Recherche avancée       Liste groupes



      
MéTA-YéYé  |  COMPILATION

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


2015 Stella
 

- Membre : Magma

STELLA VANDER - Stella (2015)
Par WALTERSMOKE le 17 Octobre 2018          Consultée 988 fois

J'aime pas le yéyé. Ce vieux genre de ses morts.

Rendez-vous compte : dans les années 60, l'Angleterre changeait la face du monde musical avec moult groupes, au point qu'en faire une liste serait ridicule ; avec un temps de retard, l'Allemagne entre dans la danse grâce au krautrock. Et la France ? Koukou les chansons absurdement ridicules quand elles ne sont pas de pathétiques « traductions » de tubes outre-Manche ou outre-Atlantique. Su-per. Et les meilleurs noms de l'époque sont clairement ceux qui n'en ont pas fait, du yéyé, ou si peu.

J'aime pas le yéyé, et je pourrais m'étendre au moins une page dessus pour expliquer pourquoi. Mais à la place, je vais plutôt parler du seul album que je peux – de nos jours – écouter de bout en bout sans piquer une crise de nerfs, à savoir cette compile de Stella VANDER. Oui, on parle bien de LA Stella VANDER, celle-là même qui chante au sein de MAGMA depuis le début des années 70. Née en 1950, elle a eu une vie musicale avant le groupe de Christian, plus précisément au cœur de la décennie précédente. Celle qui est alors simplement connue sous le nom de Stella enchaîne les sorties de singles dont elle écrit les paroles – exceptionnellement exceptionnel ! - sur des instrumentations somme toutes classiques signées par son oncle.

Oui, mais c'est là que le fun démarre. Car Stella est connue pour avoir été « l'anti-SHEILA », et pour cause : sa musique est tout simplement du méta-yéyé, qui se fout en long, en large et en travers du genre et de son époque. Ouais, rien que ça. Les chanteurs yéyé, les hippies, les protestataires de l'époque en prennent pour leur grade, et sur leur propre terrain. Sans rire, une chanson sur deux ici est un véritable scud balancé avec férocité ET talent – encore heureux, sinon ce serait absolument stérile. Exemples ? "Beatniks d'occasion", une charge succulente contre lesdits beatniks ; ou encore "J'achète des disques américains", critiquant vertement l'américanisation de la culture, notamment musicale, en France ; et aussi "Un air du folklore auvergnat", qui a d'ailleurs provoqué à l'époque l'ire des habitants de la diagonale du vide. Mais là où on rigole vraiment, c'est au niveau des chansons méta : la « philanthropie » du yéyé est exposée sur "Pourquoi je chante" (une vraie réponse au "Si je chante" de Sylvie VARTAN), "Pas de chanson sur les vacances" se passe de commentaires (et vive la pluie), et "Duo du Sacré Coeur" est à mourir de rire au premier comme au second degré.

Mais Stella, ce n'est pas que du méta-yéyé. Parfois, elle joue dans l'exercice de style, comme avec "Le Silence" qui prouve que ce brave KATERINE n'a rien inventé avec "Louxor j'adore". Et pour ceux que ça ne dégoûte pas, il y a "Matière à réflexion", dont le thème est... non, je vous laisse le découvrir. Avec tout ça, "Je ne me reconnais plus dans la glace" fait preuve d'ovni total voire d'intrus tant son ton grave et ses paroles tristes tranchent avec le reste – mais ça reste une bonne chanson dans l'absolu.

Après, les chansons de Stella, ce n'est pas le graal non plus. Déjà, tout dépend de la propension à aimer l'humour et l'esprit d'analyse de la féroce plume de la chanteuse, qui par ailleurs n'a pas une voix exceptionnelle, même si ce n'est pas ça le plus important ici. Certains textes pourraient vraiment sonner trop réac', quand bien même ils sont chantés sur une musique yéyé. Et dans l'ensemble, le tout a mal vieilli, sans compter des références désormais obscures ça et là. Enfin, dans la forme, l'album n'est pas exhaustif.

Mais dans l'ensemble, l'oeuvre de Stella reste franchement originale et intéressante à écouter. Aussi bien par les anti-yéyé qui y trouveront le défouloir parfait que par les curieux voulant simplement quelque chose de détonant. Pour la suite des aventures de la chanteuse, allez chez MAGMA.

PS : L'album chroniqué ici est en fait la réédition de 2015 du L.P. Stella sorti en 1967, de toutes façons une compilation de singles contemporains.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par WALTERSMOKE :


Françoise HARDY
Tant De Belles Choses (2004)
"Maman va bien"




Françoise HARDY
Soleil (1970)
Les nouvelles aventures de Françoise


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Un Air Du Folklore Auvergnat
2. Adieu Micro, Bonjour Sillon
3. J'achète Des Disques Américains
4. Pauvre Figaro
5. Tu Dis Toujours Oui
6. Cauchemar Auto-protestateur
7. Si Vous Connaissez Quelque Chose De Pire...
8. Le Vieux Banjo
9. Gaspard
10. Pas De Chanson Sur Les Vacances
11. La Flemme
12. Pourquoi Je Chante
13. La Vieille Chanson D'amour
14. Beatniks D'occasion
15. Tout Va Bien
16. Je Ne Peux Plus Te Voir En Peinture
17. Le Silence
18. J'aurais Voulu
19. Carnet De Balles
20. Je Ne Me Reconnais Plus Dans La Glace
21. Poésie 67
22. Duo Du Sacré Coeur
23. Matière à Réflexion
24. L'idole Des Jaunes
25. Vous Devriez Avoir Honte
26. Pauvre Cloche



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod