Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : The Ramones , Television

Richard HELL & THE VOIDOIDS - Blank Generation (1977)
Par BAYOU le 3 Novembre 2013          Consultée 1255 fois

Contrairement aux idées reçus, les Sex Pistols n’ont pas inventé le punk, ils n’ont été qu’une pâle copie anglaise sous le management rusé de Malcom Mac Laren.
A New York entre le CBGB’s et le Max Kansas City Club, avec Tom Verlaine, dans les Neon Boys puis Television devant un auditoire où Lou Reed avait sa petite cour et Patti Smith ses entrées (elle et Tom Verlaine seront amants et écriront un poème magnifique The Night), les deux jeunes gens poseront les bases du punk.
Hell sera le premier à utiliser les épingles à nourrice pour ses vêtements, et à aborder une coupe « hérissée » inspirant fortement Mc Laren.

La scène new-yorkaise est plus intellectuelle, plus conceptuelle, et les envolées lyriques de Television et de la guitare de Verlaine, assez éloignées de la musique punk de base des Ramones par exemple, poussent Hell, bassiste autodidacte, à quitter le groupe, puis après une expérience rapide avec Johnny Thunders et ses Heartbreakers, à se mettre à son compte.
Il embauche Robert Quine, pas vraiment un perdreau de l’année, 35 ans en 1977, donc un quasi dinosaure selon les codes de l’époque, et le groupe qui se nomme les Voidoids est complété par Ivan Julian à la guitare et Marc Bell à la batterie.
Ce petit monde sort un album Blank Generation qui fera date.

Le refrain du morceau éponyme est le parfait reflet d’une époque : “I belong to the blank generation/And I can take it or leave it each time/I belong to the generation/But I can take it or leave it each time” (J'appartiens à la génération du néant/Et je peux prendre ou laisser à chaque fois/J'appartiens à la génération/Mais je peux prendre ou à laisser à chaque fois.
Si on écoute Pretty Vacant des Pistols, on y trouvera quelques réminiscences.
Blank Generation est le titre-manifeste du groupe, posant les jalons d’un monde à (ré)inventer en partant de rien. Mais d’autres titres sont excellents comme « Love Come In Spurts » qui ouvre le LP, ou « Down at the Rock & Roll Club », plus surprenant une cover de Creedence «Walking on the Water » plutôt incongrue dans l’univers Hellien mais qui s’intègre parfaitement à l’ensemble.
Le disque est un brûlot punk pur et dur qui se consume très vite, aussi vite que le groupe qui sortira vite des écrans radar malgré un second album « Destiny Street » en 1982 que tout le monde a oublié.

Mark Bell rejoindra les Ramones sous le nom de Marty Ramone, Ivan Julian jouera dans quelques groupes obscurs et participera à Sandinasta de Clash, Robert Quine sera première gâchette chez Lou Reed entre 1982 et 1984, Richard Hell retournera en enfer (oui elle est facile).
Mais Blank Generation est le manifeste punk le plus abouti, le mieux écrit, le plus urgent de cette musique !

A lire aussi en PUNK-ROCK :


The REAL MCKENZIES
Rats In The Burlap (2015)
A la droite du père, en kilt




FLOGGING MOLLY
Swagger (2000)
A la droite des Pogues

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



- Richard Hell (chant, basse)
- Robert Quine (guitare)
- Ivan Julian (guitare)
- Mark Bell (batterie)


1. Love Comes In Spurts
2. Liars Beware
3. New Pleasure
4. Betrayal Takes Two
5. Down At The Rock And Roll Club
6. Who Says?
7. Blank Generation
8. Walking On The Water
9. The Plan
10. Another World
11. I'm Your Man
12. All The Way



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod