Recherche avancée       Liste groupes



      
SWAMP ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Tony Joe WHITE - Bad Mouthin' (2018)
Par BAYOU le 30 Octobre 2018          Consultée 243 fois

Même pour les artistes relativement âgés (77ans), le décès surprend toujours. Tony Joe WHITE, on le connaît depuis la nuit des temps : il était à Woodstock en 1969, ce qui classe tout de suite le bonhomme dans une certaine élite. Pourtant, il n’a rien du guitar-hero, lui né en Louisiane à Oak Grove en 1943, le genre de bled où les noirs et les familles de blancs pauvres se mélangent sans difficultés. Il l’évoque d’ailleurs superbement dans une de ses plus belles chansons " Willie and Laura Mae Jones" : "Willie and Laura Mae Jones were our neighbors a long time back / They lived right down the road from us in a shack, just like our shack / The people worked the land together, and we learned to count on each other / When you live off the land you don't have the time to think about another man's coulour ” : " Willie et Laura Mae Jones étaient nos voisins depuis longtemps / Ils vivaient tout près de chez nous dans une cabane, tout comme notre cabane / Les gens ont travaillé la terre ensemble, et nous avons appris à compter les uns sur les autres / Quand tu vis de la terre, tu n'as pas le temps de penser à la couleur d'un autre homme ".

Aussi, ce n’est pas vraiment surprenant qu’il se passionne très vite pour le blues de LIGHTNIN’ HOPKINS. Tony devient rapidement un songwriter réputé et reconnu avec bien sûr son fameux "Polk Sald Annie" repris par ELVIS himself, ou "Steamy Windows" par la grande Tina TURNER, dans l’album Foreign Affairs en 1989, sans parler de notre défunt Johnny et surtout de Joe DASSIN qui dans son album Blue Country reprend "Home Made Ice Cream", "My KInd Of Woman", "Polk Salad Annie", "The Change", "Lustful Earl & the Married Woman", et "I’ve Got a Thing about you Baby") ce qui revient à dire que le public français a écouté du Tony Joe WHITE sans le savoir comme M. Jourdain faisait de la prose.

Pourtant, le vrai talent de Tony est dans ses interprétations, dans sa manière de mettre en scène sa musique, le plus souvent sous une forme minimaliste (on pense inévitablement à J.J. CALE dans sa façon de vivre et de composer). Il avait aménagé un studio dans sa maison de Church Street à Franklin dans le Tennessee où il bricolait tranquillement ses albums. Qui sont facilement reconnaissables avec son style poisseux, ce fameux swamp-rock qu’il a fortement contribué à populariser. On évoquera également ses prestations, souvent en solo, avec son harmonica, sa guitare et ses pédales d’effets, parfois avec le renfort d’un percussionniste.
C’est donc un monument de la musique qui s’est éteint, et d’une manière quasi prémonitoire il a bouclé la boucle en enregistrant de nouveau "Bad Mouth" pour son dernier album, ce titre ayant été gravé en 1966 à Corpus Christi (Texas).

Cet album qui plonge dans les racines musicales de notre homme avec "Baby Please Don't Go" de Big Joe WILLIAMS, "Big Boss Man" de Jimmy REED, "Bad Dreams Awful Dreams" de LIGHTNIN’ HOPKINS et sa version du "Heartbreak Hotel" de PRESLEY, qui juste retour des choses, termine l’album. Il s’inscrit dans la continuité de sa discographie, avec toujours des références au blues, cette pincée personnelle qui rend ses productions identifiables dès la première écoute.

Tony Joe WHITE était un artisan doué, un bricoleur de génie, qui avec un minimum de matériel, comme les anciens bluesmen, proposait une musique authentique qui prenait aux tripes.

A lire aussi en BLUES par BAYOU :


HOT TUNA
:live At Sweetwater 2 (1993)
Du grand blues acoustique




John Lee HOOKER
King Of The Boogie (2017)
Cent ans, cent chansons, un coffret cinq CD.


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



- Tony Joe White (chant, guitares, harmonica, percussions)


1. Bad Mouthin'
2. Baby Please Don't Go
3. Cool Town Woman
4. Boom Boom
5. Big Boss Man
6. Sundown Blues
7. Rich Woman Blues
8. Bad Dreams
9. Awful Dreams
10. Down The Dirt Road Blues
11. Stockholm Blues
12. Heartbreak Hotel



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod