Recherche avancée       Liste groupes



      
GUITAR JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Bobby BROOM - Soul Fingers (2018)
Par DERWIJES le 9 Décembre 2018          Consultée 343 fois

Résumons cet album en une phrase : L’un des meilleurs guitaristes de jazz nous propose un album reprenant des chansons pop/rock des années 60/70’s avec une touche soul. Ça donne envie, pas vrai ? Et le mieux dans tout ça c’est que l’album est aussi bon qu’il en a l’air. Nous parlons tout de même de Bobby BROOM, un monsieur qui mérite une introduction formelle : Né à New-York avant de s’établir à Chicago, il commence à apprendre la guitare tôt et commencera tout aussi tôt à jouer en public, sa première apparition datant de 1977 au Carnegie Hall aux côtés de Sonny ROLLINS et Donald BYRD, excusez du peu !

A partir de là, il enchaîne les collaborations fructueuses et se fait un nom dans le milieu du jazz comme le digne héritier de Wes MONTGOMERY et Kenny BURRELL. C’est un guitariste non seulement talentueux mais décidé qui refusa de jouer dans les JAZZ MESSENGER de Art BLAKEY pour pouvoir sortir son premier album solo à la place. Passionné, il donne aussi des cours de musique au Conservatoire de Chicago et écrit des articles pour des magazines spécialisés réputés comme DownBeat ou JazzTimes. Le grand public le connaît pour son album Stand ! paru en 2001 dans lequel il reprenait déjà des standards pop des années soixante/soixante-dix et qui avait reçu un bon accueil public et critique.

Et le voilà qui remet le couvert en cette fin d’année 2018. Pour ce Soul Fingers il a dû faire appel au producteur Steve JORDAN, plus connu comme batteur ayant joué entre de nombreux autres avec les ROLLING STONES, Bob DYLAN, Eric CLAPTON, B.B. KING…et qui joue sur les titres « Eyes of Faith » et « Get Ready » de l’album.

Autant le dire tout de suite, Bobby Broom nous propose un album bien agréable à écouter qui a un aspect Smooth Jazz. Attention, ce n’est pas ici une insulte : maître de son instrument il sait en tirer le meilleur et part sur un jeu souple et décontracté qui donne l’impression qu’il tisse de l’air. Ici la mélodie domine sur l’improvisation, pensez à cela comme une musique qui peut s’écouter en arrière-plan pendant une soirée, mais qui soit trop sophistiquée pour servir de musique de fond dans un ascenseur ou un centre commercial, par exemple. C’est sur cette mince ligne que joue Broom, qui commence l’album avec un « Come Together » rendu méconnaissable avec un tempo plus enlevé.

Si ce premier morceau met déjà dans le bain, les BEATLES reviennent plus tard sur l’album avec « While My Guitar Weeps » où l’on sent qu’il s’amuse comme un fou et ses auditeurs avec lui du coup. Il y rajoute quelques guitares acoustiques du style samba d’un Joao GILBERTO qui comble les vides jusqu’au solo de guitare final. Il n’y a ici que l’orgue pour compéter avec la guitare. La trompette se fait discrète, habillant la mélodie ou embellissant le rythme comme sur le shuffle « Ode to Billie Joe », alors que l’organiste se fait plaisir sur « Do It Again », reprise des STEELY DAN.

Et comme Bobby Broom est quelqu’un d’intelligent, il sait où et quand improviser. Concrètement, cela veut dire que s’il nous offre deux solos mémorables sur « Get Ready », il sait qu’une chanson comme « A Whither Shade of Pale » se suffit à elle-même et en suit scrupuleusement la ligne. « Get Ready » est d’ailleurs une pièce de choix de l’album où se mélange une guitare endiablée à un trompette blues et des congas…Miam ! Délicieuse aussi est la seule chanson originale du lot, « Eyes of Faith », un gospel, appelons un loup un loup, où, accompagné, d’un orchestre, le guitariste nous offre une autre prestation mémorable.
« The Guitar Man », dernier titre de la galette, c’est bien lui. Bon représentant du son Smooth Jazz de l’album ce final rappelle les grandes heures d’un Wes MONTGOMERY…

Mais lorsque que l’album se finit, nous restons sur notre faim. Déjà ! Non pas qu’il soit trop court, non, mais c’est le genre de musique parfaite pour passer le temps tranquillement, celle qui vous donne l’impression de flotter sur un nuage transporté par les mains expertes des musiciens. Voilà un album qui résume son artiste en trois mots : simple, élégant et agréable.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Ibrahim MAALOUF
S3ns (2019)
Explosion de couleurs.




Alice COLTRANE
Journey In Satchidananda (1970)
Something about alice coltrane


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Bobby Broom (guitare)
- Steve Jordan (batterie)
- Ben Paterson (orgue)
- Kobie Watkins (batterie)
- Ron Blake (saxophone)
- Chris Rogers (trompette)


1. Come Together
2. Ode To Billie Joe
3. Do It Again
4. While My Guitar Gently Weeps
5. Summer Breeze
6. Eyes Of Faith
7. Get Ready
8. A Whiter Shade Of Pale
9. I Can't Help It
10. The Guitar Man



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod