Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Rage Against The Machine

The NIGHTWATCHMAN - One Man Revolution (2007)
Par SADISTICKILLER le 21 Mai 2008          Consultée 3014 fois

Qu’on se le dise : Tom Morello a une paire de couilles grosses comme ça. Pourquoi ?
Parce que, quand on est connu comme l’un des meilleurs guitaristes électrique au monde (avec Rage Against The Machine puis Audioslave), il en faut pour monter seul sur une scène avec une guitare acoustique et chanter ses propres textes.
C’est pourtant ce que Mister Morello a fait, dès 2003, en venant chanter ses protest songs anonymement (sous le pseudonyme de The Nightwatchman) dans des petits cafés un peu partout en Californie.
L’envie lui en a pris car le chanteur d’Audioslave, Chris Cornell, avait déclaré ne pas vouloir chanter de chansons politiques. Et vu que Tom s’était brouillé avec son auteur de chansons politiques favori, il ne lui restait plus qu’à écrire les siennes…

Après 4 années de rodage dans des cafés, des petites salles et des festivals plus ou moins paumés, il entre enfin en studio pour concrétiser son aventure solitaire, sous la houlette de Brendan O’Brien, qui s’était déjà occupé des 3 derniers albums studio de RATM, ô coïncidence.
L’album en question est donc One Man Revolution, qui porte pour le coup plutôt bien son nom.
Au programme : textes revendicatifs, amers ou rageurs mais toujours politiques, compos basées sur la gratte acoustique et l’harmonica bien que parfois agrémentées d’un synthé discret, d’un piano timide ou d’une batterie superflue, et surtout, la voix et le chant de Morello, qu’on découvre et qu’on apprend petit à petit à apprécier.

Car ne l’oublions pas : Tom Morello n’est pas chanteur… Mais est-ce vraiment un problème ? Force est de constater que non. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il sait faire avec ce qu’il a, sans chercher à dépasser ses limites. Non, Morello ne chante pas toujours juste, et oui, il est encore très loin d’avoir un sens du rythme aussi impeccable avec sa voix qu’avec sa guitare, n’empêche que, sur ses ballades « The Garden of Gethsemane » et « Battle Hymns », il est crédible, que « Maximum Firepower » et « House Gone Up In Flames » sont les titres les plus énergiques qu’on ait entendu jouer en acoustique depuis longtemps, et que le premier single extrait de l’album, « The Road I Must Travel », donne une folle envie de sauter sur place… Morello pratique ici du folk, c’est-à-dire de la musique à textes, dans laquelle le chant n’occupe qu’une place secondaire et, de ce point de vue, il fait un chanteur de folk très acceptable, d’autant que sa voix, grave et profonde, passe plutôt bien, et que les imperfections de son chant ne font qu’ajouter à sa sincérité.

Avec une bonne alternance de morceaux calmes et de brûlots nerveux et à peine une ou deux taches au tableau (« The Dark Clouds Above », plutôt chiant, et « Let Freedom Ring », quelconque), « l’alter ego folk politique » de Morello, comme il l’appelle lui-même, réussit à n’en pas douter sa révolution personnelle, pour le plus grand plaisir de nos oreilles, en façonnant un album qui ravira tant les fans de RATM (pour peu qu’ils soient un minimum ouvert d’esprit) que ceux de Dylan ou de Springsteen.
Dans « Maximum Firepower », le Nightwatchman déclare à propos de son passage à l’acoustique :
“You don’t have to be loud to be heavy as shit”
J’aurais pas mieux dit.

A lire aussi en FOLK :


The REASONING
Acoustically Speaking (2010)
The reasoning goes acoustic




Piers FACCINI
Leave No Trace (2004)
Folk


Marquez et partagez





 
   SADISTICKILLER

 
  N/A



Non disponible


1. California's Dark
2. One Man Revolution
3. Let Freedom Ring
4. The Road I Must Travel
5. The Garden Of Gethsemane
6. House Gone Up In Flames
7. Flesh Shapes The Day
8. Battle Hymns
9. Maximum Firepower
10. Union Song
11. No One Left
12. The Dark Clouds Above
13. Until The End



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod