Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK-POP  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2020 Diamonds
 

2010 Pins And Needles

The BIRTHDAY MASSACRE - Diamonds (2020)
Par RICHARD le 5 Mai 2020          Consultée 342 fois

La notion de plaisir coupable en musique, ceci vous dit forcément quelque chose. Mais si, vous voyez bien. Cette petite honte savoureuse qui vous tenaille chaque fois que vous écoutez ce morceau et la surprise non feinte et la joie qui vous transportent lorsque vous apprenez que des gens bien sous tous rapports l'apprécient aussi. Voici le sentiment que la plupart des fans de la sphère sombre ont envers les Canadiens. C'est l'épouvantail des ténèbres qu'on déteste à haute voix et qu'on aime secrètement parce que THE BIRTHDAY MASSACRE le mérite quand même un peu. Le groupe n'a cependant pas beaucoup d’hagiographes. Inintéressant, putassier, univers sans saveur pour adulescents attardés, il est habillé chaudement pour l'hiver, voire pour les trois saisons restantes. C'est juste dommage car le plus souvent, l'univers exposé par l'irrésistible Chibi et ses compères est loin d'être sans saveur. Moi, j'y suis sensible depuis 2004 car la notion de plaisir prévaut souvent, tout simplement, et sans gêne aucune. Le plaisir est intact et ce même encore à la découverte du huitième album des Torontois. Que le temps passe vite quand même !

Cela peut vous surprendra peut-être, mais écouter cette nouvelle livraison, c'est quasiment écouter les sept précédentes galettes*. L'univers créé par THE BIRTHDAY MASSACRE est à l'évidence sa force et sa faiblesse. En effet, cette identité marquée (look, artwork) et ce cocktail d'ambiances à la fois tourmentées et colorées leur sont à ce point propres que les Canadiens ont toujours du mal à s'en dépêtrer. Si vous tombez sous le charme de Diamonds, vous ne serez pas déçus par le reste de leur discographie. Si cette galette ne brille d'aucun feu pour vous… le reste vous semblera définitivement terne. A l'image de son pays, le groupe a toujours aimé jouer sur les contrastes. Évidemment, ce n'est pas toujours nécessairement fin, mais c'est un fait :THE BIRTHDAY MASSACRE a une patte unique.

Ainsi cet artwork qui mélange depuis 1999 références à l'enfance et à la mort. Ces couleurs vives que d'autres dénommeront flashy, voire kitsch, sont comme autant de contrepoids aux thèmes abordés. On se retrouve littéralement catapulté dans un monde à la Tim BURTON où la petite Alice rencontrerait des freaks en tout genre, timides maladifs, incompris pour toujours, derniers de la classe au grand cœur. Il en va de même pour la musique. Sous un habile enrobage synthpop qui ne craint pas l’excès de glucose et de pomme d'amour (cœur sur la main), des riffs lourds de guitares bien sentis se rappellent à nous. L'ingénue et talentueuse Chibi emporte le tout avec sa voix douce qui nous amène tranquillement dans sa petite foire aux bonheurs.

Diamonds suit donc à la lettre le cahier des charges que le groupe s'est lui-même imposé. Comme à son habitude, il ouvre son album par un titre catchy ("Enter") et dansant avec lequel toute résistance s'avère normalement vaine tant sa mélodie est entêtante, voire addictive. Synthés énormes saupoudrés de guitares lourdes et Chibi qui enrobe le tout de sa voix angélique. Du BIRTHDAY 100% MASSACRE. Une galette sans titre de fin au tempo ralenti ne serait pas non plus une galette digne de ce nom. "Parallel World" ne déroge heureusement pas à la règle, même si des sonorités metal un poil inattendues pointent le bout de leur nez. Rêves ou cauchemars, douceur enfantine ou retour à la réalité adulte, les Canadiens alternent toujours avec savoir-faire ces ambiances ambivalentes.

Et au milieu continue de couler une rivière, pas toujours enchantée, un peu tourmentée, de celles qui confortent encore un peu plus la formule gagnante. Les Canadiens avec métier développent donc leurs sombres berceuses qui à l'image de "The Sky Will Turn" ou de "The Last Goodbye" sentent bon l'electro des années 80. Ces comptines enrobées de nappes de synthés atmosphériques se gorgent comme souvent d'une mélancolie qui n'ose pas dire son nom. En effet, sous ses atours bariolés, la nostalgie de l'enfance n'est jamais loin. L'univers du groupe est dès lors encore plus accueillant et réconfortant. Chibi y est pour beaucoup. A l'aise dans tous les registres, elle accompagne avec la même aisance aussi bien les ambiances gothiques du tranchant "Flashback" que le légèrement indus "Mirrors". Le terrain sonore est connu mais demeure attachant.

En 1999, THE BIRTHDAY MASSACRE effectuait une reprise du hit définitif de LIMAHL "The NeverEnding Story". C'est exactement ça la relation entretenue par les Canadiens avec son public. Une histoire sans fin où les fans apprécient à chaque fois un univers sans réelle surprise mais bien ficelé et vers lequel on revient avec plaisir, sans aucune trace de plaisir coupable. A l'image de ce Diamond.


* Les meilleurs albums à ce jour restent sans conteste Violet (2004) et Walking With Strangers (2007).

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


The CURE
Concert The Cure Live (1984)
Un live sombre, puissant et dynamique




The CURE
Faith (1981)
Cold wave sépulcrale.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Chibi (chant)
- Rainbow (guitare,programmations)
- M.falcore (guitare)
- Nate Manor (basse)
- Rhim (batterie)
- Owen (claviers)


1. Enter
2. The Sky Will Turn
3. Diamonds
4. Run
5. Flashback
6. The Last Goodbye
7. Crush
8. Mirrors
9. Parallel World



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod