Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  COMPILATION

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Mark Knopfler
- Style + Membre : John Illsley

DIRE STRAITS - Money For Nothing (1988)
Par SASKATCHEWAN le 18 Janvier 2008          Consultée 7929 fois

Réunion de crise au siège social de la World Company : Dire Straits, leur plus bel étalon, vient de les lâcher.

« Nom de Dieu Patterson, notre meilleure vente des années 80, envolée, foutue cramée, saleté d’artistes, on va finir par délocaliser en Chine, ça leur fera les pieds. »

Je n’ai rien de l’éminent Mr. Patterson (personnage strictement fictif, vous l’aurez compris), mais je peux quand même tenter de démêler ce sac de nœuds. Après un Brother In Arms au succès phénoménal et une tournée tout aussi réussie, tout le monde en a marre de Dire Straits, même les gars de Dire Straits eux-mêmes. Alors, comme toujours dans ce cas là, on grogne un peu, on erre en studio au cas où et on finit par claquer la porte définitivement, enfin, jusqu’à la prochaine reformation. Dans ce genre de situations, la maison de disque trouve toujours la parade pour tirer un peu plus sur la corde : le best of.

« Ca y’est Jimmy, j’ai une idée ! On va faire un best of, avec du live, du rare, du tube en veux-tu en voilà, ces pigeons vont se ruer dessus ! »

Bien sûr. Mais faire un best of, est-ce vraiment si simple ? Oui, complètement, prenez un peu de chaque album, agrémentez de quelques versions soi-disant inédites (l’avant dernière prise studio fera l’affaire) et de quelques faces B, pour le collectionneur. On a donc logiquement le droit à deux titres du premier album éponyme, un seul de l’Extended Dance EP, deux de Making Movies, deux de Communiqué, deux de Love Over Gold et trois de Brother In Arms. A noter que Portobello Belle de Communiqué est dans une version Live prévue à l’origine sur le double album Alchemy et que Telegraph Road de Love Over Gold est dans une version Live un peu différente de celle présente sur Alchemy.

L’excellente surprise, c’est la présence de Twisting By The Pool de l’Extended Dance EP, un titre entre rockabilly et country, très dansant, assez différent de ce qu’a produit le groupe sur ses albums studios. Parce que les maisons de disques savent aussi se montrer généreuses, Telegraph Road a été laissé tel quel dans sa version de douze minutes : miam miam ! Money For Nothing et Brother In Arms n’ont pas eu cette chance et sont présentés dans leur version single, de même Where Do You Think You’re Going et Private Investigations ont subi quelques coups de machettes assassins, ce qui est fort dommageable à la qualité de ces deux titres. Portobello Belle est une bonne surprise dans sa version Live, du coup j’ai du mal à comprendre son absence sur Alchemy. Le reste, ce sont les singles à succès de Dire Straits : Sultan Of Swing, Tunnel Of love, Romeo And Juliet, Walk Of life, rien de très surprenant donc. La présence de Down The Water Line du premier album est assez inattendue, mais pourquoi pas après tout. On peut regretter l’absence d’Expresso Love ou de Love Over Gold, mais il n’y a là rien de vraiment scandaleux.

« Paterson ! Va porter la maquette à ces crétins de la Com’, il faut que ce truc sorte avant Thanksgiving si on veut avoir une chance de l’écouler en masse. »

Money For Nothing est donc un best of qui résume assez bien les différentes périodes du groupe, avec quelques bonnes surprises. Sorti fin 1988, il aurait pu être le testament de Dire Straits, et on aurait alors tous versé notre petite larme sur sa pochette assez réussie (oui, tous, même toi le fan de Cannibal Corpse). Oups, trois ans plus tard le groupe se reforme pour un ultime album, On Every Street, laissant un goût amer pour une fin de carrière.

« Pauvre Jimmy, t’as encore rien pigé, un album de plus, c’est l’occasion de fourguer un best of de plus, va me chercher la Dir’ Com, le prochain on l’appellera Sultan Of Swing pour faire « retour aux sources ». »

A lire aussi en ROCK par SASKATCHEWAN :


GHINZU
Blow (2004)
Ghinzu revient avec la frite




The CRANBERRIES
No Need To Argue (1994)
Pop-rock mélancolique de bonne facture

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
   MARCO STIVELL
   MASTCARD

 
   (3 chroniques)



- Mark Knopfler (chant, guitare)
- Terry Williams (batterie)
- John Illsley (basse)
- Alan Clark (claviers)
- Guy Fletcher (claviers)
- Jack Sonni (guitare)


1. Sultans Of Swing
2. Down To The Waterline
3. Portobello Belle
4. Twisting By The Pool (remix)
5. Tunnel Of Love
6. Romeo And Juliet
7. Where Do You Think You're Going (remix)
8. Walk Of Life
9. Private Investigations
10. Telegraph Road (remix)
11. Money For Nothing
12. Brother In Arms



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod