Recherche avancée       Liste groupes



      
POP BRITANNIQUE  |  SINGLE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Ce Single
 


1990 Sailing

ROCK AGAINST REPATRIATION - Sailing (1990)
Par MARCO STIVELL le 25 Juin 2019          Consultée 209 fois

Vers la fin de l'année 1989, Steve HACKETT (GENESIS) se consacre à un projet caritatif pour venir en aide aux "boat people", réfugiés ayant fui le gouvernement du Vietnam avec l'espoir de s'installer à Hong Kong. La ville-état était en effet vue comme un paradis par rapport à d'autres frontières fermées. Sur une période de 25 ans allant de 1975, fin de la guerre, à l'an 2000, cette année 1989 marque un tournant car des dizaines de milliers d'entre eux ont été rapatriés de force au Vietnam.

ROCK AGAINST REPATRIATION porte bien son nom et convie différentes vedettes des mondes pop et rock progressif britanniques sur une reprise de la chanson célèbre des SUTHERLAND BROTHERS, "Sailing", chantée par Rod STEWART déjà en 1975. Les organisateurs, HACKETT en particulier, se saignent comme ce genre d'initiatives le demande : il dit plus tard avoir tenté d'impliquer au maximum ses proches et son management. Hélas, si le single atteint péniblement la 89ème place dans les charts britanniques où il ne reste qu'une semaine, une sortie en Amérique du Nord n'aboutit guère, malgré la présence d'HACKETT sur de nombreux plateaux télé.

"Sailing", jolie ballade folk, avec un matériau textuel et mélodique limité, se prête tout à fait à l'exercice des "We Are the World" et cie. Le début, plein de mélancolie et d'influences maritimes, fait la part belle aux synthétiseurs de Nick Magnus (claviériste de Steve HACKETT de 1978 à cette période-là), plus discrets ensuite, tandis que Howard JONES, sommité de la synth-pop anglaise, entre en scène au piano. Le premier musicien qu'on aperçoit dans le clip (car il en existe un !) est John, frère de Steve HACKETT, censé joué de la flûte traversière ou ce qui semble être un modèle traditionnel asiatique en bambou.

Puis les vedettes défilent pour interpréter les couplets qui sont aussi les refrains : Bonnie TYLER, Paul CARRACK (SQUEEZE, ACE, MIKE & THE MECHANICS), Curt Smith (TEARS FOR FEARS), Mark King (LEVEL 42), Judie TZUKE (moment le plus agréable en passant, grâce à sa voix, aux guitares jumelles) et Steve Hogarth (MARILLION). Ensuite, le duo Brian MAY/Steve HACKETT prend la parole aux guitares, le second surtout qui se réserve tous les solos.

Parmi les musiciens présents, on entend clairement Pino Palladino et sa basse veloutée délicieuse. Aux guitares sont crédités l'ancien comparse de HACKETT à savoir Mike Rutherford (GENESIS, MIKE & THE MECHANICS), mais aussi Phil Manzanera (ROXY MUSIC) et Steve Rothery, sachant que comme lui, tous les membres de MARILLION officient également. Ian Mosley ne tient pas la batterie (Baker, on t'a entendu soupirer de soulagement !) mais les percussions, avec aussi Adam Woods (THE FIXX). C'est Simon Phillips (Mike OLDFIELD, plus tard TOTO) qui se fait remarquer avec sa frappe herculéenne et bavarde, crevant la réverbération dès le milieu de la chanson.

Autre partie très chouette après le solo de HACKETT : le choeur. Puis divers autres chanteurs se succèdent brièvement : Kevin Godley (GODLEY & CREME), FISH - vous avez bien lu, tout MARILLION version nouvelle et son ancien chanteur réunis sur un enregistrement studio ! -, Jim Diamond (du groupe Ph.D.)... Jusqu'à ce que le formidable Justin Hayward de MOODY BLUES s'illustre pour la lancée finale du refrain ad-lib, avec CARRACK, TYLER et les autres qui reviennent, ainsi que la très sympathique intervention d'une section de cornemuses. La version instrumentale, face B du single, propose une partie de guitare classique pour les parties chantées, ainsi que divers solos d'électrique et d'harmonica, HACKETT gérant le tout.

C'est toujours étonnant, avec le recul, d'observer la carrière du guitariste à l'époque. Le succès massif de G.T.R. en 1986 (aux côtés de Steve Howe) a relancé sa carrière. Il en est parti presque aussitôt pour retrouver la tranquillité, même si son album Momentum (1988), grande respiration acoustique, s'est fait bien connaître en Europe de l'Est. Là, d'un coup, il tente de revenir à quelque chose de plus grand que G.T.R., avant de calmer le jeu à nouveau et au son d'un échec encore plus cuisant ; que d'extrêmes !

Même si l'intention est louable, on sait ce que ce type d'effort représente et tous les amateurs de pop ou de prog n'ont pas forcément envie d'entendre Bonnie TYLER vociférer, au début et à la fin. Toutefois, l'ensemble, chanson comme instrumental, est à écouter et comporte des qualités, en termes de progression, d'arrangement. Il y a d'excellents chanteurs qui savent rester maître de leur puissance. Notons encore que Iain SUTHERLAND, interprète premier de "Sailing" que son frère Gavin avait composé en 1972, est de la partie.

En revanche, plusieurs instrumentistes sont "fondus" dans le mix et du côté des solos d'instruments, HACKETT garde peut-être trop souvent une couverture dont Manzanera, May et Rothery n'ont peut-être même pas voulu. Il reste cette identité britannique, par rapport aux USA et pas seulement grâce aux cornemuses ou à l'identité des artistes, une finesse palpable, une sensibilité musicale hors vocalistes, malgré un emballage très années 80.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


MIKE & THE MECHANICS
The Living Years (1988)
Un des meilleurs




Joe JACKSON
Night Music (1994)
Classique contemporain, his finest


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Steve Hackett (guitares, harmonica, direction musicale)
- Nick Magnus (claviers, programmations, arrangements)
- John Hackett (flûte)
- Brian May (guitare)
- Curt Smith (guitare, chant)
- Phil Manzanera, Mike Rutherford (guitare)
- Howard Jones (piano)
- Adam Woods (percussions)
- Simon Phillips (batterie)
- Pino Palladino (basse)
- Steve Rothery (guitare, choeurs)
- Pete Trewavas (basse, choeurs)
- Mark Kelly (claviers, choeurs)
- Ian Mosley (percussions, choeurs)
- Fish, Steve Hogarth (chant)
- Bonnie Tyler, Judie Tzuke (chant)
- Iain Sutherland, Paul Carrack (chant)
- Jim Diamond, Kevin Godley (chant)
- Justin Hayward, Mark King (chant)
- Paul Muggleton, Tom Conti (choeurs)
- London Chamber Orchestra (cordes)
- The Pride Of Murray (cornemuses, batteries écossaises)


1. Sailing
2. Sailing (version Instrumentale)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod