Recherche avancée       Liste groupes



      
CLASSIQUE/MéTAL/8-BIT  |  REMIX

L' auteur
Acheter Cet Album
 



RIDICULON - The End Is Nigh (2017)
Par WALTERSMOKE le 2 Janvier 2018          Consultée 555 fois

L'homme est peut-être bon de nature selon Rousseau, mais ne serait-il pas également masochiste et borné de nature, aussi ? La question se pose, en tout cas chez moi après une partie de The End is Nigh. Développé par ce cher Edmund McMillen et Tyler Glaiel, c'est typiquement le genre de jeu où l'on commence en se disant « ah, ça va être charmant » avant de très, TRÈS vite déraper et de gueuler « MAIS VA NIQUER TA MÈRE JEU DE CHIASSE » avant de finir le premier tiers du jeu tellement il est dur. Je vous laisse imaginer les termes utilisés par la suite, quand on s'acharne à finir ce jeu.

The End is Nigh est un platformer au scénario assez... déjanté. On y incarne un blob qui se retrouve du jour au lendemain dans un monde post-apocalyptique, et qui va devoir évoluer dans un monde on ne peut plus sinistre, et ramasser au passage des tumeurs cancéreuses et des cartouches de jeux vidéo. De base, ça sent effectivement le fun. Il va falloir sauter par-dessus les obstacles qui tuent en un seul coup, éviter les ennemis qui tuent tous en un seul coup, faire attention à l'eau et aux gaz toxiques qui tuent en un seul coup ou presque... Mais le pire ennemi de The End is Nigh pour le joueur, c'est lui-même, tant la faute est inévitable, sauf pour les speedrunners – mais eux ne sont pas humains. Aussi, The End is Nigh possède plusieurs embranchements, dont un en particulier qui fait passer le joueur par des niveaux portant comme noms les cinq étapes du deuil. Hé, je vous avais prévenu que c'était fun par ici !

Côté musique, The End is Nigh s'adjoint les services du duo Ridiculon qui avait déjà travaillé sur de précédents jeux de McMillen. Et pour le coup, le groupe ne s'est qu'à moitié foulé puisque la BO du jeu n'est ni plus ni moins qu'une compilation de morceaux classiques revisités. Soyons plus précis : en fait, c'est une sélection de morceaux romantiques (XIXe siècle, donc) rejoués à la sauce métal. Oui, de prime abord, ça fait peur. Quand on met « classique » et « métal » dans la même phrase, on s'attend à se farcir un truc innommable, pâteux et gras du bide. C'est à peine le cas ici. Alors oui, on troque les violons du philharmonique de Berlin contre des guitares saturées, mais le résultat global est franchement très prenant. Dans le jeu, la musique est tout bonnement très bien adaptée aux différents niveaux, et certains morceaux réussissent l'exploit de traduire l'état d'esprit moyen du joueur à un moment M – mention spéciale pour le niveau « The Machine » accompagné du Vol du Bourdon.

Dans le détail, on soupire de prime abord. Car en effet, les morceaux choisis de The End is Nigh sont vraiment de grands classiques, les incontournables du romantisme. La Danse Macabre de Saint-Saëns, La Nuit sur le Mont Chauve de Moussorgsky, la Danse Hongroise de Brahms, etc. Côté prise de risque, c'est zéro pointé. Pour autant, la sélection reste donc toujours pertinente, ne serait-ce que parce qu'on parle de morceaux toujours aussi bons et prenants. Mais le véritable point fort réside en les arrangements métal, avec moult saturations et riffs. La réappropriation des thèmes est faite de manière à apporter une véritable plus-value à des compositions qui pourtant se suffisent déjà à elles-mêmes. Un défi de taille donc, et pourtant réussi. L'énergie qui se dégage de l'extrait de la Symphonie du Nouveau Monde constitue un très bon exemple, avec cette rythmique assurée par une batterie exemplaire qui accompagne les guitares jouant simultanément avec fidélité et hargne les notes de ce bon vieux Dvorak. Quant à la Danse Hongroise, bon sang... déjà que j'écoutais les versions avec orchestre en boucle tant Brahms a fait fort, mais là, on touche ni plus ni moins à la meilleure interprétation du morceau, dynamique et sautillante. Dynamique et sautillante, ce n'est pas le cas de la première Gymnopédie de Satie, devenant ici un morceau poisseux, aux frontières du doom/sludge, avec un piano à la fois doux et sinistre.

Quelle réussite donc, cette bande sonore de The End is Nigh ! Elle est quasi-parfaite, dans le sens où elle est excellement adaptée au jeu vidéo tout en parvenant à vivre de manière indépendante (bon ok, pour le coup c'était pas difficile). Et à moins d'être un gros pingouin snob, impossible de nier le caractère éminemment qualitatif de la relecture des tubes romantiques. Sauf peut-être pour les versions 8-bit, et encore, ce n'est qu'une question de goût.

Note réelle : 4,5/5

A lire aussi en HARD ROCK :


BLUE ÖYSTER CULT
Extraterrestrial Live (1982)
Sombres nouvelles des étoiles




DANZIG
Danzig Iii : How The Gods Kill (1992)
Le meilleur album de Glenn Danzig


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Title Screen (première Gnossienne)
2. The End (danse Macabre)
3. The Arid Flats (symphonie Du Nouveau Monde)
4. Overflow (ouverture 1812)
5. Wall Of Sorrow (rhapsodie Hongroise)
6. Ss Exodus (marche Slave)
7. Retrograde (danse Hongroise)
8. The Machine (le Vol Du Bourdon)
9. The Hollows (symphonie De Dante)
10. Golgotha (une Nuit Sur Le Mont Chauve)
11. Ruin (dans L’antre Du Roi De La Montagne)
12. Acceptance (rhapsodie Hongroise)
13. The Future (requiem)
14. As Above (première Gymnopédie)
15. So Below (dans L’antre Du Roi De La Montagne)
- 8-bit
16. Mortaman (danse Macabre)
17. Blaster Massacre (symphonie Du Nouveau Monde)
18. River City Rancid (ouverture 1812)
19. Catastrovania (symphonie De Dante)
20. Dig Dead (dans L’antre Du Roi De La Montagne)
21. Ash Climber (rhapsodie Hongroise)
22. Fallen Fantasy (marche Slave)
23. Rubble Bobble (danse Hongroise)
24. Morbid Gear (le Vol Du Bourdon)
25. Mystery Castle (5e Symphonie)
26. The Tower (requiem)
27. The End Is Nigh (marche Turque)
- glitch
28. Scab Or Die (une Nuit Sur Le Mont Chauve)
29. Tombs & Torture (symphonie Du Nouveau Monde)
30. Pus Man (le Vol Du Bourdon)
31. Ghosts N' Grieving (dans L’antre Du Roi De La Mont
32. Dead Racer (symphonie De Dante)
33. Spike Tales (danse Hongroise)
34. The End Is Nigh Revisit (marche Turque)
35. Cart Menu (première Gnossienne)
- bonus
36. La Chevauchée Des Valkyries



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod