Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1985 Together
 

- Style + Membre : Emily Remler

CORYELL & REMLER - Together (1985)
Par ERWIN le 5 Février 2020          Consultée 398 fois

Cet album est le fruit de la rencontre entre deux monstres sacrés de la guitare. Je vous l'accorde, il y en a pléthore certes, mais pas de ce genre. A gauche, voici Larry CORYELL, 43 ans, le parrain du jazz Fusion, exceptionnel guitariste initiateur du trio avec le flamenquiste Paco DE LUCIA et le touche à tout génial qu'est John MCLAUGHIN, avant d'être viré pour cause de consommation excessive de produits hautement prohibés, séducteur impénitent et personnalité haute en couleur. A ma droite, Emily REMLER, 28 ans, jeune prodige de la six cordes à peine sortie de l'anonymat, fraîchement divorcé et en pleine surconsommation de drogue dure – héroïne, on fait pas les choses à moitié ! Vous imaginez comme une histoire entre ces deux-là a dû tourner ! Dieu merci, il ne nous reste que le témoignage discographique de cette très courte période mêlant musique et amour.

Dans la carrière immense de Larry, cet épisode n'a finalement rien d'exceptionnel: il a connu moult collaborations avec les plus grands. Pour Emily en revanche, cet épisode revêt forcément une signification particulière, c'est l'adoubement ultime de la part d'un des géants de son art. Le sommet et la reconnaissance sont là, doublés - sans doute – d'un sentiment de filiation et d'amour. Et c'est donc un album uniquement axé sur les guitares que vous tenez entre les mains. Emily joue la rythmique et Larry les solos, puis inversement sans qu'il ne semble y avoir la moindre domination d'un côté comme de l'autre. De ce strict point de vue, c'est un ovni pour Emily REMLER. Ce "Ensemble" est annonciateur de bien des choses.

Commençons par le plus classique, cette version incroyable de "How Insensitive", "Insensatez" telle que Vinicius DE MORAES l'avait écrite pour la musique de son ami et compatriote Tom JOBIM. Emily ayant accompagné Astrud GILBERTO pendant plusieurs années, il était logique de retrouver un standard de Bossa sur cet album. Que vous dire ? C'est beau, ça coule tout seul et l'entente semble parfaite entre les deux guitaristes. L'échange se déroule comme s'il n'avait jamais pratiqué différemment. Larry n'en fait pas trop et laisse sa compatriote briller, Emily y est égale à elle même, précise et claire.

On est bien sur fusion en diable avec les deux compositions apportées par Larry CORYELL. Voyez plutôt la splendide introduction de "Six Beats, Six Strings", c'est d'une modernité à toute épreuve ! Le style inimitable du guitariste y est bien sûr à l'honneur, seuls MCLAUGHIN et peut-être METHENY et DI MEOLA peuvent lui être comparés, ses farouches phrasés ponctués de bend violents sont toujours stupéfiants plus de 30 ans plus tard. Quelle attaque ! On y sent une Emily plus attentiste et en admiration devant son mentor. "Arubian Nights" introduit l'album, et comme son nom l'indique, est plus exotique avec quelques éléments mainstream. Une vraie petite merveille, et cette fois, Emily n'est pas en reste et impose sa fibre féminine avec beaucoup d'allant et de verve.

C'est en revanche une Emily très volontaire qui s'impose logiquement sur le standard de Clifford BROWN "Joy Springs" - le surnom de son épouse, tiens tiens - où nous revenons tranquillement sur ses terres Hard Bop. On appréciera la ligne de basse jouée par Larry sans sourciller, qui permet à Emily de briller de mille feux. La belle mélodie de "How My Heart Sings", composée par Earl ZINDARS, touche par la simplicité de ses lignes fluides et presque pop – c'est une valse à la base. Les deux guitaristes lui imposent un traitement abrupt à base de duels de guitare et ce morceau de 62 sonne du coup très moderne.

La supra smooth "Ill Wind" ravive les heures de gloire du Cotton Club dans les années 30 – Ou les souvenirs, si jamais vous avez vu le Film de Coppola. Ce titre est d'une coolitude absolue, les licks de gratte y sont dantesques, nous voudrions tous être capables de jouer ainsi. On a l'impression que Larry s'envole sur la première intervention, Mais Emily le rejoint tout en ne se départissant pas une seconde de son cool. C'est beau, les bridges s'enchaînent comme si la simplicité était de mise, et le résultat est superbe !

Enfin, le thème ultra repris de "Gerri's Blues" crée par Pat MARTINO trouve une nouvelle heure de grâce avec cette version qui ressemble pas mal à une jam entre les deux guitaristes. On se bat avec des solos aériens et des rythmiques acérées. On les échange et on se retrouve chaque fois comme si le soleil avait rendez-vous avec la lune, c'est fort ! Tous les guitaristes vous le diront, il n'y a rien de plus difficile que de jouer en cohésion, et de sentir le "moment juste". Là, il n'y a pas le moindre doute, Larry et Emily sont à l'unisson et ça donne carrément la chair de poule.

Que voulez-vous que je vous dise ? Si vous êtes guitariste, cet album est taillé pour vous. Si vous êtes jazzman, vous allez adorer. Si vous aimez la musique, vous devez essayer de l'écouter ne serait-ce que pour la rencontre improbable et unique qui l'engendra. Cet album est évidemment le seul de son genre, Emily REMLER nous a quittés depuis bien longtemps, victime de ses addictions, Larry l'a rejoint il y a quelques années et n'a jamais eu que des mots gentils pour elle après cet "aparté" dans leurs vies respectives. J'ai plaisir à les imaginer jammant toute la journée quelque part là-haut. Il nous reste ce Together, improbable instantané d'un petit miracle.

A lire aussi en JAZZ par ERWIN :


Melody GARDOT
Currency Of Man (2015)
Mélodies pour Melody




Allan HOLDSWORTH
Atavachron (1986)
Guitare et math


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Larry Coryell (guitare)
- Emily Remler (guitare)


1. Arubian Nights
2. Joy Springs
3. Ill Wind
4. How My Heart Sings
5. Six Beats Six Strings
6. Gerri's Blues
7. How Insentive



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod