Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO / JAZZ-ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Squarepusher
 

 Label Warp (216)
 Site Officiel (squarepusher) (286)

SHOBALEADER ONE - Elektrac (2017)
Par SASKATCHEWAN le 19 Juillet 2017          Consultée 538 fois

Certains ici se souviennent peut-être du projet SHOBALEADER ONE. On se fera des clins d’oeil comme entre vétérans d’une sale guerre. Les autres, sachez que le machin en question est un groupe monté par Tom JENKINSON alias SQUAREPUSHER, que l’on connaît mieux pour ses travaux électroniques sur les labels Warp et Rephlex. Le premier album du combo, sorti en 2010, n’était pas une franche réussite, c’est le moins que l’on puisse dire. Je vous mets ce paragrahe en introduction comme on colle des photos de poumons noircis sur les paquets de clopes. Si vous décidez d’y aller quand même, sur mes conseils pas toujours fiables, c’est votre problème.

Les SHOBALEADER ONE ont donc récidivé. Eh oui ma bonne dame, on n’est plus en sécurité nulle part. Cette fois, point de compositions originales, mais plutôt une compilation des meilleures réalisations de SQUAREPUSHER jouées en concert. En parcourant le dos de la pochette, on constate, le sourcil en accent circonflexe, un rictus indéfinissable sur les lèvres, que 8 titres sur 11 sont issus de la production des années 90. Ce déséquilibre s’explique sans doute par la volonté d’adapter des morceaux complètement électro, afin de rendre l’exercice plus intéressant.

Les trois rescapés des années 2000 offrent néanmoins une perspective intéressante sur la démarche de l’album. « Megazine », tiré du premier essai de SHOBALEADER ONE, laisse voir tout ce qu’apporte la réinterprétation emmenée par Tom JENKINSON. Ce morceau assez falot de 2010 prend une toute autre envergure en concert, notamment grâce à un solo de guitare décoiffant. Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, les sonorités ne sont pas moins riches que sur l’album studio, et la musique gagne en énergie. Même remarque pour « Delta-V », issu de Just a Souvenir (2008).

Le dernier représentant de la décennie précédente, « Anstromm Feck 4 », révèle quant à lui la principale limite de l’album. Sur les morceaux les plus frénétiques, dont cet extrait de Do You Know Squarepusher? fait partie, les musiciens ont vraiment du mal à tenir le choc. C’est encore plus pregnant sur « Don’t Go Plastic », où le batteur, malgré ses prouesses surhumaines, se livre à un mattraquage indigeste. Peut-être aurait-il fallu revoir certaines rythmiques en profondeur ?

C’est bien là le seul défaut que l’on peut trouver sur Elektrac. Si la batterie est parfois placée face à des passages impossibles, la basse de Tom JENKINSON, elle, virevolte sur chaque morceau, avec une virtuosité qui égale les meilleurs moments d’Ultravisitor. Ecoutez donc l’enchaînement « The Swifty »/« Coopers World », où la basse se fait tour à tour ronde, chaleureuse, véloce, funky... La guitare n’est pas un reste, comme sur « E8 Boogie » où elle se livre à une course folle, zigzagant entre les sursauts de la batterie.

Comme toute compilation qui se respecte, Elektrac comporte quelques uns des morceaux emblématiques de l’artiste. Le premier d’entre eux, « Iambic 5 Poetry » prend une nouvelle teinte : la basse se love amoureusement dans les replis de la mélodie touchante jouée par les claviers. « Squarepusher Theme », lui, est beaucoup plus rock, avec une guitare pleine de grésillements qui laisse progressivement place à une tempête de rythmes. Plus de 20 ans après la sortie de Feed Me Weird Things, c’est comme si ce titre avait été composé hier. Même sensation d’inédit pour « Journey to Reedham », dont on peine à croire qu’il ait vu le jour en 1997 sur l’EP Big Loada.

Elektrac, à mi-chemin entre le live et le best-of, ne prétend pas offrir un panorama exhaustif de la carrière de SQUAREPUSHER. Il est trop tôt pour ça, on l’espère. Cet album est avant tout un défi que quatre musiciens se sont lancés à eux-mêmes : jouer une musique réputée injouable et faire ressortir les émotions et la chair là où beaucoup ne voient que grisaille robotisée. Pari réussi.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


WISP
The Shimmering Hour (2009)
Introduction idéale à l'IDM




SYL KOUGAï
ΙΧΘΥΣ (2015)
Amen !


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Tom 'squarepusher' Jenkinson (basse)
- Shobaleader One (guitares, claviers, batterie)


1. The Swifty
2. Coopers World
3. Don't Go Plastic
4. Iambic 5 Poetry
5. Squarepusher Theme
6. E8 Boogie
7. Deep Fried Pizza
8. Megazine
9. Delta-v
10. Anstromm Feck 4
11. Journey To Reedham



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod