Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-PUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The WILD FLOWERS - The Joy Of It All (1984)
Par RICHARD le 21 Juillet 2020          Consultée 137 fois

Les découvertes musicales s'apparentent parfois à un long travail de généalogiste. En effet, en Jean-Louis BEAUCARNOT pop et bien épaulé par son fidèle ami Alain TERNETTE, le passionné pourra partir des racines d'un mouvement pour arriver au gré de sa persévérance ou de ses humeurs à ses branches les plus éloignées. C'est bien ici le cas qui est rencontré avec cet obscur quintet originaire de Wolverhampton. A travers ce premier album sorti en 1984, les Anglais font assurément partie de ce phénomène qui veut que des centaines de groupes grâce au hasard et à la technologie actuelle connaissent ce salvateur regain d’intérêt. Ils s'inscrivent pleinement dans cette touffue forêt post-punk où souffle le plus souvent un vent agité de pop froide.

Lorsqu'une galette se termine, il est parfois bien difficile de ne pas prendre en compte toutes les influences supposées ou réelles qui l'irriguent. The Joy Of It All ne fait pas exception, loin de là. Cette situation est à double tranchant. Les évoquer, c'est à la fois réducteur car on diminue un peu son identité propre et en même temps bénéfique car il faut souvent une boussole pour (se) rassurer. On fait donc les comptes. Les WILD FLOWERS rappelleront sans conteste les premiers efforts d' ECHO AND THE BUNNYMEN,U2 et surtout les CHAMELEONS pour ce lyrisme qui semble parfois désincarné, dénué paradoxalement de toute passion. Ecouter The Joy Of It All,c'est tout simplement plonger dans le grand bain à remous des années 80. C'est celui des guitares tournoyantes, des claviers mélancoliques et des amours douloureuses. Mettez votre maillot et vos palmes ! C'est parti !

Les Anglais pour débuter font plutôt bien les choses et nous offrent une belle carte de visite. Les hostilités s'ouvrent donc sur l'excellent "Melt Like Ice". L'accroche est instantanée. C'est une petite perle glacée qui se distingue par sa guitare rythmique bien mise en avant et ce pont aux effluves psychédéliques particulièrement réussi. Suffisant pour sortir de la mêlée de l'époque ? Même pas. Le quintet se donne pourtant du mal. L'élève est appliqué mais l'envol et l'adhésion pleine et entière se font attendre. Comme tout album post-punk qui se respecte, ce sont les guitares qui se taillent la part du lion. Elles permettent aux introductions le plus souvent d'être bien amenées. Du lyrisme ainsi inondant de "Beggar Man" à l'évidence tranchante de "Things Have Changed" les Wulfrunians ne sont pas des manchots sur ces titres. Mais il manque malheureusement un je ne sais quoi qui ferait la différence. L'anonymat sera le statut définitif acquis par les WILD FLOWERS.

Pour être honnête, il faut également dire que si les intentions sont là, elles n'empêchent pas néanmoins le groupe de faire du CANDELORO. Il patine parfois. Il en va ainsi des incongrus claviers-cuivres qui ponctuent le refrain du titre éponyme. S'ils se veulent originaux, ils ne sont en définitive que stressants et viennent gâcher le côté énergique de la chose. C'est cette sensation mi-figue mi-raisin qui plane en définitive tout le long de l'écoute. La structure ainsi classiquement post-punk et efficace de "After All These Years" n'arrive malheureusement pas à émouvoir car la voix de Neal Cook sonne dans son emphase comme les pires montées vocales de BONO. C'est un album qui en définitive se cherche. C'est normal, c'est le premier des Anglais, mais l'ennui gagne. Que penser sans les plomber des insignifiants "Bamboo" ou "Hold The Torch" ? Ils ne sont qu'une pâle copie des groupes cité ci-dessus et font office que de remplissage.

The Joy Of It All s'il contient quelques titres dignes d’intérêt ne tient pas à l'évidence sur la longueur. Il reste cependant pour le curieux un exemple de ce que la musique indépendante anglaise pouvait proposer au début des années 80.

Note réelle : 2,5/5

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


FRENCH POLICE
Haunted Castle (2020)
Superbes vagues froides de Chicago !




The ORGAN
Grab That Gun (2005)
Les Smiths au féminin ?


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Neal Cook (chant)
- Dave Newton (guitare)
- Dave Atherton (guitare,claviers)
- Pete Waldron (basse)
- Dave Fisher (batterie)


1. Melt Like Ice
2. Beggar Man
3. The Promised Land
4. After All These Years
5. Dark Times
6. The Joy Of It All
7. Bamboo
8. Hold The Torch
9. Things Have Changed
10. From The Sky



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod