Düsseldorf 5 et... oh puis merde, on dit que c'est un album solo de Klaus Dinger et puis c'est marre. Quoique ce n'est pas totalement faux non plus puisque Dinger est seul aux instruments, à quelques exceptions près.

Et la première de ces exceptions, c'est "America". Joué avec des membres du groupe Belfegore, ce morceau a été enregistré avant la version présente sur Néondian, dans une optique toujours aussi krautrock/punk. Le moins que l'on puisse dire, c'est que "America" déménage vraiment pas mal, avec notamment des guitares folles et acérées, un pur bonheur. Le problème, c'est que le morceau est répétitif et ressasse régulièrement les mêmes effets sonores. C'est pas un problème en soi (coucou Neu!), mais pendant 17 minutes, c'est beaucoup trop. Excessif, même. Mais pas mauvais non plus.

Le reste de l'album, pour sa part, donne à réfléchir. En effet, Blue a été enregistré en même temps que Néondian, ça se voit sur le plan stylistique, mais au niveau de la composition, le résultat est meilleur ici. Oh, les synthés et boîtes à rythme sonnent toujours autant les années 80 dans ce qu'elles ont de plus kitsch, mais pour un résultat plus probant, notamment à la composition – pour la production, on est en droit d'avoir des réserves, Blue ayant été édité 12 ans après sa sortie. Et du coup, l'album dévoile de bons petits morceaux, à l'image de "Arms Control Blues", nouveau pamplet antimilitariste. "Lilienthal", qui porte le nom du studio de Dinger (et aussi du supergroupe éponyme) est clairement ce à quoi on s'attend quand on cherche à faire rimer Klaus Dinger et qualité. Le morceau-titre aurait pu en faire de même, mais la présence au chant d'une certaine Yvi le rend vite très irritant tant elle chante mal – ou faux, mais franchement, la différence ici, hein...

Agrémenté de deux petites pièces courtes ("Touch you Tonight" et "Für Oma", dédié à la grand-mère de Dinger), Blue n'est pas pour ainsi dire un mauvais album. C'est sûr que c'est par défaut qu'il est le meilleur album auquel Klaus Dinger ait pu participer dans les années 80, mais il reste clairement défendable et recommandable à qui veut du krautpunk kitsch mais bon à écouter.

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


SOFT CELL
Non-stop Erotic Cabaret (1981)
Plutôt hard que soft




KOTO
Masterpieces (1989)
LE F.U.T.U.R.


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Klaus Dinger (tout sauf)
- Yvi Paas (chant sur 2)
- Spinello Elze (guitare sur 6)
- Charly T. Charly (batterie sur 6)
- Raoul Walton (basse et choeurs sur 6)


1. Arms Control Blues
2. Blue
3. Lilienthal
4. Touch You Tonight
5. Für Omi
6. America



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod