Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Amon Tobin

Frank RIGGIO - Visible In Darkness (2007)
Par SASKATCHEWAN le 11 Juillet 2008          Consultée 1660 fois

A nous la scène française ! J’ai beau être un grand admirateur de musique électronique britannique, quand un artiste français se lance dans l’arène pour aller pincer quelques mollets laiteux, je suis toujours le premier à sortir ma perruque bleue blanc rouge, mon sifflet et mon poing géant en mousse estampillé « Frog N°1 ». Le gladiateur du jour, c’est Frank RIGGIO, résident du Sud-Ouest (décidemment, cette région semble attirer de plus en plus d’évènements électroniques), ancien bidouilleur Hardtek reconverti dans le Drum n’Bass teinté d’ambiances cinématographiques : ça c’est du CV !

Pas de doute, à l’écoute de son premier album, Visible In Darkness, on peut dire que le Toulousain sait manier le sample et les boucles synthétiques. Les canons du genre sont bien présents : habillage jazzy, rythmiques élaborées, parures orchestrales dignes d’une B.O. de film, samples en cascade… En témoigne « Minass Morggul », qui passe d’une intro très rythmée (breakbeat ?) à un thème plus mélodieux, qui semble plus tenir du violon et du piano que de la boîte à rythme.

Reste que la parenté avec Amon TOBIN est bien trop évidente. L’ombre d’Out From Out Where plane à chaque instant sur Visible in Darkness. Sur « Articulation » notamment, qui n’est pas sans rappeler « Verbal » : même orientation hip-hop, mêmes influences orientales… Avoir une telle influence sur un premier album possède ses avantages : les admirateurs du Brésilien risquent fort de ne pas être insensibles à la musique de Frank RIGGIO et les caractéristiques mêmes du style permettent de développer à fond son art du bidouillage électronique. Toutefois, quand la parenté avec un géant est aussi marquée, il y a toujours le risque de ne jamais trouver son propre style et la quasi-certitude de ne jamais faire aussi bien que son modèle, surtout quand celui-ci s’appelle Amon TOBIN.
L’autre reproche que l’on peut faire à Visible In Darkness, c’est son homogénéité : rares sont les titres qui sortent vraiment du lot, l’album constitue un bloc, une application rigoureuse des règles du style « électro cinématographique ». Il manque un grain de folie, un rythme inédit, un son décalé pour se laisser emporter par la musique de Frank RIGGIO.

Au final, Visible in Darkness s’avère bien trop marqué par l’influence du label Ninja Tune pour faire son trou dans une scène déjà bien fournie. Toutefois, la maîtrise dont fait preuve Frank RIGGIO sur des titres comme « Cinetic Energy » et le côté cosmopolite qu’il dévoile sur « Momentum » et « Elamnda » démontrent le potentiel de l’artiste, avec sans aucun doute un deuxième album à surveiller.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


I MONSTER
Bright Sparks (2016)
Voyage dans l'histoire des synthés !




AIR
Le Voyage Dans La Lune (2012)
3, 2, 1, ignition !


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Frank Riggio (tout)


1. Articulation
2. Hexalight
3. Open 7 Days
4. Helen's Protocol
5. Cinetic Energy
6. In Extremis
7. Lithium
8. Time Piece
9. Minass Morggul
10. Momentum
11. Elamnda
12. Dark Adaptation



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod