Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style + Membre : Radiohead

Thom YORKE - Spitting Feathers (2006)
Par CHIPSTOUILLE le 14 Février 2007          Consultée 3087 fois

Il était un petit Thom
Pirouette, cacahuète
Il était un petit Thom,
Qui a fait une drôle de chanson
Qui a fait une drôle de chanson.

Sa chanson est un carton,
Pirouette cacahuète
Sa chanson est un carton
Mais son EP est tout raté
Mais son EP est tout raté

Fidèle à la tradition de son groupe d’origine RADIOHEAD, Thom Yorke s’en est allé disséminer toutes ses faces B entre les singles issus de son album The Eraser et un EP prévu pour le marché japonais qui nous intéresse ici. Cordiale offrande que ce nouveau disque, on y trouve pas moins de 5 titres, dont "Harrowdown Hill" déjà présent sur l’album mais ici dans une version un peu diluée (difficilement répétitive), le titre étant également sorti au format single entre-temps.

A l’image des derniers disques-bonus de son groupe d’origine, on constate rapidement qu’un méticuleux travail de sélection avait été opéré pour donner sa couleur à l’album. L’EP y ressemble donc, un peu, c’est vrai, mais le propos est ici plus difficile à discerner. Défaut récurrent dans ce type de produits, l’unité n’est pas un point fort du disque. Pire encore, sur l’ensemble des titres, on s’égare. Pour une si courte aventure musicale, le constat est édifiant.

Mais il y a la fameuse drôle de chanson, le fameux carton. "Iluvia" est un trésor de trouvailles bruitées à la bouche, non pas pour des raisons budgétaires (et Thom Yorke fait bien le chat, lui aussi) mais pour un rendu artistique assez savoureux. Déjanté est cet oratoire, un peu funeste, une salade de fruits malades, avec des lambeaux de chant, un amalgame de notes et du coulis de folie. L’EP vaut au moins le coup pour cette orgie chantée. "Jetstream" de son côté, trompe-l’oreille supposément rapide, noie un fond sonore appréciable sous une tonne de bruits malheureusement tapageurs, répétitifs et inutiles, dommage.

"Harrowdown Hill" étant déjà présente sur l’album, le reste donc, est plus capricieux. Notons cependant les petites notes fluides d’ "A rat’s nest", délicate intention de la part de l’auteur de vouloir renouer avec des mélodies. L’album était un peu morose, l’EP n’est pas réellement plus entraînant. On regrette vite l’absence dans ces nouveaux titres du piano mélancolique d’ "Analyse" ou bien encore de la basse groovy de "Black swan" qui donnaient à l’album un certain cachet, une presque couleur. L’ensemble est ici glacial, bruitiste et nihiliste. Il y aura bien sûr toujours des fans de RADIOHEAD pour crier au génie, pour dire que Thom Yorke est simplement en avance sur son temps d’une bonne décennie.

Espérons seulement qu’en 2016 le paysage musical soit un peu plus égayé et entraînant que sur cet EP.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par CHIPSTOUILLE :


ASTRAL PROJECTION
The Astral Files (1996)
Exceptionnel mais générique, tout un paradoxe




HALLUCINOGEN
Twisted (1995)
L'album ultime de trance


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Thom Yorke (tout?)


1. The Drunkk Machine
2. A Rat's Nest
3. Jetstream
4. Harrowdown Hill (extended Mx)
5. Iluvya
6. Harrowdown Hill Video



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod