Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The J. Geils Band , The J. Geils Band , Them
- Membre : Mick Jagger , The Pretty Things , Superheavy, Ron Wood , Sugar Blue, Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : New Barbarians, Keith Richards
 

 Site Officiel (2113)

The ROLLING STONES - The London Years (singles Collection) (1989)
Par SASKATCHEWAN le 4 Novembre 2011          Consultée 4947 fois

On a tous dans notre entourage un fan insupportable. Le genre d’obscurantistes haineux qui ne jurent que par leur groupe fétiche et qui vous recommande leurs œuvres préférées avec l’air du curé qui vous baptise. Quand vous lui demandez une compilation, l’animal renâcle et finit par vous donner les références d’un coffret ultra-complet, avec trois disques, des morceaux rares et les mensurations exactes de la femme du leader à la dernière page du livret. Et comme je suis moi-même un pur fan insupportable des ROLLING STONES, je ne manquerai d’affirmer : « London Years : Singles Collection ? Le meilleur best-of pour découvrir les STONES… et je m’y connais ! ».

Mais si, vous allez voir. Rien que la période abordée, c’est du tout bon. Tous les singles enregistrés par les ROLLING STONES entre 1963 et 1969 sont présents sur cette compilation, accompagnés de leur face B. Donc on a à la fois les morceaux que tout le monde connaît et les perles oubliées de la période faste du groupe britannique. Ou comment ménager la chèvre et le chou. Et ce n’est pas tout. Comme les singles des STONES ne se retrouvaient pas systématiquement sur les albums (surtout les versions anglaises), ce coffret fait œuvre d’utilité publique en les rassemblant tous sur trois petits CD de rien du tout. Par exemple les possesseurs d’Aftermath version britannique auront le bonheur de retrouver « Paint it Black ». Et bien sûr, on profite du légendaire « Jumpin’ Jack Flash », jamais sorti sur album. Dommage que ce titre porté par un riff sauvage signé Bill WYMAN n’ait pas trouvé le chemin du troisième CD ; il avait bien plus sa place aux côtés des singles de la seconde période blues-rock, dont il donne le coup d’envoi en 1968.

Puisqu’on parle de la seconde, parlons également de la première. The London Years a le mérité de démêler l’embrouillamini du début de carrière des STONES. Le premier CD est entièrement réservé aux singles pré-Aftermath, éditions anglaises comme américaines, ce qui simplifie nettement les choses. Logiquement, la compilation s’ouvre sur « Come On », le premier single des ROLLING STONES, une reprise de Chuck BERRY qui n’a rien perdu de son énergie un demi-siècle plus tard. Ensuite, on va de découvertes en découvertes : le bouillant « I Just Want to Make Love to You », la plaintive « Heart of Stone », la prophétique « Play with Fire », etc. Le seul bémol dans tout ça, c’est l’équilibre entre les différentes productions, assez précaire. Les morceaux s’enchaînent plutôt bien, mais le son crachote pas mal sur certains.

Le problème de la production est complètement réglé à partir des singles d’Aftermath, qui introduisent le deuxième CD. Certains morceaux se payent même le luxe d’un meilleur rendu en single (« Paint it Black », « 19th Nervous Breakdown »). Ici, rien que du très connu, à part l’enchaînement « We Love You » / « Dandelion ». De fait, les deux derniers CD s’adressent surtout à celui qui souhaite posséder une liste quasi-exhaustive des titres marquants de cette période. Le troisième en particulier, avec son cocktail Beggars Banquet/Let it Bleed/Sticky Fingers, a de quoi faire des heureux. On découvre quand même avec horreur qu’à l’époque, ni « Stray Cat Blues » ni « Monkey Man » ne sont sortis en single. Enfin bon, on ne va pas blâmer l’éditeur de 1989 pour une erreur de 1968.

L’impression de suivre l’évolution du son stonien pas à pas justifie à lui seul l’acquisition de ce trio de disques. La longueur de la chose peut être assez dure à encaisser (ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dis !), mais à part un chroniqueur en goguette, je vois mal qui pourrait aller s’amuser à ce genre de petits jeux pervers. On ne découvre pas les STONES en un jour ; ce coffret s’adresse avant tout aux gens patients et appliqués, pas aux zouaves qui s’enfilent une discographie en deux jours pour briller en société. Le fan insupportable a parlé.

A lire aussi en ROCK par SASKATCHEWAN :


GHINZU
Blow (2004)
Ghinzu revient avec la frite




AUKTYON
Na Solntse (2016)
Un rock déglingué à découvrir.


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Mick Jagger (chant, harmonica, percussions)
- Keith Richard (guitare, claviers, chant)
- Brian Jones (guitare, chant, ....)
- Bill Wyman (basse)
- Charlie Watts (batterie, percussions)
- Ian Stewart (piano, orgue)
- Mick Taylor (guitare)


1. Come On
2. I Want To Be Loved
3. I Wanna Be Your Man
4. Stoned
5. Not Fade Away
6. Little By Little
7. It's All Over Now
8. Good Times, Bad Times
9. Tell Me
10. I Just Want To Make Love To You
11. Time Is On My Side
12. Congratulations
13. Little Red Rooster
14. Off The Hook
15. Heart Of Stone
16. What A Shame
17. The Last Time
18. Play With Fire
19. (i Can't Get No) Satisfaction
20. The Under Assistant West Coast Promotion
21. The Spider And The Fly
22. Get Off Of My Cloud
23. I'm Free
24. The Singer Not The Song
25. As Tears Go By

1. Gotta Get Away
2. 19th Nervous Breakdown
3. Sad Day
4. Paint It Black
5. Stupid Girl
6. Long, Long While
7. Mother's Little Helper
8. Lady Jane
9. Have You Seen Your Mother, Baby Standing
10. Who's Driving Your Plane?
11. Let's Spend The Night Together
12. Ruby Tuesday
13. We Love You
14. Dandelion
15. She's A Rainbow
16. 2000 Light Years From Home
17. In Another Land
18. The Lantern
19. Jumpin' Jack Flash
20. Child Of The Moon

1. Street Fighting Man
2. No Expectations
3. Surprise, Surprise
4. Honky Tonk Women
5. You Can't Always Get What You Want
6. Memo From Turner
7. Brown Sugar
8. Wild Horses
9. I Don't Know Why
10. Try A Little Harder
11. Out Of Time
12. Jiving Sister Fanny
13. Sympathy For The Devil



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod