Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD-BOP AFRICANO-LATINO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Art BLAKEY & THE JAZZ MESSENGE - Drum Suite (1957)
Par DERWIJES le 20 Janvier 2020          Consultée 147 fois

John BONHAM ? Un rigolo ! Keith MOON ? Un amateur ! Le meilleur batteur de tous les temps, c’est Art BLAKEY et c’est tout. Art Blakey est l’équivalent humain de Animal des Muppets (pour les incultes, cf l’avatar de A.T.N. sur le site), vous lui donnez une liste de morceaux et il se met à tabasser ses fûts.

Alors, quand on achète un disque des JAZZ MESSENGERS, on s’attend à ce que ça tape dur, et à ce petit jeu-là ils ont un album qui tape particulièrement fort : Drum Suite. Enregistré en 1956 et sorti en 1957, il est trompeur. Seule la face A du vinyle, les trois premiers morceaux, constituent cette fameuse Drum Suite. Les morceaux de la face B sont eux tirés d’une session précédente, la première des Jazz Messengers pour Columbia, qui les a placés ici pour faire du remplissage. Produit par George AVAKIAN au CBS 30th Street, il paraît alors que la mode de la musique cubaine continue de battre son plein aux Etats-Unis.
Si les Américains se sont pris d’engouement pour la musique cubaine à la fin des années 40, c’est dans les années 50 qu’apparaissent le métissage des deux cultures, en particulier grâce aux musiciens afro-américains qui retrouvaient dans les rythmes latins des références aux rythmes africains. Mélange de musiques latine, africaine et de hard-bop, le jazz du moment n’a pas duré très longtemps mais a marqué les esprits, préfigurant le mouvement Afro-Beat qui apparaîtra presque vingt ans plus et sera popularisé par Fela KUTI.

Mais retournons plutôt à nos messagers. Il y a du beau monde ici, en particulier sur la face B : Donald BYRD à la trompette, Jackie McLEAN au saxophone, Oscar PETTIFORD à la basse. La face A compte moins de musiciens, mais ceux présents sont là pour apporter la saveur exotique dégagée par la pochette du disque. Charles WRIGHT au tibani et gong, Candico CAMERO et Sabu MARTINEZ aux bongos. Maintenant que vous savez ce qui vous attend, allez donc m’écouter ces trois premiers morceaux avant de revenir lire la suite de la chronique !
Pas mal, hein ? Admettez-le, vous aussi vous ne les avez pas vus passer, ces vingt minutes de presque solo de batterie. C’est pour ça que je vous dis qu’il est fort, le Art. Il vous met un peu de piano et des bongos en déco pour vous faire joli, et hop, il se lance. Je vais sauter à pieds joints dans le cliché mais c’est de la musique sur laquelle il faut se laisser porter. Laisser tomber l’analyse, c’est juste un gars qui tape sur des beaux de bête, et c’est là toute la beauté de la chose.
La face B n’est pas à oublier non plus. On quitte le côté presque voodoo de la face A pour revenir au hard-bop, c’est moins original mais ce sont des morceaux qui vont à l’essentiel, le rythme, et personne ne s’en plaindra.

Drum Suite propose le jazz tel que je l’aime : technique, mais abordable. Vous pouvez aussi bien l’écouter attentivement ou en en décortiquant chaque passage. Calez-vous confortablement et profitez de la musique. Il a été pour moi une de mes premières portes d’entrée dans le jazz, juste après le Moanin’ de ce même Art Blakey : cher à mon cœur et à mes oreilles. Ce serait un euphémisme de dire que je vous le recommande chaudement.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Miles DAVIS
Miles: The New Miles Davis Quintet (1956)
La rencontre de tous les possibles




Miles DAVIS
Get Up With It (1974)
Après le déluge


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



Non disponible


1. The Sacrifice
2. Cubano Chant
3. Oscalypso
4. Nica's Tempo
5. D's Dilemma
6. Just For Marty



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod