Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION / FUNK / CLASSIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Miles Davis , Frank Zappa
- Style + Membre : John Mclaughlin

The MAHAVISHNU ORCHESTRA - Visions Of The Emerald Beyond (1975)
Par ONCLE VIANDE le 12 Février 2008          Consultée 3715 fois

Les deux premiers disques du Mahavishnu Orchestra ont un peu occulté la suite de sa carrière. Le groupe a pris en 1974 un virage que beaucoup ont assimilé à une démission. John McLaughlin a simplement changé d’objectifs, et l'intensité a laissé place à l’éclectisme. « Visions of the Emerald beyond » concrétise mieux que tout autre ce désir de synthèse. Il intègre avec goût et retenue une section classique à une formation jazz fusion – et corrige ainsi le tir d’"Apocalypse" – et prépare la transition vers une musique plus dansante.

L’album expose les multiples facettes d’une musique protéiforme : jazz électrique, musique de chambre, pastorale, funk et ballade. Il confronte avec succès les aspects métissés du jazz fusion à la culture classique européenne. L’entreprise est ambitieuse mais parvient à conserver une certaine légèreté et dégage une joie intense. Le groupe revient au format court qu’il n’aurait jamais dû abandonner et fragmente cette diversité par des titres à la concision exemplaire. Là repose le charme et la réussite de l’album.
La motrice rythmique est désormais composée de McLaughlin – Walden – Ponty, qui ne se font pas prier pour lâcher la sauce comme au bon vieux temps (Be happy, On the way home to earth). On comprend pourquoi le violoniste français quitta les Mothers of invention où il ne jouissait pas de la même exposition (cf. « Overnite sensation »).
A quelques exceptions près, John McLaughlin n’est plus le tueur électrique des débuts mais s’affirme en chef d’orchestre. La soif de vitesse et de puissance rangée au placard, l’écriture est désormais en première ligne. Dans sa prise de distance, le guitariste laisse carte blanche à Michael Walden qui signe les deux perles funk de l’album, « Cosmic strut » et « Can’t stand your funk » ; parmi les meilleurs moments du disque. Au-delà de cette prise de galons, ses prestations au sein du groupe ne font en rien regretter Billy Cobham. Son jeu sent la sueur et semble toujours en proie au danger, à la chute, là où Cobham faisait preuve d’une aisance qui finissait par lasser. De son côté, Big Mac peine à renouveler un jazz rock de plus en plus proche du rock progressif (Eternity’s breathe, Lila’s dance) et brille surtout par ses miniatures classiques (Pastoral, Opus 1, If I could see).

« Visions of the Emerald beyond » est un disque en quête d’équilibre. Il visite un paysage musical varié avec intelligence et évite les effets pompeux de son prédécesseur. Le groupe parvient encore à faire évoluer sa musique, assez en tout cas pour justifier une troisième et dernière mouture. Le disque lui, cache un trésor nommé « Earth ship », l’un des plus beaux titres du Mahavishnu ; une chanson rêveuse et dépouillée, aux antipodes des canons que le groupe a toujours véhiculés. Joli paradoxe.

A lire aussi en JAZZ par ONCLE VIANDE :


Frank ZAPPA
In New York (1978)
Jazz / fusion / funk




WEATHER REPORT
Mysterious Traveller (1974)
Fusion / funk / world


Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
  N/A



- John Mclaughlin (guitare)
- Jean-luc Ponty (violon)
- Ralph Armstrong (basse, contrebasse, voix)
- Narada Michael Walden (batterie, percussions, voix)
- Avec :
- Gayle Moran (claviers, chant)
- Steven Kindler (violon)
- Carol Shive (violon, voix)
- Philip Hirschi (violoncelle)
- Bob Knapp (trompette, cor anglais, flûte, voix)
- Russel Tubbs (saxophone alto et soprano)


1. Eternity’s Breath (part 1)
2. Eternity’s Breath (part 2)
3. Lila’s Dance
4. Can’t Stand Your Funk
5. Pastoral
6. Faith
7. Cosmic Strut
8. If I Could See
9. Be Happy
10. Earth Ship
11. Pegasus
12. Opus 1
13. On The Way Home To Earth



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod