Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1994 Dummy
1997 Portishead
2008 1 Third
1998 Roseland Nyc Live
 

- Style : Massive Attack
- Membre : Beak>

PORTISHEAD - Third (2008)
Par SASKATCHEWAN le 26 Mai 2008          Consultée 3537 fois

Dix ans, c’est long. Assez long pour perdre bêtement toutes ses royalties à la roulette ou dans la crise des subprimes. Toutefois, il faudrait quand même être un agité des dés pipés pour flamber tous les droits de « Glory Box ». Ecartons donc une reformation à but strictement lucratif : PORTISHEAD est de retour après une décennie d’absence, et c’est juste pour nous en mettre plein la vue.
Le dernier album en date, Portishead (oui, oui, un éponyme), avait provoqué une vague de commentaires enthousiastes, venant ainsi confirmer le succès du premier essai : Dummy. Cerise sur le gâteau, un live dantesque avec orchestre symphonique et tout le tintouin achevait de faire tomber en amour votre serviteur émotif. Puis, plus rien. En 2006, quelques rumeurs de reformations, histoire d’agiter un peu l’encéphalogramme plat, mais l’affaire reste sans suite. En 2008, l’album que t’y crois pas déboule, nous vivons une époque bénie.

Une fois le petit boîtier vert entre les mains avides du fan de longue date, le voyage peut commencer. Third n’est pas si éloigné que ça des précédents opus, comme on a pu le dire à maintes reprises. Des titres comme « Hunter », « Nylon Smile » et « Magic Doors » et surtout le magistral « The Rip » comblent le fossé entre l’album éponyme et ce troisième essai. Cependant, il faut bien admettre que du Trip-Hop, la musique de PORTISHEAD n’en garde que quelques traces ténues, la voix féminine plaintive essentiellement. On remarque la quasi-absence de scratch, de samples, la relative discrétion de la boîte à rythme (sauf sur deux titres), la prédominance de la basse électrique, de la batterie et du violoncelle. Pourtant, en substance, le groupe pratique toujours une musique gorgée d’émotions, contemplative, à la fois lourde et aérienne.

La seconde partie de l’album semble plus justifier l’étiquette « changement de style » apposée sur Third. « We Carry On » d’abord, avec sa rythmique industrielle agressive et ses beats lorgnant du côté de la Techno, pour un effet plus hypnotique qu’apaisant. « Machine Gun » ensuite, l’improbable single, celui qui vous extirpe de vos songes vaporeux et qui vous fait gueuler « Ceephaaaaax ! Aciiiiiiid ! ». La boîte à rythme, ici mise en avant, tisse un voile de beats abrasifs qui étouffent l’auditeur, une guitare électrique surgit, source d’opposition avec l’oppression électronique quasi-bruitiste. Finalement, les deux grondements se mêlent, marquant la réconciliation de deux univers musicaux antagonistes.
Le pouvoir de séduction de Third tient aussi à l’impression de passer constamment d’un extrême à l’autre. Entre les deux titres cités plus haut se glisse « Deep Water », où Beth GIBBONS prend une voix cassée, accompagnée d’une unique guitare acoustique et de chœurs faussement enjoués. Au sein même d’un titre plus classique comme « Small », les assauts de la batterie succèdent aux arrangements coulants de Geoff BARROW.

« Threads » conclut l’album en beauté, évoquant une antique salle de spectacle déserte, le rideau rouge mangé par les mites se refermant sur les ultimes sursauts de la basse grésillante d’Adrian UTLEY. Au final, Third tient toutes ses promesses et remet PORTISHEAD en tête des groupes sur lesquels il faut compter. Pour savoir si ce nouvel opus mérite sa place au sein des albums d’exceptions, il faudra, comme dirait Tonton, « laisser le temps au temps ».

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


VENETIAN SNARES
My Love Is A Bulldozer (2014)
Aaron funk de retour, et en grande forme !




IGORRR
Nostril (2010)
Sublime album solo du producteur de britney spears


Marquez et partagez







 
   SASKATCHEWAN

 
   CAMEO172

 
   (2 chroniques)



- Geoff Barrow (arrangements, claviers)
- Beth Gibbons (chant, guitare)
- Adrian Utley (guitares)
- Charlotte Nicholls (invitée, violoncelle)
- Wendy Bertram (invitée, basson)
- Team Brick (invitée, clarinette et choeurs)
- David Poore (invité, choeurs)
- Ben Salisbury (invité, choeurs)
- John Baggott (invité, piano)
- Stu Barker (invité, vielle)
- Will Gregory (invité, saxophone)
- Clive Dreamer (invité, batterie)
- Jim Barr (invité, basse)


1. Silence
2. Hunter
3. Nylon Smile
4. The Rip
5. Plastic
6. We Carry On
7. Deep Water
8. Machine Gun
9. Small
10. Magic Doors
11. Threads



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod